Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

#JusticePourAnge : la vérité réclamée sur la mort d'un homme après une interpellation policière

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 1 Avril 2019



#JusticePourAnge : la vérité réclamée sur la mort d'un homme après une interpellation policière
C'est l'indignation et l'incompréhension qui saisissent des internautes depuis l’annonce, samedi 30 mars, du décès d’Ange Dibenesha, un jeune homme noir d’une trentaine d’années, arrêté par la police trois jours plus tôt à Paris. La famille, avec le soutien d'artistes et de personnalités, appelle les autorités à apporter la lumière sur les circonstances de sa mort.

C'est une vidéo de la mère d’Ange Dibenesha, postée vendredi 29 mars sur les réseaux sociaux avant la mort de son fils, qui a déclenché une vague d'émotion. Elle y a réclamé vérité sur ce qui s'est passé.

Elle raconte qu'Ange Dibenesha a été interpellé par la police le 27 mars, mais que ses proches n’ont eu aucune nouvelle de lui jusqu’à ce que l’hôpital de la Pitié Salpêtrière les contacte pour annoncer qu’Ange Dibenesha était en état de mort cérébral et que les médecins préconisaient l’arrêt des soins. « La police ne dit pas la vérité, les pompiers ne disent pas la vérité », s’était désespérée cette mère en quête de réponses.

La police donne sa version

Depuis, le jeune homme est malheureusement décédé et les appels aux autorités à ce que la lumière soit faite sur cette affaire se multiplient, notamment via les réseaux sociaux avec le hashtag #JusticePourAnge.

« Nous voulons savoir ce qui fait qu’un fils peut être rendu à ses parents en arrêt cardiaque 48 h après avoir rencontré ceux censés nous protéger, la police », a posté Hapsatou Sy, ancienne chroniqueuse des Terriens du Dimanche, qui a même exhorté Emmanuel Macron à apporter des explications.

La préfecture de police de Paris a fait part de sa version de l'histoire dans un communiqué rendu public dimanche 31 mars, sans nommer directement Ange Dibenesha. Celui-ci a été contrôlé « jeudi 28 mars, à 1h50 du matin » alors qu’il conduisait une BMW, au niveau de la Porte d’Italie, et était « en situation d’annulation de son permis de conduire, était dépisté positif au test de l’imprégnation alcoolique ».

Au bout de 20 minutes, alors que les agents attendaient l’arrivée du véhicule qui embarquerait l’interpellé, « ce dernier a ingéré une substance non identifiée. Il a alors été pris de convulsions ».

Le communiqué indique que les pompiers ont aussitôt été dépêchés sur les lieux. « Le SAMU se présentait sur place quelques minutes après l’arrivée des pompiers, prenait l’individu en charge et le transportait à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière », poursuit la préfecture de police de Paris.

Une enquête est ouverte et « a été confiée à la Brigade de Stupéfiants de la Direction de la Police Judiciaire de Paris », indique le communiqué annonçant qu’une autopsie aura lieu ce lundi 1er avril.

Selon LCI, Ange Dibenesha aurait ingurgité de la cocaïne et serait connu sous plusieurs identités, ce qui expliquerait que la famille ait été prévenue tardivement, le lendemain matin selon la police. L'autopsie devrait fournir rapidement ses premières réponses.