Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Immigration : la Tunisie, nouveau gendarme de l’Europe

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 6 Mars 2014



Vers une simplification des démarches pour les Tunisiens désirant émigrer vers l’Europe, c'est l'objet de l'accord de mobilité signé lundi 3 mars entre la Tunisie et l'Union européenne.

Un octroi de visas simplifié et un meilleur accueil des Tunisiens sont prévus dans les dix pays européens signataires de l’accord, parmi lesquels ont compte la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie. Il est également prévu d’informer les Tunisiens sur les offres d'emploi et de formation disponibles dans l’UE et de faciliter la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles et universitaires.

En contrepartie, la Tunisie s’engage à lutter contre l'immigration clandestine en Méditerranée, aux conséquences parfois tragiques lors des voyages comme l’illustre le drame de Lampedusa, au large de l’Italie en octobre 2013. Ce partenariat engage également le pays à mieux coopérer pour lutter « contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants » et améliorer la « gestion des frontières ».

Le Maroc, dont les ressortissants représentent la deuxième communauté (hors Union européenne) en France, a déjà signé un tel accord avec l’UE en 2013. Après cinq ans de négociations, le royaume chérifien avait finalement accepté de devenir un gendarme de l’Europe après s’être vu octroyer des contreparties pour ses propres ressortissants désirant se rendre en Europe.

En 2012, 125 594 demandes de visas Schengen ont été déposées en Tunisie, soit 14 % de plus qu'en 2010. Avec 81 180 dossiers, la France s'est classée largement en tête des demandes, devant l'Italie et l'Allemagne, qui ont reçu près de 10 000 demandes chacune.

Lire aussi :
Manuel Valls au Maroc, pas à la gendarmerie de l'immigration
Lampedusa : des dizaines de corps repêchés