Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

 


Société

Didier Leschi : « La laïcité est un gain de liberté inestimable »

Les mots piégés du débat républicain

Rédigé par Pierre Henry | Mercredi 26 Janvier 2022 à 12:30

           

Après être revenu sur l'origine du mot « laïcité » et sa balade dans l'actualité, un spécialiste nous aide à y voir encore plus clair. Didier Leschi est directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) et président du conseil de direction de l'Institut d’études des religions et de la laïcité (IREL). Son dernier ouvrage, « République ou barbarie » (Cerf, 2021), a été écrit avec Régis Debray et Jean-François Colosimo.



Didier Leschi est directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) et président du conseil de direction de l'Institut d’études des religions et de la laïcité (IREL). © France Fraternités
Didier Leschi est directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) et président du conseil de direction de l'Institut d’études des religions et de la laïcité (IREL). © France Fraternités

Qu'est ce qui empêche, selon vous, certains détracteurs de la laïcité de penser le lien entre liberté et laïcité ? Et comment leur expliquer que la laïcité n'est pas un frein à l'exercice du culte ?

Didier Leschi : Je pense qu'ils ont une vision déformée, très certainement parce qu'ils viennent souvent de cultures ou de pays où l'idée qu'on peut avoir une liberté de conscience n'est pas une chose totalement évidente. Du coup, ils n'arrivent pas à penser qu'un pays comme le nôtre et d'autres en Europe sont des pays où on peut complètement avoir une liberté de culte – dès lors qu'on ne trouble pas l'ordre public –, et que cela est un gain de liberté qui est inestimable.

Oui, mais en même temps, vous avez un certain nombre de débats dans le pays qui viennent obscurcir cette notion. Je pense aux débats qui ont lieu au Sénat, où un certain nombre de sénateurs souhaitent faire adopter, par exemple, l'interdiction des signes religieux pour les accompagnateurs de sorties scolaires. Ne pensez-vous pas que de telles décisions et débats participent à troubler les esprits sur ce qu'est véritablement la laïcité ?

Didier Leschi : Vous avez raison. Il est indéniable que la manière dont les débats sont menés ne peut qu’accréditer cette idée qu'il n'y a pas pour tous une liberté de culte, et en particulier pour nos compatriotes musulmans ou pour des personnes de confession musulmane. Le débat sur les accompagnateurs scolaires fait sans doute partie de la difficulté qu'entraîne ce type de débat et qui peut mener à une sorte de stigmatisation des personnes qui sont de confession musulmane en particulier.

C'est vrai qu’il existe, si vous voulez, une ambiguïté du droit sur les sorties scolaires puisqu’on ne peut être dans une sortie scolaire que pendant le temps scolaire et qu’à partir de cette idée, les personnes qui accompagnent les élèves, même si elles sont volontaires, pourraient être considérées comme des auxiliaires du service public et, à ce titre, tenues à une certaine neutralité. Je crois qu'il faut, en la matière, essayer de bien équilibrer la nécessité de faire participer vraiment les familles à la vie scolaire de leurs enfants et empêcher, dans le même temps, les enfants d'être soumis à une pression religieuse. Ce n'est pas toujours simple, mais je crois que l'idée que la liberté doit l'emporter sur la contrainte en matière de culte, dès lors qu'il n'y a pas de trouble à l'ordre public, me semble être une notion fondamentale depuis la loi de 1905.

Vous avez écrit un guide pratique, en collaboration avec Régis Debray, « La laïcité au quotidien », et vous y rappelez que la liberté de s'exprimer consiste à pouvoir dire, écrire ou montrer tout ce qui ne nuit pas à autrui. Certains considèrent donc que cette liberté ne doit pas mener à l'insulte de leur religion, qui est souvent vécue comme une attaque personnelle. Alors, que leur répondez-vous ? Y a-t-il une limite à la liberté de critique et d'expression ?

Didier Leschi : Il ne peut pas y avoir de limites à la liberté de critique d'une religion, comme d'autres idées, et en particulier dès lors qu'elle touche de manière générale à des débats philosophiques. Et le fait de croire ou ne pas croire, c'est une certaine forme de débat philosophique. Mais par contre, ce qu'on ne doit pas faire, et il y a peut-être souvent un mélange regrettable, c'est de stigmatiser le croyant. Croire, c'est un droit personnel, et on ne peut pas dire à quelqu'un qu'il n'a pas le droit de croire ou de le moquer parce qu'il croit. C'est la règle générale.

Maintenant, il y a des espaces particuliers, en particulier dès lors qu'on est dans le domaine de l'art. Je pense, par exemple, au dessin de presse ou à la caricature où il peut y avoir des formes d'expression mais elles ne doivent pas amener à cette idée que la personne elle-même est stigmatisée. On peut stigmatiser ou on peut critiquer sa croyance, mais on ne peut pas dire « Un tel parce qu'il croit est un imbécile ». On peut penser que telle idée n'est pas raisonnable ou peut-être même idiote, mais c'est une appréciation qui ne doit pas amener à une critique des personnes elles-mêmes.

Nous sommes là sur le fil de la responsabilité. Autrement dit, vous combinez liberté d'expression et responsabilité. Est-ce cela que vous êtes en train de nous dire ?

Didier Leschi : Oui, bien sûr. Je pense qu’on peut dire qu’on n’aime pas le bouddhisme, mais on n'a pas le droit de dire que tous les bouddhistes sont des cons pour dire les choses très simplement.

*****
Pierre Henry est le président de l’association France Fraternités, à l’initiative de la série « Les mots piégés du débat républicain », disponible également en podcast sur Beur FM.

Voir aussi la vidéo de La Casa del Hikma : La laïcité, un outil contre les religions en France ?

Lire aussi :
La laïcité française, quelle histoire pour quel avenir ?
En finir avec les idées fausses sur la laïcité, par Nicolas Cadène
La laïcité, une liberté qui contribue à l'égalité et à l'idéal républicain de fraternité




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Rond LEDARON le 26/01/2022 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Conceptuellement parlant ,toutes les utopies peuvent faire fantasmer.
Cependant,la réalité est tout autre avec une religion laïque ( la religion de l'état comme le dit i bien Vincent Peillon) qui veut vampiriser ce qui lui échappe,avec les débordements des intégristes laïcards que nous vivons.
Pour utiliser la novlang ,effectivement la laïcité c'est la liberté,la prison aussi .....

2.Posté par Abdoulaye le 26/01/2022 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Didier Leschi est un haut fonctionnaire qui fait honneur à son rang
Sa vision de la laïcité est équilibrée et de bon sens.
Elle est dans la continuité de la pensée républicaine.
Dommage que, chaque jour, des remises en cause de cet acquis soient sans cesse réitérées par les canaux médiatiques multiples de la droite dure et extrême.

3.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 03/02/2022 08:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Didier Leschi est l'auteur du "Ce grand dérangement, l'immigration en face" décrit par
https://observatoire-immigration.fr/wp-content/uploads/2020/12/LIVRE-LESCHI.pdf

Un certain nombre de faits établis et aussi la grande générosité du système français de gestion de l'immigration y sont décrits.

Sinon, on peut critiquer sa conception qui veut exclure la moquerie envers "certains" adeptes d'une religion, sous le prétexte que "tous" se sentiraient offensés. Tous les systèmes religieux ont leurs sectaires, leurs bigots et leurs fanatiques, et les moquer cruellement, c'est faire honneur aux autres, ceux qui ne peuvent décemment s'identifier à des lamentables caricatures.

La véritable offense est celle qui touche à ce que "tous" les adeptes considèrent comme sacré. Par contre, dans ce cas, elle est offense à la religion globalement, ce qui est autorisé dans une société structurellement diverse.

Ainsi, il n'y a pas d'échappatoire: dans de telles sociétés (en gros les nôtres), les religieux doivent faire preuve d'assez d'élévation spirituelle pour supporter cela sans défaillir. Ils sont armés pour cela, non ?