Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

A Strasbourg, des tags islamophobes retrouvés sur le chantier de la mosquée Eyyub Sultan

Rédigé par | Mardi 23 Février 2021 à 15:00

           


© Grande Mosquée Eyyûb Sultan de Strasbourg/DR
© Grande Mosquée Eyyûb Sultan de Strasbourg/DR
« Non à l’islam, ça va au bled. » Ce tag raciste a été retrouvé sur les barrières du chantier de la Grande Mosquée Eyyub Sultan de Strasbourg dimanche 21 février en fin de journée, a annoncé, mardi 23 février, la Confédération islamique Milli Görüs (CIMG), qui porte le projet.

« A ce jour, fort heureusement il n’y a pas de victime à déplorer, mais la symbolique est forte. Auparavant cantonnés à faire des courriers d’insultes à caractère raciste et antimusulman, les ennemis du vivre ensemble et de la République passent de plus en plus à l’acte en s’en prenant notamment aux mosquées », a dénoncé la fédération, qui indique au passage avoir reçu « plusieurs menaces d’attentats », signalées aux autorités mais sans donner « aucune suite. ».

Les responsables, qui ont affirmé avoir porté plainte auprès des services de police, pointe du doigt, un acte qui serait le fruit d'« une vaste campagne d’islamophobie orchestrée par certains politiques et médias particulièrement intensifiés depuis ces dernières semaines. » « Nous appelons les fidèles musulmans à faire preuve de sérénité et de vigilance et exprimons notre confiance envers nos forces de l’ordre pour mener à bien leurs enquêtes et appréhender le(s) individu(s) en question, afin que la justice fasse son travail », conclut la CIMG.

La mairie condamne, le CFCM aussi

En signe de solidarité, la Grande Mosquée de Strasbourg a exprimé son indignation. Ses responsables condamnent « avec la plus grande fermeté cet acte abject de haine et d’intolérance qui vise clairement à diviser la communauté nationale et à dresser les communautés religieuses les unes contre les autres alors que celles-ci vivent en parfaite harmonie », fait-elle savoir, appelant « les autorités compétentes à faire tout ce qui est en leur pouvoir afin d’identifier et mettre hors d’état de nuire les auteurs des actes de haine et de les traduire devant la justice ».

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a fermement condamné, pour sa part, les inscriptions islamophobes découvertes dans le chantier de mosquée et a exprimé « son soutien et sa solidarité aux fidèles et aux responsables de la mosquée face à cette provocation méprisable ».

Après cet acte de vandalisme, le conseil municipal de Strasbourg a aussi condamné unanimement « tout acte islamophobe ou xénophobe » et a assuré son « entier soutien à la communauté musulmane de Strasbourg », rapporte DNA qui indique, citant le parquet de Strasbourg, que l’auteur du délit, placé en garde à vue, est un Strasbourgeois de 21 ans.*

*Mise à jour : L'homme arrêté est un sympathisant du mouvement Génération Identitaire que le gouvernement entend dissoudre. Il s'agit d'un étudiant à Strasbourg qui s'est rendu à Paris pour la manifestation de soutien envers le groupe d'extrême droite samedi 20 février.

Selon l'AFP, l'homme, stoppé par des passants, a vu sa garde à vue levée après avoir reconnu les faits et revendiqué son geste. Il n'est néanmoins pas poursuivi pour provocation à la haine raciale mais pour dégradation par tag car l'inscription visait la religion musulmane et non les musulmans. Il encourt jusqu'à 3 750 euros d'amende.

L'homme relâché, le président de la mosquée s'insurge

Nouvelle mise à jour : Le président de la mosquée Eyyub Sultan, Eyup Sahin, également président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Alsace a déploré, dans un communiqué, la remise en liberté de l’auteur du tag, poursuivi pour « dégradation » et non pas pour « provocation à la haine des musulmans ».

« Au nom de l’égalité républicaine, je demande que les faits qui lui sont reprochés soient requalifiés en acte raciste », a-t-il exprimé, réclamant sa condamnation par la justice et même une « expulsion du territoire national avec interdiction de rentrer pendant trois ans ». « Si quelqu’un avait tagué sur les murs de la synagogue "Non au judaïsme, ça va en Israël", les conséquences n’auraient pas été les mêmes. (…) Nous n'acceptons pas l'antisémitisme, et nous n'acceptons pas l'islamophobie », écrit-il.

Par ailleurs, à ses yeux, « la haine envers une religion conduit systématiquement au rejet de ses fidèles. (…) Considérer que l'expulsion des musulmans de France est une simple critique de la religion, c'est ouvrir la porte à l'anarchie. C'est envoyer le message suivant "Diffusez votre haine, au pire vous risquerez 3 700€ d'amende si on vous attrape" ».

« Parce que l’égalité ne se négocie pas, et qu’on ne transige pas avec », a-t-il indiqué. « C’est d’ailleurs pour cela que j’appelle la classe politique nationale à condamner les attaques contre les musulmans de la même manière et avec la même force qu’elle condamne les actes antisémites. »

Lire aussi :
Des tags dont une croix gammée sur la mosquée d'Agen, Gérald Darmanin condamne
A Beaucaire, des tags haineux retrouvés à l'entrée d'une mosquée
La mosquée de Tarbes dégradée par des tags islamophobes