Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

25 ans de prison pour l’ex-président des Croates de Bosnie

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 30 Mai 2013



L'ancien président des Croates de Bosnie, Jadranko Prlic, a été condamné, mercredi 29 mai, à 25 ans de prison par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).

L’homme de 53 ans a été jugé à l’unanimité coupable d’avoir créé et participé, entre 1991 et 1994, à une entreprise criminelle commune « en vue de soumettre politiquement et militairement les musulmans de Bosnie et autres non-Croates » en Herceg-Bosna, une entité croate unilatéralement proclamée dans le sud-ouest de la Bosnie-Herzégovine.

L'ancien président des Croates de Bosnie « avait un pouvoir sur les centres de détention », notamment celui de les ouvrir et de les fermer, a souligné le juge Jean-Claude Antonetti, rappelant les conditions de vie « particulièrement difficiles » et les « graves sévices » subis par les détenus. En plus des tortures physiques comme des électrocutions ou les brûlures de cigarette, les détenus « qui ne mangeaient pas suffisamment rapidement devaient s'allonger sur l'asphalte brûlant et se rouler par terre sans chemise », a également précisé le juge.

Jadranko Prlic a accueilli son jugement de manière impassible. Cinq autres coaccusés, hauts responsables militaires et politiques croates de Bosnie, ont également été condamnés à des peines allant de dix à vingt ans de prison.

Si ,durant la guerre de Bosnie, les autorités serbes ont mené une véritable campagne d’extermination contre les musulmans comme à Srebrenica où 8 000 personnes ont été massacrés en 1995, les responsables croates de l'époque s’en sont également pris à cette population.

Lire aussi :
Massacre de Srebrenica : les excuses « à genoux » du président serbe
Bosnie : quatre ex-policiers condamnés pour crimes contre l’humanité
Bosnie : quatre ex-soldats condamnés pour le meurtre de 800 musulmans
Srebrenica : 30 000 personnes commémorent ce triste anniversaire
Mladic en prison à La Haye
TPIY : le procès Karadzic, entre « Révélation » et défis