Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Etudier l'adhan en cours de musique ? Des parents s’offusquent

Rédigé par La Rédaction | Mardi 29 Septembre 2015



Etudier l'adhan en cours de musique ? Des parents s’offusquent
Les élèves de cinquième du collège Armand Coussens de Saint-Ambroix (Gard) ont eu le droit à l’étude de la partition d'un gospel, « Dans l'église de Harlem », et de l'appel à la prière des musulmans (adhan). A la découverte des documents de travail (surtout du deuxième dans les faits), des parents se sont offusqués.

Dans le document où apparaît l'appel à la prière, chaque phrase en arabe est traduite en français. Ce qui aurait gêné les protestataires, c'est l'absence de débat dans le choix du professeur. « On veut que soit dissocié le côté éducatif, du côté propagande. Les enfants de 12 ans n'ont pas encore toutes les clés pour aborder ces questions. Il s'agit d'un sujet délicat. En plus, on s'est demandé ce que ça venait faire en cours de musique. (...) Le problème ce n'est pas l'étude de l'islam, le problème ce sont les conditions dans lesquelles ça c'est fait », expliquent certains parents à Midi Libre ce mardi 29 septembre, évoquant « le contexte » de l'après-Charlie.

Le principal de l’établissement Mohamed Bouta a simplement évoqué une maladresse du professeur qui aurait livré tels quels des textes religieux sans plus d'explications. Les autres professeurs auraient eu la consigne de faire attention à ce genre de situation.

Le rectorat s'est saisi de l'affaire et a décortiqué le document en question, proposé aux élèves autour du thème "Musiques, mythes et religions". Selon l'administration, le débat « Existe-t-il une musique spécifiquement religieuse ? » aurait pu aussi bien être abordée en histoire-géographie qu'en français. « Cette démarche d'analyse et de réflexion menée en classe contribue à construire le raisonnement des élèves », précise le rectorat. Par ailleurs, le document a été repris d’une encyclopédie participative sur Internet et non d’un ouvrage religieux. Chacun peut donc retrouver ses esprits.

Lire aussi :
Virée du collège pour une jupe : les dérives de la loi de 2004
Corse : une chanson en arabe provoque une hystérie raciste
La langue arabe à l’école ? Nouveau coup raciste contre Najat Vallaud-Belkacem