Connectez-vous S'inscrire






Société

Attaques racistes : « Nabaoui au four »

| Vendredi 5 Mai 2006

Ce mardi 2 mai à Strasbourg, un médecin a été victime de vandalisme xénophobe et raciste sur son lieu de travail. Etant la femme d'Abdelhaq Nabaoui, président sortant du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Alsace, on pouvait lire sur le mur « Nabaoui au four » ou « Sale arabe ». Le couple Nabaoui a décidé de porter plainte.



Ce n’est pas un hasard

Ce mardi 2 mai au matin, Mme Nabaoui s’est rendue à son lieu de travail dans la ville de Strasbourg. C’est dans le hall d’entrée de l’immeuble qui abrite son cabinet médical que Mme Nabaoui a découvert les inscriptions racistes et islamophobes, s’attaquant directement à sa famille. On pouvait ainsi lire : « Nabaoui au four », « Sale arabe », le tout orné de croix gammées. Son mari Abdelhaq Nabaoui est le président sortant du CRCM d’Alsace. Enseignant, il est actuellement président de la région Grand Est de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) et vient d’être nommé aumônier national hospitalier par le Conseil français du culte musulman (CFCM). Ce n’est pas un hasard.

C’est la troisième fois que la famille Nabaoui est victime de vandalisme islamophobe. La première a eu lieu en 2004, lors de la profanation de tombes musulmanes au cimetière de la Meinau, à Strasbourg, où on pouvait lire à côté des tombes saccagées « Nabaoui à mort ». La même année, lors des profanations de 50 tombes musulmanes du cimetière militaire du quartier Cronenbourg à Strasbourg, à laquelle Jacques Chirac avait vivement réagi, qualifiant ceci d’« actes scandaleux » ; Mme Nabaoui avait reçu les mêmes attaques sur son lieu de travail. Et ce mardi, pour la troisième fois, les Nabaoui sont victimes d’actes racistes.

Toute la communauté musulmane est touchée

M. Nabaoui a porté plainte auprès du préfet de Strasbourg et compte en aviser le cabinet du ministre de l’Intérieur, ainsi que le président de la République. « Lorsqu’on s’attaque à votre famille c’est très difficile, surtout que les attaques sont nominatives.

C’est le prix à payer pour porter des responsabilités, on se doit de participer à l’évolution de nos frères et sœurs dans cette société »
explique Abdelhaq Nabaoui. « Cependant, je ne pense pas que ce soit simplement des attaques personnelles, c’est toute la communauté musulmane qui est touchée et attaquée par ces actes racistes », conclut-il.