Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 


Sur le vif

A Nice, la mosquée En-Nour saccagée, elle en appelle à plus de sécurité

Rédigé par Saphirnews | Mardi 25 Mai 2021 à 12:15

           


A Nice, la mosquée En-Nour saccagée, elle en appelle à plus de sécurité
La mosquée niçoise En-Nour a été la cible d’un acte de vandalisme dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 mai . « Nous avons constaté les dégâts à 4h30 à l'heure de la prière de l'aube », a confié le recteur du lieu de culte Mahmoud Benzamia. La mosquée a été saccagée pendant une heure et retrouvée « sens dessus dessous », a ajouté Ouassini Mebarek, l’avocat de la mosquée,auprès de France 3. Selon lui, un homme s’est introduit durant la nuit et a « cassé tous les écrans de télé, a volé les iPad des enfants qui suivent les cours d’arabe, a fracassé plusieurs portes d’issue de secours ».

Le principal suspect qui a, depuis, été interpellé, a reconnu les faits. « C’est une personne qui était déjà passée jeudi soir déposer une statuette en porcelaine nounours. Je l’ai signalé à la préfecture. Et il est repassé dimanche à 23h », a précisé le recteur de la mosquée, qui déplore le silence des élus après avoir déposé plainte.* « Nos lieux de culte demandent beaucoup de sécurité ! Il faut que cela cesse ».

L’institut En-Nour « déplore et condamne vigoureusement les actes de vandalisme grave perpétrés ce week-end à l’intérieur et à l’extérieur de son lieu de culte par un individu non identifié qui a détruit en quelques minutes des années de travail des responsables et des fidèles du lieu. Il s’agit quelle que soit la raison de cet acte d’une ignominie et d’une attaque personnelle contre un lieu pourtant reconnu pour son sérieux et l’excellence de son discours et surtout en ces temps troublés ». Ses responsables appellent « à la vigilance des fidèles et renouvelle aux autorités ses demandes incessantes pour un maximum de sécurité et au plus vite ».

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), condamnant le saccage de la mosquée, a exprimé, mardi 25 mai, « sa solidarité totale avec ses responsables et ses fidèles ».

La mosquée, ouverte en 2016, est depuis plusieurs années au cœur d’un bras de fer avec la mairie de Nice, dirigée par Christian Estrosi. Ce dernier a tenté à plusieurs reprises d’empêcher l'ouverture de la mosquée au motif notamment que cette dernière serait « financée par une puissance étrangère ». En vain puisque l’élu a été contraint en novembre 2020 par la cour d’appel administrative de Marseille, à autoriser l’ouverture du lieu de culte.

*Mise à jour : « Même si chacun sait les actes que j’ai menés contre ce lieu de culte financé par l’Arabie saoudite, rien ne justifie de tels actes qui doivent être condamnés », a fait savoir Christian Estrosi, rapporte Nice Matin.

« On ne peut qu'être ému aussi, par le temoignage de notre maire Christian Estrosi. Par ce témoignage on vérifie une nouvelle fois que la fraternité, l'une des valeurs de la République, reste un pilier solide qui nous fait tenir ensemble », a fait savoir l'imam de la mosquée, Mahmoud Benzamia, sur les réseaux sociaux. « Oui nous sommes tous des niçois, et nous resterons unis contre l'obscurantisme. »

Lire aussi :
Nice condamnée à signer l'ouverture de la mosquée En-Nour, le refus net de la mairie