Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 


 


Monde

Des attentats de Christchurch à Nice, le terrible plan d'un ado contre des mosquées déjoué à Singapour

Rédigé par Myriam Attaf et Hanan Ben Rhouma | Jeudi 28 Janvier 2021 à 16:00

           

C'est animé d'une profonde haine envers l'islam et les musulmans qu'un adolescent à Singapour, inspiré par les attentats de Christchurch, prévoyait de commettre des attentats contre des mosquées près de son domicile. Il avait aussi préparé un message à l'adresse des Français avant l'exécution de son plan, heureusement déjoué par les autorités.



Des attentats de Christchurch à Nice, le terrible plan d'un ado contre des mosquées déjoué à Singapour
Largement inspiré par l'idéologie de l'extrême droite islamophobe qui a conduit aux attentats de Christchurch en mars 2019, un Singapourien de 16 ans a été arrêté en décembre 2020 par les autorités singapouriennes. Le jeune, de l'ethnie indienne et de confession protestante, prévoyait, suivant l’exemple de Brenton Tarrant, d’attaquer deux mosquées le 15 mars 2021, jour anniversaire des attentats en Nouvelle-Zélande, a-t-on appris cette semaine.

La Direction de la sécurité intérieure a fait savoir auprès de la presse, mercredi 27 janvier, que l'adolescent, dont l'identité n'a pas été révélée, avait l’intention de « mener des attaques terroristes à l’aide d’une machette contre des musulmans » dans les mosquées Assyafaah et Yusof Ishak, situées près de son domicile, dans le nord du pays.

Le jeune lycéen, qui s'est « auto-radicalisé » et qui a « forte antipathie envers l'islam et une fascination pour la violence », « a regardé la vidéo en direct de l'attaque terroriste contre les deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019, et a lu le manifeste de l'assaillant de Christchurch, Brenton Tarrant », qu'il considère comme « un saint », ont expliqué les autorités, précisant que le jeune homme a été « influencé par les actions et le manifeste » du terroriste australien. « Il avait également regardé des vidéos de propagande de l'État islamique et en est venu à la conclusion erronée que l'EI représentait l'islam et que l'islam appelait ses partisans à tuer les non-croyants. »

La Direction de la sécurité intérieure révèle ainsi que, tout comme Brenton Tarrant, l'adolescent arrêté comptait diffuser les images de ses actes terroristes sur Internet à l’aide d’un téléphone portable.

Avant d’opter pour des attaques à la machette, il a eu l’intention d’utiliser un fusil mais avait abandonné l'idée au profit d'une attaque à la machette « quand il s'est rendu compte qu'il serait difficile de mettre la main sur une telle arme compte tenu des lois strictes de Singapour sur le contrôle des armes à feu ». Il avait également l'intention de voler la carte de crédit de son père pour se procurer un véhicule qui lui aurait servi à passer d'une mosquée à une autre très rapidement, bien qu'il n'ait pas le permis de conduire.

Une fureur attisée par l'attentat contre une église de Nice

Selon les services de sécurité, qui ont reçu une alerte en novembre, l'attentat perpétré dans une basilique de Nice en octobre 2020 et qui a causé la mort de trois personnes a, en partie, incité le jeune homme à passer à l’action.

« Il avait préparé deux documents qu'il avait l'intention de diffuser avant ses attaques. Le premier était un message adressé au peuple français, qu'il a rédigé après l'attaque contre les chrétiens dans une église de Nice, en France, le 29 octobre 2020. Dans le message, il appelait le peuple français à "se lever pour ce qui est juste", affirmant que "nous ne pouvons pas les laisser (à savoir les musulmans) rôder dans nos buissons et attendre qu'ils attaquent". Il a qualifié ses attaques prévues de "massacre", d'"acte de vengeance" et d'"appel à la guerre" contre l'islam », fait-on savoir.

Le deuxième document, inachevé, était « un manifeste détaillant sa haine envers l'islam et sa conviction que "la violence ne devrait jamais être résolue par la paix" », indique-t-on.

La famille de l'adolescent et son entourage proche n'étaient pas au courant de son funeste projet et n'avaient pas pris la mesure de sa profonde haine envers l'islam, indiquent les services de sécurité, affirmant qu’il est le plus jeune détenu appréhendé en vertu de la Loi de Sécurité intérieure (ISA). Ce dispositif visant à lutter contre le terrorisme permet la détention d’un prévenu sans inculpation officielle, ni limitation de durée, ni recours à un procès.

Chrétiens et musulmans unis contre l'extrémisme

« Ce cas démontre une fois de plus que les idées extrémistes peuvent trouver une résonance parmi les Singapouriens et les radicaliser, indépendamment de leur race ou de leur religion. C'est une menace pour nous tous et notre mode de vie. Nous devons rester vigilants face aux signes indiquant qu'une personne autour de nous s'est radicalisée, afin que nous puissions intervenir tôt pour éviter une tragédie », fait part la Direction de la Sécurité intérieure.

A l’annonce de ce projet d’attentat déjoué, les leaders religieux chrétiens et musulmans de Singapour se sont réunis, jeudi 28 janvier, à la mosquée Yusof Ishak, l’un des deux sites visés par l’adolescent, pour réaffirmer leur confiance mutuelle et la compréhension entre les deux communautés religieuses et condamner le complot d'un jeune chrétien protestant visant à attaquer les musulmans dans deux mosquées ici, rapporte le quotidien singapourien The Straits Times.

« Nous étions choqués et incrédules que cela puisse arriver, surtout venant d'un jeune de 16 ans », a alors déclaré le président du Conseil national des Eglises de Singapour, Keith Lai, rappelant que « tout ce qui avait été planifié par ce jeune homme est contraire à ce que notre Bible enseigne sur l'amour et l'acceptation ». « C'est un appel au réveil pour nous en tant que communauté, pas seulement en tant que communauté chrétienne, mais ensemble en tant que nation, sur la façon dont nous pouvons aider nos jeunes, les guider et les encadrer de la bonne manière. »

« En tant que communauté qui a souvent eu besoin de s'expliquer et d'expliquer ce que l'islam représente vraiment, nous compatissons profondément face à votre choc et votre angoisse de voir une personne professant la foi chrétienne chercher à faire exactement ce qui la profanerait », a répondu le mufti Nazirudin Mohd Nasir, représentant la plus haute autorité musulmane de Singapour. « Notre message sans équivoque de respect et d'attention envers les autres doit atteindre nos jeunes dans nos communautés depuis les chaires, dans les salles de classe et dans nos propres maisons. »

Lire plus :
Après l’attentat de Nice, la fraternité en action avec la Grande Mosquée de Saint-Etienne auprès des catholiques
Attentat à la basilique Notre-Dame de Nice : trois morts, ce que l'on sait sur l'attaque
L'auteur des attentats de Christchurch condamné à la perpétuité