Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Ahmadinejad: le dossier nucléaire est 'clos'

| Mercredi 26 Septembre 2007



Mardi, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré à la tribune des Nations unies que le dossier des ambitions nucléaires de son pays était "clos" et que la question devait désormais être traitée par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"J'annonce officiellement que, selon nous, la question nucléaire est désormais close et qu'elle est devenue une question ordinaire relevant de l'Agence" internationale de l'énergie atomique (AIEA), a déclaré M. Ahmadinejad.

Faisant notamment allusion aux Etats-Unis et à l'Union européenne, le président iranien a affirmé que l'Iran ne tiendrait pas compte des "diktats illégitimes et politiquement motivés des puissances arrogantes" en ce qui concerne son programme nucléaire.

"Malheureusement les droits de l'homme sont largement violés par certaines puissances, en particulier par ceux qui prétendent en être les défenseurs exclusifs", a ajouté le président, dans une allusion transparente aux Etats-Unis.

La délégation américaine avait quitté la salle de l'Assemblée générale pendant le discours du président iranien, bête noire de l'administration Bush au Proche-Orient.

M. Ahmadinejad avait en revanche écouté impassible le président français Nicolas Sarkozy lorsqu'il a déclaré un peu plus tôt que laisser l'Iran se doter de l'arme nucléaire reviendrait à faire "courir un risque inacceptable à la stabilité de la région et du monde".

M. Sarkozy, qui a été longuement applaudi à l'issue de son discours, a estimé qu'"il n'y aurait pas de paix dans le monde si la communauté internationale fait preuve de faiblesse face à la prolifération des armements nucléaires".




Loading