Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Gbagbo décrète l'amnistie

| Samedi 14 Avril 2007



Vendredi, le président ivoirien Laurent Gbagbo a annoncé une nouvelle loi d'amnistie couvrant les crimes commis pendant la guerre civile, une mesure qui vise à accélérer réconciliation nationale.

M. Gbagbo a promulgué par ordonnance une nouvelle loi d'amnistie couvrant les crimes et délits liés aux troubles qui ont secoué la Côte d'Ivoire depuis septembre 2000, indique le texte publié dans la journée par la présidence.

"Sont amnistiés de plein droit (...) les infractions contre la sûreté de l'Etat et la Défense nationale commises par les nationaux ivoiriens se trouvant sur le territoire ou en exil entre le 17 septembre 2000 et la date de signature de la présente ordonnance (12 avril, ndlr)", souligne-t-il.

Cette amnistie, qui couvre toute la crise militaro-politique déclenchée par la tentative de coup d'Etat rebelle contre M. Gbagbo en septembre 2002, qui a coupé le pays en deux, "ne s'applique pas aux infractions économiques et aux crimes et délits autres que l'atteinte à la sûreté de l'Etat", précise-t-il.

Cette mesure, qui ne devrait guère être approuvées par les associations de défense des droits de l'homme, couvre ainsi les crimes, parfois massifs, commis ces dernières années et restés impunis, tels les massacres d'opposants au camp présidentiel, de forces loyalistes par les rebelles ou de rebelles entre eux.

Elle pourrait également permettre le retour au pays d'anciens dirigeants exilés, notamment des officiers comme l'ex chef d'Etat major Mathias Doué.

Cette amnistie était prévue par l'accord de paix inter-ivoirien signé le 4 mars à Ouagadougou par le président Gbagbo et le chef de la rébellion Guillaume Soro, qui a entraîné une apparente réconciliation entre les deux hommes, ponctuée par la nomination de M. Soro au poste de Premier ministre fin mars.




Loading