Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Cinéma, DVD

Tropique de la violence, à la découverte choquante d’un coin de France au bout du monde

Rédigé par Lionel Lemonier | Mardi 22 Mars 2022 à 11:30

           

Entre cinéma fantastique et thriller, le film de Manuel Schapira est l’histoire d’une descente aux enfers sur fond de misère morale et matérielle de la jeunesse de Mayotte. Une histoire qui s’inspire de la réalité dans un territoire français dont on entend très peu parler en métropole.



Dali Benssalah et Fazal Bacar-Moilim, ensemble dans le film Tropique de la violence, de Manuel Schapira. © Tandem Films
Dali Benssalah et Fazal Bacar-Moilim, ensemble dans le film Tropique de la violence, de Manuel Schapira. © Tandem Films
Moïse est arrivé dans les bras de sa mère, de nuit, sur une plage de Mayotte. Agé de quelques mois, il est abandonné aux mains d’une secouriste d’origine métropolitaine qui le recueille et l’adopte. A la mort de cette dernière, le jeune Moïse subit un deuxième abandon qui finit de le perturber alors qu’il se pose déjà des questions sur sa différence. Il rejoint des jeunes gens, noirs comme lui. Des mineurs entièrement livrés à eux-mêmes qui vivent dans un bidonville. Il y rencontrera Bruce, chef de clan tyrannique et imprévisible dont la seule différence avec ceux qu’il commande est sa carte d’identité française.

Tropique de la violence est adapté du roman éponyme de Nathacha Appanah, publié aux éditions Gallimard en 2016. Manuel Schapira, le réalisateur, explique qu’il a été captivé par ce récit qui ressemblait aux événements racontés dans La Cité de Dieu. Ce film des réalisateurs brésiliens Fernando Meirelles et Katia Lund est sorti en 2002 et se déroule dans une favela.

Dans un paysage luxuriant qui ne cache pas la misère générale, Tropique de la violence nous propulse au milieu de la jeunesse mahoraise qui lutte chaque jour pour survivre à coup de rapines, de vols et de fumettes. Moïse va faire l’apprentissage de la violence, de l’obéissance au chef et de la solitude. Il découvrira que, malgré sa peau noire, il est un étranger. Il sait lire et ne croit ni aux djinns, ni aux délires de Bruce dont la rage envers l’école, les institutions et les blancs de métropole prend racine dans ses échecs scolaires répétés.

Tropique de la violence, à la découverte choquante d’un coin de France au bout du monde

Moïse, c'est Oliver Twist version mahoraise

Moïse, c’est Oliver Twist dans un bout de France contemporaine dont nous ne savons rien. A Mayotte, mille Moïses survivent en haillons, explique le réalisateur, qui a failli se laisser submerger par toutes les histoires auxquelles il a été confronté. « La violence et la précarité gangrènent l’archipel. Ce territoire oublié de la République, nous voulions le raconter grâce à la fiction, montrer une certaine forme de réalité qui est souvent inimaginable pour les métropolitains. Alors que Mayotte, c’est la France. »

Gilles-Alane Ngalamou Hippocrate, qui joue Moïse, vit à Paris et a découvert la réalité de Mayotte à l’occasion de ce premier rôle. Il est très juste. Les autres garçons de la bande sont joués par des adolescents de différents bidonvilles locaux, rencontrés par l’intermédiaire d’associations caritatives ou de maisons des jeunes et de la culture (MJC). Ils n’ont visiblement pas eu de mal à se glisser dans leur personnage. « Quand j’ai abordé Fazal Bacar-Moilim, qui joue Bruce, il a cru que j’étais policier, mais il a tout de suite été curieux. Le cinéma, la culture, c’est très loin de ces jeunes, car une partie de la jeunesse n’a pas de papiers et vit en marge de la population », ajoute Manuel Schapira.

Mayotte est un territoire français à l’autre bout du monde. A la fois région insulaire et département d’outre-mer situé dans le « canal du Mozambique », cette partie de l’océan Indien qui sépare le continent africain de l’ile de Madagascar, les îles de Mayotte ne sont pas très éloignées de l’archipel des Comores. Comme dans tous les lieux de côtoiement direct entre l’Occident riche et le « Tiers monde » pauvre - on pense à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis ou au détroit de Gibraltar entre le Maroc et l’Espagne – les flux migratoires clandestins sont importants. Et les destins individuels peuvent se jouer sur une seule rencontre.

Le film finit sur l’image de Moïse prêt à tout pour ne pas se noyer… comme des milliers de jeunes mahorais ou comoriens dans la vraie vie. Une réalité peu reluisante pour la patrie des droits de l’Homme.