Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Points de vue

Ces musulmans qui ne savent pas débattre

Rédigé par Farid Abdelkrim | Lundi 14 Octobre 2013 à 09:24



Ces musulmans qui ne savent pas débattre
Comment qualifier ce sentiment qui, ces derniers temps, en France, habite nombre de citoyens, autrement que par une prodigieuse exaspération ? Marre, en effet, de supporter cette ligue de prophètes de l’apocalypse qui passent le plus clair de leur temps à pester que c’est le calvaire. L’enfer. La fin.

Mais pour qui, au juste ? Les musulmans, pardi ! Qui, vraisemblablement, seraient des victimes ! Rien que des victimes ! Les seules, manifestement ! Victimes de la France ! Laquelle ? Toute la France ! En dérive ! Parce que haineuse ! Parce que raciste ! Parce que « islamophobe » !

Grands, parmi les grands, apôtres de l’inéluctable, ils respirent la clairvoyance. Réfuter les évidences qu’ils énoncent, c’est donc, à coup sûr, s’attirer les foudres de la « disqualification ». Une nouvelle discipline. Les règles du jeu en sont simples.

Parés de la robe de juge, ces infaillibles commenceront par mettre à l’index celui qui aurait l'indélicatesse de ne pas abonder dans leur sens. Puis ils lui prêteront des intentions mesquines. Ils anticiperont des condamnations en tout genre contre ses hypothétiques prises de position à venir. Ils iront jusqu’à bafouer son intégrité morale, voire railler son physique… En revanche, pour ce qui est de discuter ses idées, ses opinions, c’est, en l’espèce, totalement accessoire. Pour ne pas dire prohibé. Une œuvre de salubrité privée, en somme ; assurée par ces garants autoproclamés de l’islam. Quel islam ? Le seul ! Le vrai ! L’unique ! Le leur, cela va sans dire !

La genèse de tout cela est fort simple à saisir. D’une part, il y a, en haut, tout en haut, au sommet, des productions humaines « intellectuelles » qui seraient devenues sacrées. Un peu comme le Coran, ou presque. Elles doivent être impérativement admises ! Si elles peuvent être commentées, c’est uniquement de manière positive ! Elles ne sont pas critiquables ! Elles sont immuables ! Elles sont la référence et participent ainsi du patrimoine de la caste de ces intouchables. D’autre part, il se trouve, tout en bas, dans les profondeurs méprisables de l’insignifiance, le rebus. Misérables bougres qui, inévitablement, se délestent de leurs creuses gamberges agressant ainsi les sens de ces esprits saints et de ces âmes pures. Vils mortels. Coupables, c’est indiscutable, de sacrilège ! d’hérésie !

Saine inquisition que ce sport donc. Le score se comptabilise d’ailleurs en nombre d’excommunications. Ou comment Dieu se serait mis à louer les services de ventriloques pour prononcer Ses jugements.

Pour ma part, et si mes calculs sont exacts, je devrais me situer actuellement quelque part entre l’islam d’en dessous et celui des bas-fonds. Mais que se rassurent celles et ceux qui croiraient qu’on m’y a balancé malgré moi. J’y suis né. Et c’est là qu’est ma place en vérité. Terre natale pour les petits, les faibles, les faillibles, les pêcheurs… Je me reconnais dans ce monde. Je suis de ce monde. C’est le mien. C’est celui des humains.

Alors, dans ce monde, mon monde, débattre a un sens. Cela signifie entendre. Entendre et comprendre que certains de mes concitoyens, musulmans ou non, puissent être angoissés. Qu’ils puissent avoir peur à cause d’une certaine visibilité incarnée, défendue et/ou revendiquée par certains musulmans.

Dans mon monde, j’ai appris que Dieu ne se cantonne pas sous un hijab. Que la grandeur de l’islam ne se résume pas à la longueur d’une barbe ou à la noirceur d’un niqab.

Dans mon monde, l’existence et la pertinence de l’« islamophobie » constituent, à mes yeux, quelque chose (je ne sais pas comment le définir autrement) à quoi je n’accorde pas le moindre crédit. Dans mon monde, les musulmans – que j’ai accompagnés pendant près de 30 ans et que je continue d’accompagner – sont tous différents. Il y a des gens très bien, très bons. Et il y a également des malfaisants. Faut de tout pour faire un monde ! Il y a des victimes. Mais aussi des coupables. Et des innocents. Et des idiots. Et des sages. Il y a des saints. Des vrais. Et il y a des hommes. Et des femmes. Et des citoyens. Et des menteurs. Et des voleurs. Et des gourmands. Et des obsédés. Et des bons vivants. Et des vertueux. Et des intégristes. Et des psychorigides. Et des malades…

Dans mon monde à moi, je ne suis pas seul. Il y a quelques musulmans. Et il y a tous les autres… dans mon monde à moi. Et ils comptent tout autant.

Dans mon monde à moi, certains croient en Dieu… d’autre pas… et il y en a même qui se prennent pour Lui.

Dans mon monde, enfin, débattre, c’est vital ! Cela a un sens. Cela signifie certes nourrir. Mais cela veut aussi dire se nourrir. C’est tout à la fois parler et écouter. C’est le droit de ne pas être d’accord, sans oublier le devoir de respecter le désaccord de celui qui me parle. C’est admettre la possibilité que je puisse être dans l’erreur et qu’il puisse être dans le vrai.

Tel est donc mon monde. Telle est ma France. Ma conception du débat aussi. Ma conception de l’être humain. Et du musulman… Mais on peut ne pas être d’accord.

Farid Abdelkrim a été membre de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), fondateur et président du mouvement des JMF (Jeunes musulmans de France). Il est auteur, notamment, de La France des islams. Aujourd’hui humoriste, il est en tournée avec un nouveau spectacle, un one-man-show-débat : Le Chemin de la gare.





Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Hala le 14/10/2013 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci !

Je vous rejoins sur beaucoup de points.

L'Islam n'a ni clercs, ni clergé, ni moines ni bonnes sœurs.
L'Islam n'a ni soutane ni robes de bure.
L'islam ne se réduit pas à l'apparence.

L'Islam est pluriel, multicolore et surtout ouvert
L'islam n'est pas synonyme de rigueur à l'excès

Et surtout : l'Islam ce ne sont pas les apparences !

Merci également de faire la distinction entre le Livre, le Coran, parole divine, sacrée, parfaite et le dogme, construction humaine, influencée par l'histoire, les politiques, les courants de pensées.

J'espère que nombre de vos lecteurs accepterons mieux le débat.

2.Posté par Johan le 14/10/2013 15:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous dites: "Alors, dans ce monde, mon monde, débattre a un sens. Cela signifie entendre. Entendre et comprendre que certains de mes concitoyens, musulmans ou non, puissent être angoissés. (..) Dans mon monde, l’existence et la pertinence de l’« islamophobie » constituent, à mes yeux, quelque chose (je ne sais pas comment le définir autrement) à quoi je n’accorde pas le moindre crédit."

Monsieur, débattre ne veut pas simplement dire exposer ses croyances, mais aussi les étayer par des faits et des arguments logiques. Pourquoi n'accordez-vous aucun crédit à l'existence de l'islamophobie? Sur quelles études vous basez-vous pour contredire les études très sérieuses entreprises sur le terrain par l'ENAR (European Network Against Racism)? Pensez-vous que l'ENAR soit également un ramassis d'intégristes?

3.Posté par Miled le 15/10/2013 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Attention Johan, il ne dit pas exactement ce que tu dis, il ne faut pas déformer la pensée d'autrui.

En gros, ce que j'ai compris de son article c'est que l'islamophobie existe du fait d'un manque d'empathie de la part de notre communauté incapable de comprendre le regard que l'on peut adresser de l'extérieur.
Ce qui est vrai, j'ai constaté une islamo-centrie très prononcé dans notre communauté à l'origine je pense d'une partie de l'islamophobie du au fait qu'on ne sait pas vraiment écouter et comprendre les peurs d'autrui, c'est à nous de les sentir et de rassurer . Comment rassurer si on ne sent pas ce qui doit l'être?

4.Posté par Johan le 15/10/2013 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les questions que j'ai émises plus haut ne doivent pas être vues de façon négative. Je suis d'accord que l'islam est pluriel et ouvert et qu'il y a malheureusement certains frères et soeurs qui voudraient le réduire à quelque chose de rétrograde et de fermé ou qui ne sont pas très ouverts au débat. Faut-il pour autant fermer les yeux sur l'islamophobie, qui, elle aussi, ne cesse de dépeindre la communauté musulmane dans toute sa diversité comme un bloc monolithique de fanatiques rétrogrades et fermés, inaptes au débat?

L'islamophobie empêche tout débat en véhiculant des stéréotypes haineux qui n'ont qu'un but: pousser au rejet de l'autre et à la violence.

5.Posté par Johan le 15/10/2013 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Miled: Il est possible et même très probable que je n'ai pas bien compris l'intention de l'auteur. Pourtant, je n'ai fait que citer littéralement ce qu'il a écrit. C'est pourquoi je pose des questions. En m'en tenant strictement à une lecture littérale, j'en viens à des conclusions absurdes. Or, le principe de charité veut qu'on n'impute pas d'absurdités à un auteur. Le mieux serait donc que l'auteur précise sa pensée, non?

6.Posté par chabri le 19/10/2013 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour HalLe grand mufti d’Arabie saoudite souhaite la destruction de « toutes les églises » dans la péninsule arabique .Le grand mufti d’Arabie saoudite, qui est également le chef du Conseil suprême des oulémas du pays, s’exprimait devant une délégation du Koweït
29/9/13
S’exprimant devant une délégation venue du Koweït, le cheikh Abdul Aziz ibn Abdullah, grand mufti d’Arabie saoudite, a déclaré qu’il « est nécessaire de détruire toutes les églises de la région », rapporte l’agence Fides. Selon lui, l’élimination des églises serait en accord avec la règle séculaire selon laquelle l’islam est la seule religion praticable dans la péninsule arabique.
Le grand mufti d’Arabie saoudite est l’un des plus hauts responsables religieux de ce royaume musulman sunnite. Appartenant au courant rigoriste hanbalite, il est également le chef du Conseil suprême des oulémas (c’est-à-dire des savants musulmans) et du Comité permanent pour la recherche islamique et la fatwa. Cette déclaration intervient après qu’un parlementaire koweïtien, Osama Al-Munawer, a annoncé sur le réseau social Twitter sa volonté de présenter un projet de loi visant à interdire la construction de nouvelles églises et lieux de culte non islamiques au Koweït.

7.Posté par chabri le 21/10/2013 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A johan
Salam ! Le jour où il n' y aura plus de christianophobie dans le monde , le jour où les musulmans cesseront de dire que la Bible a été falsifiée ( aucune preuve tangible ) , le jour où l'on ne nous traitera plus d'infidèles ou de " kouffars ", , le jour où l'on expurgera du Coran le verbe ' tuer ' n' y aura plus d'islamophobie !
ET rentrez dans votre tête qu'il 'y a d'autres chemins pour aller vers Dieu et pas seulement le vôtre !!
Que la paix du seigneur soit avec vous !

8.Posté par Chouch le 24/10/2013 19:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ chabri: vous voulez sans doute parler du jour où il n'y aura plus de cons dans le monde?
Pour votre gouverne, les musumans se réservent le droit de dire que la bible a été falsifiée, du même droit que les chrétiens se réservent le droit de ne pas reconnaitre Mohamad comme prophète et messager (bénédiction et paix soit sur lui). Les musulmans se réservent le droit de dire que les chrétiens actuels, boudhistes, scientologues ou je ne sais qui d'autre sont "kouffars", ce qui veut dire littéralement mécréants, et au premier degré qui mécroient. C'est pas comme si vous croyiez au Coran, si?? BON.
(J'ajoute entres parenthèses que c'est plus le fait de se faire traiter de kouffars entre certains musulmans qui est inquiétant et lamentable, d'où l'article en question).
Le jour où toute la violence disparaitra de la bible (ancien testament comme le nouveau), on en reparlera pour le Coran. Si Dieu dit qu'il faut tuer qu'on on se fait envahir ou on se fait combattre (en temps de guerre je précise que c'est toujours le cas), il le fait. On va pas se mettre à censurer le coran à tout va.
Il est des choses que l'on ignore, et c'est bien par des débats que les choses commencent. Déjà par rappeler aux nôtres les principes fondamentaux de l'islam et de l'histoire. Saviez-vous que l'une des épouses du prophète était copte? et qu'il a ordonné la protection pour son peuple en Egypte? Connaissez-vous le serment de Sainte Catherine? J'espère que vous vous adoucirez sur vos positions, les musulmans...  

9.Posté par Chouch le 24/10/2013 22:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lu sur un article sur saphirnews:

Voici à titre d’illustration l’accord dicté par le Prophète au chrétien Ibn Harris ibn Ka’b et à ses coreligionnaires : « La religion de tous les chrétiens qui vivent en Orient et en Occident, leurs églises, leurs vies, leurs honneurs et leurs biens sont sous la protection d’Allah, de son Prophète et de tous les croyants. Personne, parmi eux, ne sera contraint. Si l’un d’entre eux est exposé à un crime ou à une injustice quelconque, les musulmans auront l’obligation de l’aider. »

En espérant que cela puisse aider à changer les mentalités, chez nous comme chez vous....

10.Posté par chabri le 24/11/2013 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que Dieu vous entende . IL faudrait envoyer cet Adith de miséricorde à tous les chrétiens de Syrie, les coptes d'Egypte et les maronites du Liban .
Que l'esparit de paix et d'amaiur de Jésus Christ , le Verbe de Dieu , descende dans le cœur de tous les croyants Juifs , Chrétiens et Musulmans !

Le Coran est très précis : Jésus n’a pas été créé par la Parole (ou le Verbe) de Dieu (Sourate 19, Verset 35 : « Quand Allah décide d'une chose, Il dit seulement : “Soi ! ” Et elle est »), mais il est la Parole de Dieu puisque la Sourate 3, Verset 45 précise : « une Parole venant de lui » et le nom de cette Parole sera « le Messie Jésus ». Cette constatation est fondamentale : en tant que Parole de Dieu, Jésus est un attribut de Dieu.
Dans l’Evangile, on retrouve toute la signification du mot « Parole » ou « Verbe » : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle ; et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. En elle était la vie et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue. Et la Parole est devenue chair, et elle a habité parmi nous et nous avons contemplé sa gloire, pleine de grâce et de vérité. » (Jean1, 1-12)