Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 






Sur le vif

L’Arabie Saoudite expulse 250 Rohingyas vers le Bangladesh

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 22 Janvier 2019



L'Arabie saoudite est sur le point d’expulser vers le Bangladesh, 250 Rohingyas détenus dans un centre de détention à Shumaisi (Jeddah), selon une information parvenue à la chaîne Al Jazeera par le biais de Nay San Lwin, coordinateur de la campagne de la coalition de libération des Rohingyas.

Selon les activistes militant pour la cause de cette minorité ethnique apatride la plus persécutée au monde, ces Rohingyas courent le risque de se voir emprisonnés à leur arrivée au Bangladesh.

A la différence des quelque 300 000 Rohingyas hébergés par l’Arabie Saoudite en ce moment et qui possèdent un permis de résidence, ces détenus sont en effet « traités comme des criminels » et doivent vivre dans des centres de détention.

Nay San Lwin a apporté une preuve vidéo montrant les détenus Rohyngias en train de se préparer à un transfert vers l’aéroport international de Jeddah, dimanche 20 janvier, pour un voyage vers Dacca.

Nombre des Rohingyas vivant aujourd’hui en Arabie Saoudite ont pu intégrer le royaume saoudien après avoir obtenu, par le biais de passeurs, des passeports pakistanais, bangladais, indiens ou népalais. Toutefois, l’Arabie Saoudite a arrêté d’accorder des permis de séjour aux Rohingyas venus au royaume après 2011, malgré les appels lancés par les activistes des droits de l’homme.

« L’Arabie Saoudite devrait mettre fin à ces déportations et leur accorder des permis de résidence, à l’instar de ceux offerts aux autres Rohingyas qui sont arrivés dans le pays avant eux », a insisté Nay San Lwin.

Le processus d'expulsion des Rohingyas ne date, toutefois, pas de cette année. Selon le Middle East Eye, dans un article paru en 2018, l’expulsion des détenus Rohingyas avait été préparée après la visite de la Première ministre bangladaise, Sheikh Hasina, en Arabie Saoudite. Selon des témoignages, la police de l'immigration saoudienne frappait les Rohingyas afin de les forcer à signer leur propre avis d'expulsion.

Lire aussi :
Rohingyas en Birmanie : les deux journalistes de Reuters condamnés en appel