Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Etat de siège en Guinée

| Mardi 13 Février 2007



Lundi soir, le président Lansana Conté a décrété un état de siège extrêmement contraignant en Guinée, où plus d'une centaine de personnes ont été tuées depuis début janvier lors d'affrontements entre forces de l'ordre et manifestants exigeant son départ.

Cet état de siège prévoit notamment un couvre-feu de 20 heures sur 24, l'interdiction de "cortèges, défilés et manifestations" ainsi que des "réunions publiques ou privées propres à provoquer ou entretenir le désordre".

"Des perquisitions de jour et de nuit" sont désormais autorisées et de très sévères restrictions sur la presse sont instaurées.

Lansana Conté, âgé de 72 ans et au pouvoir depuis 23 ans, a demandé à l'armée de "prendre toutes les dispositions" pour éviter "une guerre civile" lors d'une brève intervention radio-télévisée au terme d'une journée au cours de laquelle au moins 18 personnes ont été tuées "Les destructions et les pertes en vies humaines" depuis le début de la crise politico-sociale qui secoue la Guinée depuis le 10 janvier "sont telles que je suis amené à décréter l'état de siège sur toute l'étendue du territoire national", a déclaré le président guinéen.

Bien avant l'instauration de cette mesure restreignant l'ensemble des libertés, la communauté internationale, notamment la France, l'Union africaine et l'ONU, avait exprimé leurs vives inquiétudes devant la rapide dégradation de la situation dans ce pays paralysé depuis la reprise lundi d'une grève générale illimitée.




Loading