Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Interdite d'exercer son métier d'avocat car elle défend les Palestiniens

Rédigé par La Rédaction | Mardi 13 Novembre 2012



Alima Boumedienne-Thierry veut être inscrite au barreau des avocats du Val d’Oise depuis décembre 2011 mais l’ancienne sénatrice des Verts se heurte à un refus du Conseil de l’Ordre des avocats du Barreau de ce département malgré ses diplômes universitaires, sa formation de juriste et son expérience de 12 ans de parlementaire, tant au Parlement européen qu’au Sénat.

Si les conditions juridiques nécessaires à son inscription sont bien remplies, le Conseil de l’Ordre des avocats du Barreau du Val d’Oise lui reproche son militantisme actif en faveur des Palestiniens et ses actions dans le cadre de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), dont le but est de dénoncer le régime israélien en prônant le boycott.

Selon le Conseil de l’ordre, l’ex-sénatrice « exerce un militantisme efficace dans le cadre des ses activités politiques lequel apparaît contraire à l’honneur, à la probité, aux bonnes mœurs… et au respect des principes essentiels de dignité et de modération. »

Alima Boumediene-Thierry avait été poursuivi dans le cadre d’une des actions de la campagne mais a été relaxée en octobre 2010. « Même si ces faits n’ont pas été suivis de condamnation », le Conseil de l’Ordre des avocats estime que ses « agissements peuvent être constitutifs de qualifications pénales », bien que la Cour d’Appel de Paris ait confirmé, en mai 2012, que « le soutien au boycott pour des motifs politiques ne caractérise en aucun de ses éléments le délit de provocation à la discrimination, la haine ou la violence. »

Face à leur refus, Mme Boumediene-Thierry a déposé un recours à la Cour d’Appel de Versailles qui devra statuer, en audience publique mercredi 14 novembre. Il dira alors « si le fait d’être militant pour le respect des droits du peuple palestinien est contraire au respect des principes essentiels de la profession d’avocat », indique le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié des peuples (MRAP), qui s’est indigné de la décision du Conseil de l’Ordre des avocats du Val d’Oise.

Lire aussi :
Le MRAP solidaire d'Alima Boumediene-Thierry
Boycott : deux militants pro-palestiniens relaxés




Loading