Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Abu Bakar Bashir relaxé

| Vendredi 22 Décembre 2006



Le dignitaire musulman indonésien Abu Bakar Bashir a estimé vendredi que la décision de justice le blanchissant de tout rôle dans les attentats de Bali en octobre 2002 était un coup porté à l'Occident et servait d'avertissement aux efforts occidentaux pour inféoder l'Indonésie.

Jeudi, la Cour suprême d'Indonésie a cassé la condamnation de Bashir pour conspiration dans les attentats de Bali, qui avaient fait 202 morts, essentiellement des touristes étrangers. L'Australie, qui a perdu 88 de ses ressortissants dans ces attentats, a réagi avec colère à cette décision.

Agé de 68 ans, Bashir a été libéré en juin après avoir achevé de purger une peine de deux ans et demi de prison pour complicité dans la conspiration à l'origine des attentats de Bali.

"J'espère que l'Occident ouvrira les yeux et s'il reste inflexible, il y aura des coups plus forts encore. C'est un coup contre l'Occident, et un avertissement qui lui est adressé", a assuré le religieux.

"Cela montre que bien que l'Occident a toujours pensé qu'il pouvait inféoder l'Indonésie, il reste encore certains musulmans et Indonésiens qui ont le courage de faire advenir la vérité", a-t-il ajouté dans une interview accordée à la radio Elshinta.

Bashir a toujours nié quelque rapport avec les attentats de Bali ou d'autres attentats et il a accusé les gouvernements occidentaux d'avoir orchestré son incarcération en raison de sa campagne en faveur de la "charia" (droit coranique) en Indonésie.




Loading