Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 


 


Points de vue

Conflans, Nice : les quatre principes absolus auxquels les musulmans de France sont tenus de respecter

Rédigé par Conseil théologique musulman de France (CTMF) | Samedi 31 Octobre 2020 à 11:35

           

Après la série d'attentats terroristes, dernièrement contre l'église Notre-Dame de Nice, qui secoue durement la France, le Conseil théologique musulman de France (CTMF) adresse un message aux musulmans de France, leur adressant un rappel de « principes absolus qui ne souffrent d’aucune exception ».



© Unsplash / Rachid Oucharia
© Unsplash / Rachid Oucharia
Suite à l’attentat de Nice qui a fait trois victimes innocentes, le Conseil théologique musulman de France (CTMF) condamne d’une manière absolue, sans équivoque et avec force cet acte ignoble. Un acte d’autant plus abject qu’il a été commis au sein d’un lieu de culte catholique. Il condamne également toutes les opérations terroristes qui ont eu lieu à ce jour sur le sol français, quelle que soit la confession des victimes ou des cibles visées.

Le Conseil théologique musulman de France rappelle aux musulmans de notre pays, qu’ils soient citoyens, résidents, réfugiés ou seulement de passage, que la vie d’un homme équivaut à celle de l’humanité tout entière (Coran, chapitre 5, verset 32). Plusieurs versets coraniques vont dans ce sens, appuyés par de nombreuses paroles prophétiques, et confirmés par l’unanimité des savants musulmans, qui font de l’homicide un péché majeur.

Lire aussi : Face à la barbarie, proclamons haut et fort la sacralité de la vie - Après l'attaque à Conflans, l'appel des imams de la paix

Compte tenu de ce qui précède, le CTMF déclare que toute action terroriste perpétrée contre un ou plusieurs êtres humains est strictement interdite en islam en vertu du caractère sacré de la vie humaine à laquelle personne n’a le droit de porter atteinte.

A ce titre, le CTMF souligne les principes absolus suivants qui ne souffrent d’aucune exception :

1. Il est proscrit en islam de porter atteinte à la vie humaine, à l’intégrité corporelle ou psychologique de toute personne.

2. Tout acte touchant les musulmans dans ce qui est sacré pour eux ne saurait en aucun cas justifier la violence ou l’agression, quel qu’en soit l’auteur.

3. Les musulmans, qu’ils soient citoyens français, étrangers résidents en France ou réfugiés, sont tenus de respecter les lois de la République française, non seulement par respect du droit français mais aussi par fidélité au droit musulman qui oblige à respecter le droit en vigueur sur leur territoire de résidence ou de séjour.

4. En cas de désaccord ou pour contester ce qu’ils considèrent comme une atteinte à leur foi, les musulmans doivent respecter scrupuleusement le cadre fixé par la législation française. En outre, les sources islamiques invitent les musulmans au dialogue, aux bonnes actions et à la préservation de la paix civile.

Le CTMF tient à rappeler que la compréhension et l’application de ces principes absolus constituent un engagement à la fois religieux et civique pour tous les musulmans sur le territoire de la République française. Les membres du CTMF sont engagés au quotidien et sur tous les terrains où ils sont actifs dans la prévention et la lutte contre tout discours et tout acte allant à l’encontre de ces principes.

Le CTMF exprime ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et apporte son soutien à l’ensemble de la communauté catholique. Dans ce moment de deuil, le CTMF appelle le peuple français à s’unir autour des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui sont notre bien commun.

Lire aussi :
Attentat de Nice : aux citoyens et aux catholiques de France, « nous, musulmans, sommes à vos côtés »
Après l’attentat de Nice, la fraternité en action avec la Grande Mosquée de Saint-Etienne auprès des catholiques
Attentat de Nice : le restaurateur qui a recueilli une victime livre son témoignage (vidéo)
Attentat de Notre-Dame de Nice : la solidarité exprimée par l’Union des musulmans des Alpes-Maritimes




Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

18.Posté par Premier Janvier le 02/11/2020 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je reconnais que c'est très mal dit.
Tout ce que j'ai dit est extrêmement dit. Même sachant ce que j'ai voulu dire, en relisant je ne me comprend pas moi même. Lol.
En disant, ce que l'on trouve ne peut pas avoir existé avant qu'on ne l'ai trouvé, j'ai voulu bien sur dire, lorsque l'on trouve soi même quelque chose.
Ce que vous avez trouvé (lu) ne peut avoir existé avant que vous ne l'ayez lu.
Cependant le livre existait bien avant que vous ne l'ayez lu bien sur.
Et donc ce que vous avez trouvé existait bien avant que vous ne l'ayez lu.
Mais vous ne l'avez pas trouvé parce que le livre existait déjà. Puisque vous ne l'aviez pas encore lu.
Tout ce que l'on trouve à toujours été là. Puisqu'on le trouve.
Prenez l'art par exemple.
Les artistes créent mais ne trouvent rien.
N'importe lequel d'entre nous aurait pu trouver ce qu'ils ont trouvé. C'était déjà là mais on a pas su le voir. Ils ne trouvent rien, ils nous le révèle.



ils nous révèlent les choses juste.

17.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 02/11/2020 07:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas mal votre paradoxe du livre qui ne peut pré-exister à sa lecture: comme si vous vouliez dire qu'incréé, et donc inexistant il ne se manifestait que lorsqu'on le lit, d'où la nécessité de le relire sans arrêt ce que par ailleurs vous avez déjà soutenu. Vous parlez comme un sage Zen.

Maintenant au sujet des deux sens entre lesquels on ne peut choisir, je vous accorde qu'il y a un problème, mais chacun des "sens" est contenu dans un verset différent. Tel le diable vous me tentez et me demandez de couper le Coran en deux... Alors qu'il est un bloc !

16.Posté par Premier Janvier le 01/11/2020 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je l'ai tellement bien dit que je reviens sur ce que j'ai dit. Lol.
Pour, on ne peut pas inventer le faux, lire le contraire. On ne peut que l'inventer, le trouver.
Il n'y a que le faux lui même qui puisse dire qu'il est faux.
Je crois que je parle pour ne rien dire puisque personne n'ignore ce que je dis.
Du coup j'en reste là. Surtout que je commente beaucoup.
J'ai l'air un peu envahissant. J'ai l'air de prendre tout le lit. Lol.

15.Posté par Premier Janvier le 01/11/2020 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un vrai n'existe que s'il est absolument vrai.
Pour pouvoir nier le vrai il faut que le faux soit un vrai faux. 0
On ne peut pas l'inventer. Il peut y en avoir plusieurs mais il doit être absolument faux.
Vous dîtes de ce que vous lisez qu'il est un vrai et donc que personne ne peut le contredire, sans en faire la démonstration. En précisant que ce n'est pas vous qui l'avez lu mais un autre, d'autres.

14.Posté par Premier Janvier le 01/11/2020 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est au moment ou l'on lit quelque chose qu'il devient. Avant ça il n'existait pas. Un livre ne peut préexister à celui qui le lit. Ce que l'on trouve ne peut pas avoir existé avant qu'on ne l'ai trouvé.
Le livre existait déjà malgré tout. Mais ce n'est qu'au moment ou l'on trouve les choses qu'elles se mettent à exister.

13.Posté par Premier Janvier le 01/11/2020 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lorsque l'on trouve quelque chose on le rend à celui qui l'a perdu. Mais on ne peux pas le choisir. Vous avez trouvé quelque chose et vous voulez le donner à celui que vous désignez. Or c'est à lui de dire c'est à moi ou ce n'est pas à moi. Ce que vous avez trouvé (lu) existe puisque vous l'avez trouvé mais pour qu'il soit à quelqu'un il faut qu'il le reconnaisse.

12.Posté par Premier Janvier le 01/11/2020 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les versets ne disent pas une continuité, une histoire. Ils ont un début et une fin. Ils sont des histoires qui chacun dit une histoire qui font un récit.
Celui que l'on dit qu'il est un conte, des événements, une image, une vérité, une mémoire, une déclaration...
Si je dis la maxime qui s'assemble se ressemble.
Elle n'est vraie que si je ne peux pas lui opposer un faux.
Les contraires s'attirent.
Les deux sont vraies. Aucune ne l'est. Ou une seule l'est.
Vous élisez laquelle vous?

11.Posté par Premier Janvier le 01/11/2020 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais enfin François les écrits précèdent la lecture.
Un livre ne peut préexisté à celui qui le lit.


10.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 01/11/2020 07:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@11 Vous ne comprenez pas: ce que je dis, c'est que citer le Coran hors contexte c'est cela l'islamisme et je dis pourquoi: il ne cite pas l'autre partie du contexte et donc me menace de mort implicitement.

Un musulman qui s'assume cite tous le verset et aussi ceux qui l'entourent, courageusement et sans ciller et s'il prétend à la vérité du texte, doit la dire franchement, sans tortiller comme un lâche en faisant semblant d'être gentil.

Maintenant, s'il y a une explication à cette juxtaposition de sentences et de menaces, et bien qu'il la fournisse. Mais ce problème n'est pas le mien, contrairement à ce que vous suggérez.

9.Posté par Premier Janvier le 31/10/2020 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. Pourquoi plutôt que de dire vos interprétations ici vous ne les faîtes pas savoir aux religieux. Mieux pourquoi ne prendriez-vous pas leur place.
Ainsi vous ne pourriez plus dire ensuite, ce n'est pas moi qui ait lu ça c'est l'autre. Lol.

8.Posté par Premier Janvier le 31/10/2020 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. On lit quelque chose, on le pense, l'analyse, puis on conclut.
Vous concluez une chose de ce que vous avez lu dans le coran en en disant ce que j'ai moi même compris, interprété, ne m'appartient pas, c'est écrit.
Pour ensuite le contredire en en disant c'est écrit mais ce n'est pas ce qu'il faut lire car c'est islamiste. C'est contradictoire.

7.Posté par Premier Janvier le 31/10/2020 21:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. Il y a les êtres (un état) puis il y a les objets (un réel) puis il y a les choses (les faits). Si vous tenez le même discours que les islamistes (c'est écrit) vous ne pouvez pas en dire ensuite le contraire, ce sont les personnes qui le sont. Et c'est ce que vous dîtes.

6.Posté par Premier Janvier le 31/10/2020 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. Vous vous contredisez.
Vous dîtes que c'est ce que vous lisez vous même dans le coran qui est islamiste.
C'est de votre propre lecture que vous parlez.
Le coran ne dit que ce que vous dîtes qu'il dit.

5.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 31/10/2020 19:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ils sont islamistes et peuvent dire ce qu'ils veulent y compris que le ciel est bleu et qu'il faut respecter les lois...
Au passage la citation de 5.32, dont nous avons assez parlé évoque directement l'enfumage islamiste classique. Menace de mort presque directe pour les opposants au prophète...

En plus ils le disent mal.
1) les victimes sont "innocentes". Auraient elles été coupables que cela eut changé quelquechose ?
2) le crime est d'"autant plus ignoble" qu'il y a eu lieu dans un lieu de culte catholique. Aurait il été plus excusable dans une mosquée chiite ?

4.Posté par Premier Janvier le 31/10/2020 16:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour des islamistes ils disent bien la république en tout cas. Ou bien alors ils la disent mal et je ne sais pas le voir.
Sachant de vous voyez des discours islamistes à peu près partout, ce qu'il faudrait c'est que vous disiez c'est non pas ou il se trouve mais ou il ne se trouve pas.

1 2