Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Algérie: Formation d'imams et de conseillères contre les fatwas fantaisistes

| Jeudi 21 Juin 2007



Le ministère algérien des Affaires religieuses a annoncé la formation d'imams et de "mourchidates" (guides) pour contrer "les fatwas (avis religieux autorisés) importées" et considérées comme contrevenant aux préceptes islamiques.

Une première session de formation a concerné, début juin, plusieurs imams et guides à Constantine (est).

Les fatwas incriminées seraient émises par des "pseudo-imams" n'ayant aucune formation et non agréés, s'exprimant notamment à travers des chaînes satellitaires captées en Algérie, selon le ministère algérien.

Les Algériens suivent plusieurs de ces chaînes qui diffusent des émissions religieuses et des fatwas "semant le doute et l'incompréhension" au sein des fidèles en Algérie, selon cette source.

Ces émissions diffusent des idées intégristes et prônent notamment l'exorcisme, poussant de nombreux malades, notamment des femmes, à s'adresser à des "pseudo-imams" spécialisés et à interrompre leur traitement médical, selon plusieurs cas rapportés par la presse.

Des malades sont morts ou sont tombés dans le coma après avoir subi des séances d'exorcisme ou suivi un traitement à base d'herbes et d'"eau bénite", selon les rebouteux.

L'Algérie souffre d'un manque d'imams qualifiés et d'une institution religieuse officielle spécialisée dans les fatwas.

La fonction de Moufti de la république annoncée il y a plus d'une année par le conseil des ministres et censée mettre fin à l'anarchie des fatwas contradictoires, n'est toujours pas pourvue.

La plus haute instance religieuse reste le Haut conseil islamique (HCI).




Loading