Connectez-vous S'inscrire






Monde

Grande Mosquée de Xi’an : quel est ce joyau musulman de Chine visité par Macron ?

Rédigé par | Mercredi 10 Janvier 2018

Durant les trois jours de voyage d’Emmanuel Macron dans l’Empire du Milieu, la Grande Mosquée de Xi’an a figuré parmi les lieux incontournables à visiter. Une occasion pour Saphirnews de vous faire connaître ce joyau musulman situé en plein cœur de la Chine.



La Grande Mosquée de Xi'an, une ancienne capitale de la Chine impériale qui fut l'un des points de départ de la Route de la soie, est l'une des plus anciennes et les plus renommées de l'Empire du Milieu. © 360Cities
La Grande Mosquée de Xi'an, une ancienne capitale de la Chine impériale qui fut l'un des points de départ de la Route de la soie, est l'une des plus anciennes et les plus renommées de l'Empire du Milieu. © 360Cities
La Grande Mosquée de Xi'an a longtemps, et encore aujourd’hui, fait de cette vieille capitale de la Chine impériale une place forte de l’islam chinois : elle est l'une des mosquées les plus anciennes, les plus renommées et la mieux préservée de l’Empire du Milieu. Fondée en 742 au cours de la dynastie des Tang (618-907), une grande partie de la mosquée actuelle a été bâtie durant le règne de l’empereur Hongwu, fondateur de la dynastie Ming (1368-1644), puis agrandie durant la dynastie Qing (1644-1912).

La Route de la soie, dont Xi’an fut l’un des points de départ, a grandement favorisé un mélange des cultures grâce, entre autres, à l’apport des marchands musulmans (arabes, perses ou encore afghans) qui se sont installés en Chine dès le premier siècle suivant l’avènement de l’islam au VIIe siècle.

Après qu’elles eurent un temps nié son existence, la Grande Mosquée de Xi'an est aujourd’hui un patrimoine religieux pleinement reconnu des autorités chinoises, qui n’ont longtemps pas eu une histoire apaisée avec les religions.

Ces dernières ont en effet été interdites lors de la terrible révolution culturelle (1966-1976), qui a marqué une période noire en Chine faite de persécutions, de destructions et de fermetures de lieux de culte pour les fidèles des religions monothéistes ou non. La Grande Mosquée de Xi'an a fait partie des rares biens publics épargnés durant ladite révolution. Celle-ci est reconnue depuis 1956 comme site historique et culturel majeur protégé au niveau provincial, puis élevée au rang de site historique et culturel majeur protégé au niveau national en 1988.

Après la mort de Mao Zedong en 1976, l’Etat chinois a progressivement redonné au peuple des libertés, parmi lesquelles religieuses. L’islam est reconnu comme l'une des cinq religions établies en Chine, mais reste étroitement contrôlé à travers l’Association islamique de Chine, fondée en 1953.

L'entrée de la salle de prière de la mosquée.
L'entrée de la salle de prière de la mosquée.
La Grande Mosquée de Xi’an figure aujourd’hui parmi les sites touristiques les plus visités de la province du Shaanxi mais n’en demeure pas moins un lieu de culte très fréquenté des Chinois de confession musulmane, issus majoritairement de l’ethnie des Huis, des descendants directs des voyageurs de la Route de la soie. Xi’an, qui compte un quartier musulman aussi fameux qu’ancien, abrite elle-même quelque 60 000 musulmans, très loin des 20 millions que compte la Chine.

Ni dôme ni minaret ; son style architectural est entièrement chinois, ce qui fait la grandeur et la beauté de la mosquée. Seules les calligraphies en langue arabe illustrant des versets coraniques marquent une influence extérieure à la Chine. S’étalant sur 12 000 m², la Grande Mosquée de Xi’an est divisée en plusieurs cours intérieures disposant chacun de monuments, dont l’un, une arche construite au XVIIe siècle, fait plus de 9 mètres de haut. Le lieu est ouvert au grand public ; seule la salle de prière, qui peut contenir environ 1 000 fidèles, est interdite d’accès aux non-musulmans.

Un site historique incontournable que n’a pas manqué de visiter Emmanuel Macron lors de son premier voyage d’Etat en Chine.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur