Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Kahina : « J’ai eu un coup de foudre, j’ai exigé qu’on se marie. Depuis c’est l’enfer »

Rédigé par Sabah Babelmin | Mercredi 27 Juin 2018



Kahina : « J’ai eu un coup de foudre, j’ai exigé qu’on se marie. Depuis c’est l’enfer »
J’ai rencontré mon mari au lycée et c’était pour moi un coup de foudre. Nous nous sommes fréquentés très peu, mais lui a très vite mis de la distance. Deux ans après, à la faculté, il m’envoyait régulièrement des messages et, étant très amoureuse, je lui ai demandé de mettre les choses au clair.

Nous nous sommes donc encore fréquentés et je lui ai dit que c’était pour le mariage ou rien. Il était assez spécial et distant avec moi... Distant, il revient plusieurs fois. Il est venu me demander en mariage. Et, à partir de là, il y a eu beaucoup de disputes.

Nous n’avons jamais passé un temps de qualité ensemble. Pensant que c’était à cause du fait que nous n’avions pas d’endroit à nous et avons attendu le mariage pour profiter ensemble de sorties, j’avais vu que quelque chose ne tournait pas rond. Le mariage n’était que catastrophe et disputes.

La vie intime inexistante. Le mariage est une union harmonieuse et non pas un combat, il y a certes des difficultés qui surgissent mais grâce à la communication on peut traverser mais cela ne sembla pas du tout être notre cas. Nous avons lutté et persisté, bien qu’il a toujours été distant avec moi.

Aujourd’hui, dix ans après, nous avons eu des enfants. Nous avons traversé séparations, tromperies de sa part (à discuter avec d’autres filles), mensonges, violences verbales et récemment violence physique devant nos enfants.

Il déprime et s’en veut beaucoup et nous avons compris et posé le constat qu’entre nous, il était impossible d’être un couple heureux car nous ne nous aimons pas correctement.

Mes questions sont les suivantes : le constat est clair et maintenant il s’agit de faire face et d’agir comme des adultes qui font face. Devons-nous divorcer et faire subir ça à nos enfants ?

Les enfants subissent déjà le désamour, la violence psychologique et verbale, car ils sentent très bien ce qui se passe, même si on ne leur dit rien. Sachant que, pour ma part, je ne souhaite pas refaire ma vie et que, pour lui, il souhaite nous entretenir matériellement.

Pouvons-nous rester mariés pour maintenir un foyer stable ? Pour nos enfants, malgré le fait de ne pas entretenir une relation de couple ?
Kahina

Sabah Babelmin, psychothérapeute

Chère Kahina,

En lisant votre lettre, je suis frappée par la rapidité avec laquelle vous avez décidé de vous marier, de faire des enfants et le résultat n’est pas du tout étonnant ! Pour vous retrouver, comme vous dites « dans un enfer »...

« J’ai rencontré mon mari au lycée et c’était pour moi un coup de foudre. » L’amour est une décision, alors que le coup de foudre est pathologique, c’est juste un beau miroir que vous renvoie l’autre avec tout ce que vous avez en vous et que vous n’osez pas vivre.

« Nous nous sommes fréquentés très peu mais lui a très vite mis de la distance. » Il est clair que cet homme n’était pas prêt pour le mariage. Et la pression que vous lui avez mis est peut-être à l’origine de ce qu’il vous faire vivre par la suite.

i[« Distant, il revient plusieurs fois. »]k Alors pourquoi avez-vous précipité les choses ? Un homme distant veut dire soit qu’il n'est pas amoureux, soit qu’il a du mal avec l’engagement, soit qu’il n’est pas prêt.

J’ai l’impression qu’il s’est senti obligé de se marier alors qu’il n’était pas prêt et que vous vous connaissiez à peine. Il vous le fait payer ensuite durant toutes ces années. De votre côté, étiez-vous pressée car vous aviez envie de trouver un peu de liberté auprès de cet homme ? Et là vous vivez douloureusement les conséquences de cette précipitation et la faites subir à vos enfants.

Avez-vous discuté entre vous du projet d’avoir des enfants ? Était-ce un désir de votre part ou un accident ? Avoir des enfants est une décision importante, il me manque des éléments : puisque vous constatez qu’il n’y avait pas d’amour et qu’il restait distant, pourquoi contracté un mariage ? Pourquoi avoir des enfants ? Est-ce la peur du regard de l’autre ? De la société ? Ou peut être vos propres peurs ? De ne pas trouver un mari ? De ne pouvoir fonder une famille ultérieurement ?

Soyez courageuse et réaliste.

Soit vous restez ensemble et allez consulter un thérapeute de couple, si cela vous aide à vous parler, à dire vos colères réciproques et vos rancœurs et à envisager un avenir commun.

Soit vous vous séparez, il paie la pension pour ses enfants, s’en occupe de temps en temps, selon les modalités que vous conviendrez ensemble en adultes responsables et dans une bonne entente assumée. Cela mettra du cadre et vous évitera de tomber dans une fusion-confusion difficile et douloureuse à vivre pour vous deux et surtout pour les enfants.

Le danger, en effet, est de rester dans une relation conflictuelle, c’est nocif pour vos enfants aussi, c’est l’image de couple que vous leur donnez : une relation de désamour, de non-respect et de trahison et ce n’est pas juste, car ils sont victimes de cette situation.

Bon courage.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com