Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Egypte : Morsi decrète l'état d’urgence dans trois provinces

Rédigé par La Rédaction | Lundi 28 Janvier 2013



Le président égyptien Mohamed Morsi a décrété l'état d'urgence dans trois provinces du pays, lundi 28 janvier. Sa décision fait suite aux violences qui ont fait au total 46 morts, ces trois derniers jours. Il a également appelé à un dialogue national en invitant les dirigeants de l’opposition comme le Front du salut national (FSN), la principale coalition de l'opposition.

A Port-Saïd dans le nord-est de l'Egypte, samedi 26 janvier, 31 personnes, dont deux policiers, ont été tuées lors d’émeutes après la condamnation à mort de 21 supporteurs du club de football local Al-Masry, pour leur implication dans des violences ayant coûté la vie à 74 autres supporteurs en 2012 après un match contre l'équipe du Caire, Al-Ahly.

Certains habitants de Port-Saïd pensent que les condamnations à mort ont été motivées par le souhait d'éviter des troubles plus graves avec les supporteurs d'Al-Ahly, qui avaient menacé de semer le « chaos » si le verdict n'était pas assez sévère.

Le lendemain, les violences se sont poursuivies dans la ville lors des funérailles de personnes tuées la veille. Elles ont coûté la vie à six personnes, dont un jeune homme de 18 ans atteint par une balle. 467 autres personnes ont également été blessées, dont 38 par balles.

Dès vendredi, le pays était déjà sous tension alors qu’il fêtait le second anniversaire du début du soulèvement, qui a conduit à la chute de Hosni Moubarak. Des affrontements entre opposants de M. Morsi et forces de l’ordre ont ainsi éclaté dans plusieurs villes du pays dont la capitale. Neuf personnes sont décédées : huit à Suez et une à Ismaïliya.

Ces derniers mois, M. Morsi, élu en juin 2012, doit faire face à la contestation d’une partie des Egyptiens qui n’hésitent pas à sortir dans les rues pour vilipender sa politique notamment son projet de Constitution.

Après les violences de ces derniers jours, le président égyptien s’est vu contraint de décréter l’état d’urgence à Port-Saïd, Suez et Ismaïliya. Il restera en vigueur 30 jours et sera accompagné d'un couvre-feu de 21h à 6h.

« Je suis contre les mesures exceptionnelles mais j'avais dit que si j'y étais contraint, je le ferais pour éviter que le sang ne coule et pour protéger les citoyens », a commenté M. Morsi dans un discours retransmis à la télévision.

L'état d'urgence, imposé durant 30 ans sous le règne de Moubarak, avait été levé en mai 2012.

Lire aussi :
Egypte : un match de football vire au drame (vidéo)
Egypte : l'appel au « dialogue national » de Morsi ne calme pas les tensions
Egypte : le peuple dit oui à la Constitution selon les Frères musulmans
Egypte : Mohamed Morsi prête serment
Egypte : Mohamed Morsi président, les Frères musulmans au pouvoir
Égypte : Mohamed Morsi s'affranchit de l'armée

Et aussi :
Crise en Égypte : du bon usage des islamistes