Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Société

Iftar antifasciste : les musulmans à l’offensive contre l’islamophobie

Rédigé par | Jeudi 25 Juillet 2013 à 17:40

Il ne passe presque plus un jour depuis des mois sans qu’un acte islamophobe soit signalé en France. Stop à l’islamophobie et au fascisme ! C’est derrière ce cri de ralliement qu’un groupe de jeunes musulman-e-s ont décidé d’organiser, samedi 27 juillet, à Paris,* un repas de rupture de jeûne (iftar) placé sous le signe de l’antifascisme et de la critique de l'ordre établi.



Contre l'islamophobie, un iftar antifasciste est organisé, samedi 27 juillet, sur le Parvis de Montparnasse à Paris.
Contre l'islamophobie, un iftar antifasciste est organisé, samedi 27 juillet, sur le Parvis de Montparnasse à Paris.
Argenteuil , Reims, Orléans, Trappes le nombre d’agressions à caractère islamophobe a explosé ces derniers mois en France. Les musulmans, face à ce climat délétère qui nuit gravement à la cohésion sociale, se doivent de réagir pour marquer leur indignation autrement que dans les réseaux sociaux.

A chacun sa méthode. Un groupe de musulmans a décidé pour sa part d’exprimer son ras-le-bol de la stigmatisation de l’islam, en organisant un iftar antifasciste samedi 27 juillet, sur le parvis de Montparnasse, à Paris.* Une action en plein mois du Ramadan qui mêlera le partage et la solidarité à la force de convictions profondes visant à inverser la tendance xénophobe dans le pays.

Regroupés dans un collectif informel et indépendant de tout parti politique appelé le Front musulman autonome et antiraciste, les organisateurs – organisatrices pour la grande majorité – invitent ainsi chaque musulman mais aussi non-musulman sensible à l’importance de la lutte contre l’islamophobie à se joindre à cet iftar, de 20 h 30, peu avant le repas de rupture du jeûne, à 22 h 30. Une seule condition a été imposée aux participants : afin de maintenir le caractère autonome du rassemblement, il leur est demandé de venir sans aucun signe marquant son appartenance politique.

Iftar antifasciste : les musulmans à l’offensive contre l’islamophobie

L’islamophobie, le terreau du fascisme

Le collectif, spécialement créé pour l’organisation de l’iftar, entend ainsi « mettre en valeur la place de la lutte contre l'islamophobie qui peine à s'imposer dans un système impérialiste et de plus en plus fascisant » et imposer « un rapport de forces entre nous, musulmans, et ceux qui cherchent à nous nuire ». Le choix du parvis de Montparnasse n’est d'ailleurs pas hasardeux : « nous sommes au plus près des QG parisiens de nombreux groupes d’extrême droite », nous font-ils savoir.

La peur n’est indubitablement pas le sentiment qui guide les organisateurs de l’action. Pour eux, il est plus que temps pour les musulmans de « lever la tête » plutôt que de s’enfoncer dans la victimisation constante : « L'islam est une religion clairement stigmatisée depuis plusieurs années, les actes et les discours islamophobes deviennent monnaie courante aujourd'hui et ce rejet des musulmans est partagé par l'Etat, les partis politiques de l'extrême droite à l'extrême gauche et cela a contaminé une large partie de l’opinion publique. Certain-e-s n'hésitent plus à utiliser la violence en toute impunité pour exprimer leur haine envers les musulman-e-s. »

Ces derniers, en marquant une présence plus marquée auprès des individus plutôt qu’auprès des institutions, finiront par « imposer un climat antiraciste » dans les rues, analysent les organisateurs.

Une mobilisation offensive contre « l’ordre en place »

Il s’agit de construire « une nouvelle ligne de front qui pose l’islamophobie à partir d’une critique de l’ordre en place. C’est pourquoi poser la question de l’islamophobie de cette façon nous paraît être une lutte stratégique importante pour faire progresser la justice dans ce pays », martèle le collectif.

La forme que prend cette riposte contre la violence islamophobe ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté musulmane et le collectif en est conscient. Ses sympathisants constateront samedi dans quelle mesure leur message a été écouté.

Mise à jour vendredi 26 juillet au soir : l'iftar antifasciste a été interdit sur décision de la préfecture de la police de Paris. Pour en savoir plus, cliquez ici



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par .Jughurta le 25/07/2013 19:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi toujours cette victimisation, qui nous fait passer pour des frustrés ou des mineurs mentaux ayant besoin d'être protégés de nous-mêmes. Nous sommes des adultes et ne confondons pas les violences intolérables dont nous sommes parfois victimes, nous ou nos proches et le débat sur le "sentiment" d'islamophobie provoqué par les excès de nos coreligionnaires contre lesquels nous sommes trop souvent passifs.

2.Posté par lr407 le 26/07/2013 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le 21 mars 2013, la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme – CNCDH – a rendu public son dernier rapport sur le racisme. Le racisme antimusulman, lui, s’est développé tout au long de l’année. « Depuis deux ans, le phénomène est banalisé, les immigrés, les musulmans sont perçus de manière plus négative », indique cette autorité administrative indépendante, créée en 1947 et présidée depuis fin août 2012 par Christine Lazerges. En cause : les polémiques instillant le doute sur la place des étrangers et de l’islam dans la société, comme celles suscitées par Marine Le Pen sur la viande halal ou par Jean-François Copé sur les pains au chocolat, qui ont « contribué à des passages à l’acte haineux et violents ». Dans un chapitre signé par les sociologues et politologues Nonna Mayer, Guy Michelat et Vincent Tiberj, la Commission fait un focus sur la montée de l’intolérance et la polarisation contre l’islam. Ils listent différents facteurs ayant un impact négatif sur l’acceptation des minorités, tels que l’alternance politique, les dérapages médiatiques et politiques, et l’approfondissement de la crise économique.

3.Posté par Le gaulois le 26/07/2013 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On peut venir faire un apéro saucisson pinard ?
:D

4.Posté par MecdeMtl le 26/07/2013 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Twitter
Le régime fasciste entend faire de la nation une communauté unique rassemblée derrière un seul homme (culte de la personnalité et importance de la hiérarchie), avec un individu qui doit s'effacer devant l'Etat.

Cela ressemble à l'Islam :-)

5.Posté par jose le 26/07/2013 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/mettons-fin-aux-agressions-et-aux-violences-subies-par-les-femmes-voil%C3%A9es-stopislamophobie?utm_campaign=petition_invitation&utm_medium=email&utm_source=share_petition

6.Posté par merzo le 26/07/2013 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On se demande bien pourquoi l'islamophobie se répand inexorablement en France !!!

Quelques pistes de réflexion :
En France, lorsque l'on lit les faits divers du jour... on s'aperçoit que plus de la moitié est commise par des personnes d'origine musulmane (arabes, maghrébins et africains). En prison, vous êtes surprésentés, le fait de discriminer les femmes que vous considérez inférieures, impures, provocantes au point de les voiler voire pire les bâcher !
Le fait de voir des collégiens ou lycéens contestés les programmes de l'éducation nationale.
Le fait que des médecins soient contraints de délivrer des certificats de virginité...
Le fait que des français musulmans partent faire les djihads.

Ce ne sont pas des dîners ou de belles paroles pour nous faire croire à la victimisation qui vont permettre de vous faire accepter, mais en éduquant vos enfants et en adoptant un comportement et valeurs occidentales.

Au fait, pourquoi venir en Europe, en France si c'est pour vivre aussi mal voire plus mal qu'au pays et adopter les mêmes coutumes et croyances ?

7.Posté par merzo le 26/07/2013 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une piste parmi tant d'autres en ce moment pour expliquer l'islamophobie : le non respect des lois de la république, ses valeurs, sa culture, ses moeurs

http://www.rmc.fr/editorial/281900/niqab-un-controle-didentite-tourne-au-pugilat-a-marseille/

8.Posté par lr407 le 27/07/2013 06:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La lutte contre la propagation des discours de haine raciale et de xénophobie : La diffusion et la propagation accrue des idées xénophobes et racistes par la voie des médias et des technologies modernes, notamment par Internet, mais aussi par la voie des discours et des slogans électoraux de certains partis politiques et des appels à la haine de membres d’organisations extrémistes et ultranationalistes.

A cet égard, la responsabilité particulière des personnalités politiques a été soulignée, car, comme il a été dit, leur parole «libère» la parole des citoyens et « les masses populaires suivent, amplifient, et peuvent transformer en violences les discours électoralistes des politiques ».

Au delà même de cet aspect politique, le rôle des médias, des messageries et des forums de discussion électroniques a été rappelé dans l’amplification du phénomène que l’on appelle le« populisme », véhiculant souvent des idées xénophobes et outrancières et contribuant aussi à la montée des incidents et affrontements interethniques. Comme on le sait, ce phénomène s’est propagé dans le domaine des rencontres sportives, notamment dans le football, obligeant les pouvoirs publics, les fédérations sportives, les animateurs de clubs de sport , les supporters et toutes les parties prenantes à réagir.
http://www.annoncesdelaseine.fr