Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L’ONU dit stop aux messages racistes sur le Web

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 30 Novembre 2012



Les messages racistes pullulent sur Internet, il n’y a qu’à voir certains forums et commentaires d'articles. L’Organisation des Nations unies (ONU) a décidé de s’attaquer à cette nouvelle forme de racisme et de xénophobie. Elle demande aux gouvernements, aux entreprises privées et aux ONG de prendre des mesures collectives, nous apprend le site sur le développement durable Novethic.

Dans un discours prononcé le 5 novembre devant l'Assemblée générale de l'ONU, le rapporteur spécial de l'ONU sur les formes contemporaines de racisme et de xénophobie, Mutuma Ruteere, a déploré l'augmentation du racisme sur Internet au niveau mondial. « Le nombre d'incidents impliquant des violences et des crimes à caractère raciste perpétrés sous l'influence d'une propagande incitant à la haine sur Internet est en hausse, malgré l'adoption de mesures positives », s'est-il inquiété, jugeant « cruciale la participation des prestataires de services sur Internet et d'autres acteurs pertinents des milieux industriels ».

Ces derniers se doivent de participer à cette lutte, car les moyens de défense des citoyens restent faibles. En France, même si les habitants sont protégés par un arsenal juridique et pénal avec, par exemple, l’existence des délits de diffamation et de haine raciale, poursuivre les auteurs de propos racistes sur Internet reste difficile.

Il existe pourtant des plateformes comme Pharos, lancée en 2009 par la Direction centrale de la Police judiciaire, qui centralise les signalements reçus des internautes via plusieurs associations intermédiaires : SOS Racisme, Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), mais aussi l'Association des fournisseurs d'accès (AFA). Mais elles restent méconnues du grand public et ont peu de moyens, souligne Nadia Doghramadjian, de la Ligue des droits de l'homme (LDH) dans Novethic.

Ainsi, Pharos ne semble pas refléter la réalité car dit n’avoir traité « que » 8 684 signalements racistes en 2012 alors que la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) en a reçu 8 971 en 2011, soit 10 % de plus qu'en 2010. Peu possible qu’il y eut une baisse soudaine. En 2010, la Commission s’alarmait déjà de la multiplication des messages racistes sur le Web et demandait aux pouvoirs publics un renforcement des moyens de Pharos.

Mais, même avec un dispositif important, les messages racistes ne risquent pas de quitter rapidement le Web. En effet, « 90 % des sites les plus extrémistes sont hébergés outre-Atlantique, sous la protection du premier amendement de la Constitution américaine », instaurant la liberté d’expression, rappelle Novethic.

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF), qui vient d'assigner Twitter en justice pour le contraindre à lui communiquer les données permettant d'identifier les auteurs de messages antisémites utilisant le le mot-clé (hashtag) #unbonjuif, devrait se confronter à cette difficulté.

Lire aussi :
Google assigné en justice pour le mot « juif »
Google et associations antiracistes coopèrent sur le mot « juif »
Racisme et xénophobie explosent dans une Europe en crise
Pays-Bas : un site xénophobe de délation condamné
La fachosphère sous ébullition inquiète
Les groupes de la haine s’implantent durablement sur Facebook