Connectez-vous S'inscrire
Rss
YouTube
Instagram
Google+
Twitter
Facebook
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité







Sur le vif

Allemagne : contre la cyberhaine, 36 perquisitions menées

Rédigé par Imane Youssfi | Mercredi 21 Juin 2017



Allemagne : contre la cyberhaine, 36 perquisitions menées
La police fédérale annonce mercredi 21 juin avoir procédé à 36 perquisitions aux domiciles de personnes incriminées pour avoir publié des commentaires haineux sur Internet. Ces individus sont soupçonnés d’avoir lancé des appels à la haine et à la violence raciste. Ils sont souvent liées à l’extrême droite allemande mais deux militants d’extrême gauche sont aussi concernés par les perquisitions.

« Le fait que de nombreux messages appelant à la haine continuent d’être publiés illustre la nécessité pour la police d’agir. Notre société ne doit pas tolérer un climat de peur, de menaces, d’incitations à la violence et d’autres choses punies par la loi, qu’elles se déroulent dans la rue ou sur Internet », a déclaré le directeur de la police fédérale, Holger Münch, cité par le New York Times.

En avril, le gouvernement allemand lançait un projet de loi infligeant de lourdes amendes, jusqu’à 50 millions d’euros, aux réseaux sociaux ne censurant pas les commentaires racistes, xénophobes ou négationnistes. Le gouvernement d’Angela Merkel s’en expliquait ainsi : « Les publications manifestement délictueuses doivent être effacées ou bloquées dans les 24 heures suivant leur signalement, les autres contenus délictueux doivent être effacés ou bloqués dans les sept jours suivant leur signalement. » Cette règle s’applique également pour les copies de ces messages.

Facebook était déjà dans le collimateur de l’Allemagne. Le réseau social s’était engagé à modérer sous 24 heures les contenus signalés dans le pays après une remise en place de Berlin. Le 3 mai, Mark Zuckerberg annonçait l’embauche de 3 000 modérateurs supplémentaires d’ici un an.

Lire aussi :
Belgique : un professeur viré pour islamophobie sur Facebook
Vague de racisme sur la page Facebook de l’Education nationale





Loading