Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Boris Johnson, anti-niqab, accusé d'offenser les musulmans, le gouvernement réagit

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 8 Août 2018



Boris Johnson, anti-niqab, accusé d'offenser les musulmans, le gouvernement réagit
Comparer les femmes portant le voile intégral (niqab) à des « boites aux lettres » et à des « braqueurs de banque », c'est ce qu'a fait Boris Johnson, ancien maire de Londres et ancien ministre des Affaires étrangères. Des propos qui lui valent depuis lundi 6 août de nombreuses critiques et accusations d'incitation à la haine contre les musulmans.

Tout est parti d'une tribune parue dans le Daily Telegraph dans laquelle Boris Johnson a décrit le voile intégral comme une tenue « ridicule » et « bizarre » sans pour autant plaider pour l'interdiction du niqab dans les espaces publics. Mais il a froissé du monde en faisant une comparaison hasardeuse qui a scandalisé des organisations musulmanes.

Ses propos ont été jugés « particulièrement regrettables » dans un contexte où « l’islamophobie et la haine à l’égard des musulmans sont de plus en plus préoccupantes », selon le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB).

Mohammed Amin, président du Forum conservateur musulman a aussi réagi en qualifiant la tribune d’« antimusulmane ». Indigné qu’un tel discours ait été prononcé par un « maître de la langue anglaise » qui comprend « exactement quel effet auront ses propos », il a déploré l’attitude de Boris Johnson.

Sayeeda Warsi, ancienne vice-présidente du parti conservateur, y voit un calcul politique de la part de cet ancien ministre. « Ce sont des commentaires insultants, mais une stratégie intelligente », a-t-elle signifié. Selon elle, Boris Johnson a clairement mesuré « l’effet » et « l’impact » de ses propos, mais il les a choisis « intentionnellement » pour « lécher les bottes de l’extrême droite ».

Au lendemain de la tribune, Brandon Lewis, président du Parti conservateur auquel Boris Johnson appartient, a fait savoir qu’il lui avait demandé de s’excuser pour ses propos offensants. La Première ministre britannique Theresa May a également appelé Boris Johnson à présenter des excuses envers les musulmans heurtés par ses paroles. Auprès des journalistes, elle a insisté sur la position du gouvernement sur la question du port du niqab : « Les femmes devraient pouvoir choisir comment s’habiller. C’est à la femme de décider comment s’habiller, il n’appartient pas aux autres de dire à une femme comme elle doit s’habiller. »

Lire aussi :
L'interdiction du niqab en vigueur au Danemark