Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Société

A l'ossuaire de Douaumont, une cérémonie d'hommage aux soldats musulmans morts pour la France

Rédigé par Benjamin Andria | Mardi 25 Juin 2019



A l'ossuaire de Douaumont, une cérémonie d'hommage aux soldats musulmans morts pour la France a été organisée mardi 25 juin par l'aumônerie musulmane aux armées. Cette cérémonie a vu la présence de la Fondation de l'islam de France, dirigée par Ghalab Bencheikh (à l'image). © FIF
A l'ossuaire de Douaumont, une cérémonie d'hommage aux soldats musulmans morts pour la France a été organisée mardi 25 juin par l'aumônerie musulmane aux armées. Cette cérémonie a vu la présence de la Fondation de l'islam de France, dirigée par Ghalab Bencheikh (à l'image). © FIF
L’aumônerie musulmane aux armées et la Fondation de l’islam de France (FIF) ont rendu hommage aux soldats musulmans morts pour la France, au cours d’une cérémonie commémorative organisée mardi 25 juin à l’ossuaire de Douaumont, dans la Meuse, érigé à la mémoire des soldats de la bataille de Verdun survenu en 1916 lors de la Première Guerre mondiale.




C’est dans cette nécropole regroupant 16 142 tombes chrétiennes et 592 stèles musulmanes que l’aumônerie musulmane aux armées y tient chaque année depuis 2016 une cérémonie en mémoire aux soldats issus des colonies qui ont combattu dans les rangs de l'armée française.

« La date du 25 juin a été retenue, faisant écho à l’inauguration de la koubba (...) le 25 juin 2006 par le président Jacques Chirac », fait part, via un communiqué, la FIF, présentant l’initiative comme un moment venant « marquer l’amitié et les liens indéfectibles entre l’aumônerie musulmane aux armées et la Fondation de l’islam de France ».

A l'ossuaire de Douaumont, une cérémonie d'hommage aux soldats musulmans morts pour la France
« C’est le devoir de la nation, et y compris celui des responsables religieux, de s’associer à ces commémorations », a fait valoir, dans son discours, Abdelkader Arbi, l’aumônier en chef du culte musulman dans les armées, se déclarant « ému » de la présence de Ghaleb Bencheikh, « là où tant d’autres, font défaut et brillent par leur absence ».

« Nous rendons hommage à l’histoire, à leurs histoires. Mais nous avons également le regard tourné vers l’avenir. Pour le bâtir, tous ensemble, pour notre patrie », a-t-il ainsi conclu.

Par cette commémoration, il y a « une volonté commune de louer le patriotisme républicain qui s’est forgé lors de la Grande Guerre et qui doit, de nos jours, en ces temps incertains, être enseigné à la jeunesse », s'est exprimé Ghaleb Bencheikh. « C’est par ces commémorations que nous reconnaissons le tribut du sang jusqu’au sacrifice suprême, et l’union sacrée de la fraternité d’armes doit nous guider pour que nous sortions de la prise des deux mâchoires de la tenaille que constituent le fondamentalisme wahhabo-salafiste d’un côté et le suprémacisme identitariste de l’autre ».

Lire aussi :
A la Mosquée de Paris, une exposition hommage aux soldats musulmans morts pour la France inaugurée
Depuis Verdun, l’aumônerie musulmane des armées assoit son avenir
Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies