Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Feu vert pour le groupe scolaire musulman Al-Kindi

| Mercredi 28 Février 2007



Le Conseil supérieur de l'éducation a autorisé mercredi l'ouverture du groupe scolaire musulman Al-Kindi situé à Décines (Rhône) dans la banlieue de Lyon. Dans un communiqué, le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien indique seulement qu'il "prend acte" de cette décision juridictionnelle.

Les porteurs de ce projet de collège-lycée musulman avaient annoncé le 16 février que l'établissement pourrait ouvrir avec un nombre réduit de classes si les parents sont prêts à transférer leurs enfants en milieu d'année scolaire. Selon un récent jugement du tribunal administratif de Lyon, l'établissement scolaire musulman peut ouvrir, malgré l'opposition formulée en août par le recteur de l'Académie de Lyon Alain Morvan.

Les fondateurs de l'établissement privé, dont l'ouverture était initialement prévue à la rentrée 2006, affirment que 150 élèves sont pré-inscrits depuis début septembre. Mais "dans l'intérêt des enfants et pour des contraintes liées à la pédagogie, nous n'ouvrirons pas de classe de troisième ni de seconde", avait expliqué il y a deux semaines Nazir Hakim, président de l'association Al-Kindi. Seules des classes de 6e, 5e et 4e pourraient donc être créées.

Si un seuil de 16 élèves par classe est atteint, alors l'école musulmane devrait ouvrir. Aucune date de rentrée n'a encore été fixée. Pour l'heure, la France ne compte qu'un établissement de ce genre, le lycée musulman Averroès de Lille, ouvert en septembre 2003, qui accueille un peu moins d'une centaine d'élèves.

Dans le cas où Al-Kindi ouvrirait en cours d'année, M. De Robien a souhaité mercredi que les futurs élèves "bénéficient des meilleures conditions de poursuite d'études" et "rappelle que le nouvel établissement sera soumis, comme tout établissement privé hors contrat, au contrôle de l'Etat dans les conditions prévues par le code de l'éducation".




Loading