Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Burkina Faso : les organisations musulmanes appellent à « l'union sacrée » contre le terrorisme

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 7 Mars 2018



Burkina Faso : les organisations musulmanes appellent à « l'union sacrée » contre le terrorisme
La Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB), par l'entremise de son président Aboubacar Maïga II, « condamne fermement et ne cessera jamais de le faire » les attentats meurtriers du 2 mars à Ouagadougou, décrits dans un communiqué paru mardi 6 mars comme une « barbarie injustifiable ».

Vendredi 2 mars, la capitale du Burkina Faso a été le théâtre d’un double attentat revendiqué le lendemain par un groupe terroriste qui se fait appeler Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans (GSIM). Il a affirmé, dans un communiqué, avoir agi « en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l’armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines ». Les attaques ont eu lieu à l’état-major général des armées et à l’ambassade de France, coûtant la vie à huit militaires et faisant plus de 80 blessés.

Outre la condamnation de ces actes de violence, la FAIB a également adressé un message de soutien aux victimes et à leurs familles, tout en félicitant la réactivité des forces de l’ordre, qui ont neutralisé neuf assaillants. Aboubacar Maïga II, appelle à une « union sacrée » de toute la population du Burkina Faso pour lutter contre « l’ennemi commun » responsable des violences dans le pays. Il a également lancé « un appel à la prière et à la lecture du Saint Coran » pour ramener la paix et la sécurité au Burkina Faso sous la protection divine.

A l'instar des musulmans, la communauté catholique a aussi condamné les attentats. L'archevêque de Ouagadougou, Mgr Philippe Ouedraogo, a fait part de sa sollicitude et de son empathie envers les victimes des attaques que l’Église catholique locale condamne et qualifie de « violence inhumaine ». Dans sa lettre officielle, il invite les fidèles catholiques à reprendre la prière pour la paix à chaque messe célébrée, à prier pour la paix du pays lors du jeûne des vendredis et les chemins de croix en ce temps de carême.

Lire aussi :
Depuis le Burkina Faso, Macron plaide pour le retour du patrimoine africain en Afrique