Connectez-vous S'inscrire
Rss
YouTube
Instagram
Google+
Twitter
Facebook
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité







Sur le vif

Avec la crise, les relations interreligieuses se dégradent

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 1 Décembre 2011



Un sondage Ipsos, réalisé pour le Conseil Economique, Social et Environnemental et KPMG, montre une dégradation des relations entre les communautés religieuses et les personnes d’origines ethniques différente, selon la perception des personnes interrogées. Car si 49 % des sondés considèrent que les relations entre personnes d’origines ethniques différentes sont bonnes, ils sont, tout de même, 46 % à penser le contraire. Concernant les rapports entre les communautés religieuses, 51 % jugent ces rapports mauvais et 44 % « bons ».

Ces chiffres n’échappent pas au clivage générationnel, les jeunes étant plus enclins à considérer ces relations comme « mauvaises » (58 % des moins de 35 ans), alors que 51 % des 60 ans et plus, croient en de bonnes relations interreligieuses.

Et si « l’accroissement des inégalités » est perçu comme la « principale menace au vivre-ensemble » (43 %), la « crise économique » (39 %) survient en deuxième position puis les extrémismes religieux (26 %). Enfin, la famille reste une valeur importante. 82 % des sondés considèrent les relations interfamiliales comme « bonnes » et 86 % ne perçoivent pas de tensions particulières entre les hommes et les femmes.

Pour valoriser le vivre-ensemble, la tolérance et le respect apparaissent, pour 46 % des sondés, comme les meilleurs gages d’une société où les relations sociales seraient apaisées. En faire la promotion est la mesure jugée la plus efficaces pour mieux vivre ensemble, avec « la formation des jeunes à la citoyenneté par l’éducation civique ou le service civil » pour 43 % des interviewés.

Lire aussi :
Dialogue islamo-chrétien : vers des positions communes ?
L’unité dans la pluralité, l’appel pour une société multiculturelle
Assises nationales de la diversité culturelle : « Construire l’interculturel, une question d’humilité »




Loading