Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Drame d’Echirolles : les deux victimes enterrées dans le carré musulman

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 4 Octobre 2012



Les obsèques de Sofiane et Kevin, les deux jeunes tués lors d’une rixe mortelle vendredi 28 septembre, se sont déroulées à la mosquée d'Echirolles (Isère), mercredi 3 octobre devant plus de 1000 personnes.

« Nous sommes tous attristés, le cœur plein de remords de ce qui se passe dans notre société », a déclaré, devant les deux cercueils des jeunes musulmans, l'imam Larbi Aouini, avant que leurs corps ne soient acheminés vers le carré musulman du cimetière de la ville.

La veille, mardi 2 octobre, 10 000 personnes s’étaient réunies pour rendre hommage à Sofiane et Kevin lors d’une marche blanche dans le quartier de la Villeneuve où les deux jeunes de 21 ans ont été tués.

Dans la journée du 28 septembre, Kevin avait tenté de jouer les médiateurs après que son petit frère ait eu une altercation devant son lycée avec un élève d’un autre quartier en raison d’un « mauvais regard », rapporte le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat.

L’agresseur de son frère avait alors organisé une « expédition punitive » contre lui. Résultat : Kevin et son ami Sofiane avaient été pris à partie par une quinzaine de jeunes qui se sont littéralement acharnés sur eux. Leur lynchage fait froid dans le dos. L’étudiant Kevin a reçu sept à huit coups de couteau et a été brûlé au visage. Son ami Sofiane, éducateur, a été atteint de trente coups par arme blanche.

Choqués par le drame, le chef de l’Etat, François Hollande, et le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, ont rendu visite aux familles des deux victimes lundi 1er octobre.

Huit personnes interpellées après leur mort sont poursuivies pour « assassinats » mais trois hommes considérés comme « très violents » et connus des services de police, sont toujours recherchés par les enquêteurs de la sûreté urbaine de Grenoble.

Lire aussi :
Mort de Hakim : les couteaux, nouveaux outils des écoliers ?
Violence des jeunes : un problème de plus en plus précoce