Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Bill Clinton évoque la fin de la campagne de Hillary

| Lundi 2 Juin 2008



L'ancien président américain Bill Clinton a semblé annoncer à demi-mot la fin imminente de la campagne présidentielle de sa femme Hillary, dans des déclarations rapportées par des médias.


«Je voudrais aussi dire qu'aujourd'hui pourrait être le dernier jour où je suis engagé dans une campagne de ce genre», aurait-il dit à des partisans de sa femme dans le Dakota du Sud, site mardi de l'une des dernières primaires de la course à l'investiture démocrate pour la présidentielle.

«Je croyais que j'en avais fini avec la politique, jusqu'à ce que Hillary décide de se présenter. Mais cela a été l'un des plus grands honneurs de ma vie de partir faire campagne pour elle», a-t-il ajouté, selon les télévisions ABC et NBC.

Certains autres médias expliquaient lundi que devant l'énorme avance accumulée par son rival Barack Obama, Mme Clinton était en train de tirer des conclusions sur l'opportunité de poursuivre sa campagne après les dernières primaires mardi.

Selon le journal Newsday, Mme Clinton se préparait à une journée de réflexions mardi entourée de ses plus proches conseillers et de Bill Clinton.

Son équipe a annoncé qu'elle participerait mardi soir à une soirée électorale dans son fief de New York.

Selon le journal en ligne Politico, des membres de son équipe chargés de l'organisation de déplacements ont été invités à venir à New York mardi, et informés que leurs fonctions touchaient à leur fin.

«Le seul vrai conseiller d'Hillary c'est Bill. Ce n'est pas un cercle large, donc nous ne savons pas ce qu'ils vont faire», a dit un des plus importants partisans new-yorkais de Mme Clinton, cité par Newsday.

Le haut conseiller Harold Ickes a néanmoins assuré que l'équipe de l'ancien Première dame tentait toujours de convaincre des «superdélégués», c'est-à-dire des cadres et élus du parti libres d'endosser le candidat de leur choix, qu'elle était la meilleure candidate du parti pour novembre et qu'ils devaient annoncer leur soutien.

«Nous ne pensons pas qu'à minuit demain (mardi soir) l'un des deux candidats aura le chiffre magique» de délégués nécessaires pour revendiquer l'investiture, a dit M. Ickes sur la chaîne de télévision MSNBC.

«Nous continuons à défendre les arguments de Hillary auprès de ceux qui qui ne se sont pas déclarés», a-t-il ajouté.

L'équipe de M. Obama calcule qu'il lui faut le soutien de 43 délégués ou superdélégués supplémentaires pour s'assurer de l'investiture. Trente-et-un délégués seront répartis à la proportionnelle mardi dans le Montana et le Dakota du Sud.





Loading