Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Un chroniqueur signalé à l'Arcom pour des propos discriminants envers les musulmans

Rédigé par Lionel Lemonier | Jeudi 29 Décembre 2022 à 11:15

           


Un chroniqueur signalé à l'Arcom pour des propos discriminants envers les musulmans
Encore un chroniqueur qui « dérape » devant les caméras d’une chaine d’information en continue. Ancien rédacteur en chef sur Europe 1, directeur général de LCI et directeur de l’information de TF1, Jean-Claude Dassier s'est lâché mardi 27 décembre au cours d’une séquence de l’émission La Belle équipe. Le chroniqueur de 81 ans a affirmé : « Mais les musulmans, ils s’en foutent de la République, ils ne savent même pas ce que le mot veut dire. » Des propos qui ont été plusieurs fois signalés à l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom).

Intitulé « Violence des jeunes : comment dire stop ? », le débat du jour faisait suite à l’arrestation du chauffard accusé d’avoir tué un adolescent après le match du Mondial France-Maroc. Évoquant la violence juvénile, un autre chroniqueur relance : « On leur apprendra ce que c’est (la République). » Et Jean-Claude Dassier de répliquer : « Ou alors, et c’est ma conviction, on ne va pas y arriver parce que c’est trop compliqué : les cultures sont trop éloignées l’une de l’autre. Ou l’une des autres. Et on va tout doucement vers une société communautaire à l’anglaise ou à l’américaine. »

Si cette séquence a suscité de nombreuses réactions indignées sur les réseaux sociaux, il est inquiétant de constater que pas une fois, le chroniqueur n’a été contredit par les personnes présentes devant les caméras, ni corrigé par l’animateur, comme si ces propos n’étaient pas choquants. Mercredi 28 décembre, un porte-parole de l’Arcom a confirmé que l’affaire allait faire l’objet d’une enquête. « Oui, nous avons été saisis. Nous allons visionner la séquence dans son intégralité et instruire l’affaire, le cas échéant », a-t-il précisé pour l’Autorité française de régulation des médias.

Lire aussi :
Pourquoi la Grande Mosquée de Paris dépose plainte contre Michel Houellebecq
Montpellier : l'émotion palpable pour l'adieu à Aymen, fauché le soir du match France-Maroc