Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Afghanistan: Eric libéré

| Samedi 12 Mai 2007



Le Français Eric Damfreville, membre de l'ONG française Terre d'Enfance qui était retenu en otage par les taliban depuis plus d'un mois en Afghanistan, a été libéré vendredi.

Philippe Douste-Blazy, ministre français des Affaires étrangères, a précisé qu'Eric Damfreville avait été remis à des représentants de l'ambassade de France en Afghanistan.

Dans un communiqué, le Quai d'Orsay a annoncé dans la soirée que l'ex-otage arriverait samedi matin à 07h00 (05h00 GMT) à la base aérienne de Vélizy-Villacoublay, près de Paris.

Le travailleur humanitaire avait été enlevé le 3 avril dans le sud-est de l'Afghanistan en compagnie de Céline Cordelier, une autre Française libérée le 28 avril, et de leurs trois accompagnateurs afghans.

Les taliban menaçaient de tuer Eric Damfreville si la France ne retirait pas une partie de son contingent de 1.100 militaires déployé dans le pays ou si les autorités afghanes ne libéraient pas des cadres du mouvement taliban.

Mais les autorités de Kaboul refusaient officiellement tout nouveau marchandage en vue de la libération d'otages, après la polémique suscitée le mois dernier par les conditions de la libération d'un journaliste italien enlevé par les taliban.

"La Choura des taliban (l'instance dirigeante du mouvement) a décidé de le libérer car le nouveau président français élu a déclaré que la France étudierait le retrait des forces françaises d'Afghanistan", a dit Qari Mohammad Yousuf, porte-parole taliban, à Reuters par téléphone.

Il a passé sous silence le sort des trois otages afghans.

"Les autorités françaises restent fortement mobilisées pour la libération des trois autres otages afghans", a déclaré à Paris Philippe Douste-Blazy.

Les taliban menaçaient de tuer Eric Damfreville si leurs exigences n'étaient pas satisfaites. Mais ils ont accepté plusieurs fois de reporter la mise à exécution de leur menace, et d'attendre notamment le second tour de la présidentielle, qui s'est soldé dimanche par l'élection de Nicolas Sarkozy.

En avril, Nicola Sarkozy avait déclaré que "la présence à long terme des troupes françaises" en Afghanistan n'était pas "décisive".




Loading