Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Société

Un Conservatoire national des Harkis, un projet de grande envergure mis sur orbite

Rédigé par | Mercredi 14 Décembre 2022 à 12:30

           

Depuis plusieurs années, l’association Mémoire du camp du logis d'Anne porte l’ambitieux projet d’un conservatoire national de la mémoire harkie. Zoom sur l'initiative, ses avancées et les perspectives en vue à l'occasion d'une présentation publique du projet fait début décembre.



Le Mémorial national des Harkis de France se dresse à l'entrée du site de l'ancien camp du Logis d'Anne à Jouques, dans les Bouches-du-Rhône.
Le Mémorial national des Harkis de France se dresse à l'entrée du site de l'ancien camp du Logis d'Anne à Jouques, dans les Bouches-du-Rhône.
Le projet d'un conservatoire des Harkis a été officiellement rendu public samedi 3 décembre lors d'une cérémonie à Peyrolles-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône. Une initiative de l'association Mémoire du Camps du Logis d'Anne, porteur du projet.

La soixantaine d'invités furent reçus au Frédéric Mistral, salle de spectacle du village, avec une belle exposition rendant compte du périple des Harkis. On y voyait des posters sur la vie quotidienne dans les camps, les initiatives éducatives et les luttes des années 1970 pour protester contre l'exclusion...

En ouverture de séance, Thomas Arcamone, premier adjoint au maire de Peyrolles a exprimé tout le soutien qu'il accorde à ce projet de conservatoire dont il se sent partie prenante en tant que fils de rapatrié d'Algérie. Boudant à peine sa surprise agréable devant l'exposition qu'il venait de visiter, il s'est engagé à l'accueillir au « Château » de la ville pour une meilleure visibilité.

« Un lieu de mémoire vivante »

Avant de découvrir le projet, le public a fait connaissance avec l'association Mémoire du Camp du Logis d'Anne, créée en 2015. Une idée inspirée par le Mémorial national des Harkis de France qui se dresse à l'entrée du site de l'ancien camp du Logis d'Anne en bordure de la D96.

« Ce fut une idée des aînés du camp. On leur doit ce mémorial à l'entrée du camp pour le souvenir et les commémorations. Dans le prolongement de cet monument, nous voulions un lieu de mémoire vivante qui comporte un centre d'archives, une salle d'expositions et des espaces pédagogiques et artistiques », précise le responsable de la communication de l'association.

Pour Kamel Sadji, président de l'association Mémoire du Logis d'Anne, « le Conservatoire national sera une institution nationale pour l'ensemble des Harkis. Car les Harkis, nos parents, sont de moins en moins nombreux. Les petites-filles et les petits-fils sont, par contre, nombreux. Ma génération a vécu dans des camps. Nous avons donc un travail mémoriel à faire. Personne ne peut le faire à notre place. C'est ainsi qu'on pourra transmettre une mémoire apaisée aux générations à venir ».

Un projet ouvert sur l'ensemble des « mémoires meurtries »

En choisissant le site de l'ancien camp, Mémoire du Logis d'Anne fait d'une pierre deux coups. La mémoire du lieu est préservée et le site sert une cause citoyenne d'envergure nationale. Ce lieu dit du « Logis d'Anne », actuellement classé en zone verte, est situé à cinq kilomètres environ du centre du village de Jouques.

Quand l’État met ces 27 hectares en vente, l'association se mobilise en 2016 pour que la mémoire du camp ne disparaisse sous un projet économique. Une délégation est reçue par préfet de l'époque, Serge Goutheyron, qui apprécie l'idée d'un conservatoire à condition que le lieu ne soit pas « ethnique » et qu'il soit capable de mobiliser les populations concernées. Kamel Sadji et son équipe vont, durant les années qui suivent, peaufiner leur idée pour en tirer un projet. Le résultat présenté ce samedi 3 décembre a ravi l'admiration du public présent. Dans la structuration finale du projet, le patrimoine mémoriel des Harkis est ouvert sur l'ensemble des « mémoires meurtries ».

D'une part, Mémoire du Logis d'Anne affiche le soutien de 80 associations de Harkis de toutes les régions de France. D'autre part, l'association a mené une concertation et recueille près de 600 signatures de soutien des anciens habitants du camp.

Pour porter la réflexion, l'équipe du conservatoire s'est dotée d'un comité scientifique co-présidé par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik et l’historien Benjamin Stora. « Boris Cyrulnik nous a séduits par le discours qu'on lui connaît sur la résilience (la capacité à surmonter un traumatisme, ndlr). Nous l'avons sollicité et il n'a pas hésité. Il nous a rejoints. Nous lui avons confié le comité scientifique », explique Kamel Sadji.

Dans son rapport, commandé par la présidence de la République sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie », Benjamin Stora avait listé, parmi « les signes de détente et de coopération entre les sociétés civiles », l’association Mémoire du camp du Logis d’Anne qui « porte depuis plusieurs années un projet de Conservatoire National de la Mémoire des Harkis au Camp du Logis d’Anne à côté d’Aix en Provence ».

Dans son discours d'accueil, son président Kamel Sadji a ainsi déclaré avoir été « sensible au regard que porte Benjamin Stora sur la question mémorielle. « Il est historien et sociologue, mais la place qu'il donne à la mémoire nous a vraiment séduits. Nous l'avons sollicité aussi et, le mois dernier, il a accepté de co-présider le comité scientifique », a-t-il ajouté.

Kamel Sadji, président de l'association Mémoire du Logis d'Anne.
Kamel Sadji, président de l'association Mémoire du Logis d'Anne.

Le financement en question

Ce conseil s'est réuni, mercredi 7 décembre, à la Rotonde du Conseil régional de Marseille pour prendre connaissance de l'état d'avancement du projet. Une première réunion s'était tenue en début d'année, à Aix-en-Provence. Depuis lors, le conseil s'est étoffé notamment avec la présence remarquée de Benjamin Stora qui, selon nos informations, a rejoint le projet il y a un mois.

Si ce conservatoire national est bien reçu de tous, si sa conduite scientifique est assurée, il reste à en réunir le financement. Pour l'heure, le terrain est chose acquise grâce à une aide indirecte de l’État qui avait mis le site du Logis d'Anne en vente à 2 millions d'euros. Mais, en réponse à la demande de l'association Mémoire du Logis d'Anne, l’État l'a cédé à 75 000 euros (environ 4 % de sa valeur) à la condition que le site accueille « le conservatoire national des Harkis ». L'acquéreur n'est autre que la municipalité de Jouques, à l’issue d'un conseil au mois de mai 2018.

Combien de temps faudra-t-il pour voir s’ériger ce conservatoire ? La question fut posée par l'assistance et le porteur du projet estime qu'il faut « en général cinq ans pour un tel projet. Nous sommes suivis par AG Studio, une agence parisienne d'architectes depuis six ans. Ils ont une expérience de ce type de projets et nous espérons poursuivre avec eux comme partenaire jusqu'au bout ».

Par visioconférence depuis Paris, François Guiguet d’AG Studio a présenté les enjeux que recouvre un conservatoire des Harkis en France. En développant les objectifs d'un tel lieu, les concepts possibles ainsi que les styles, il a permis à l'auditoire de se projeter et de rêver. L'on a pu imaginer la dynamique d'ensemble de ce que revêt l'expression « lieu de mémoire vivante ».

Benjamin Stora a résumé la situation actuelle du conservatoire dans son rapport en janvier 2021 : « Entre le musée mémorial et le centre de réflexion, ce projet reçoit le soutien de nombreux acteurs publics, dont les maires de Marseille, d’Aix en Provence, de Jouques, de la Région PACA, et de l’État par le Préfet de Région. Au-delà d’un encouragement moral, aucun concours financier n’est encore assuré. »

En plus du comité scientifique, Mémoire du Logis d'Anne a constitué un comité en charge de réunir le financement du projet. C'est la dernière ligne droite. « Il fallait d'abord finaliser le projet jusqu'à un certain point d'accord avant de démarcher les institutions capables d'endosser un tel projet. Nous avons des idées et des contacts », explique Kamel Sadji.

Les propositions sont multiples. Depuis les municipalités de Jouques, de Peyrolles jusqu'à certains services de La Région PACA, Mémoire du camp de Logis d'Anne n'exclut aucune possibilité. Mais, dit Kamel Sadji, « il fallait d'abord que le projet soit abouti, qu'il soit chiffré et qu'il soit rendu public comme nous venons de le faire aujourd'hui. Nous avons franchi un cap. Le travail mémoriel est un travail pour l'avenir, un travail à long terme. C'est ainsi que nous le prenons. »

Lire aussi :
Les Harkis, une tragédie construite sur un mensonge d'Etat de la France en pleine guerre d'Algérie
L'allocation versée aux familles des Harkis doublée avant le passage de la loi de réparation au Sénat
Guerre d'Algérie : une loi de réparation en faveur des Harkis annoncée par Macron
Colonisation et guerre d'Algérie : face au défi de la réconciliation mémorielle, les réponses du rapport Stora
Hommage des harkis à l’émir Abdelkader, héros des deux rives de la Méditerranée


Diplômé d'histoire et anthropologie, Amara Bamba est enseignant de mathématiques. Passionné de... En savoir plus sur cet auteur