Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Trois mensonges des ayatollahs de la fausse laïcité

Rédigé par Alain Gabon | Mercredi 8 Janvier 2014



« Plus-républicain-que-moi-tu-meurs » : la clique des pseudo-laïcs avec leur pensée commune, leur groupthink à la Orwell, a instrumentalisé la laïcité pour en faire une arme de répression des religions en France, tournée de plus contre une religion en particulier, l’islam.

La laïcité, ces simili-laïcs ne l’invoquent en effet que pour mieux la trahir, la détourner, la dévoyer et la violer tant dans ses textes (les lois de 1905) que dans son esprit. Que ce soit par mensonges délibérés, ignorance ou mélange des deux, nos ayatollahs de la fausse laïcité (la belle et juste expression de Claude Askolovitch), dont la plupart sont des populistes démagogues qui jouent sur la peur de l’islam en l’attisant, ne font que proférer des contre-vérités sur ce sujet.

Prétendant la défendre, ils ne font qu’en saper les fondements, les objectifs et les équilibres.
Prouvons-le avec trois des mythes et mensonges qu’ils n’ont de cesse de répéter, bien qu’il faudrait un livre entier pour en faire le relevé systématique (voir pour le reste l’ouvrage de Jean Baubérot, La Laïcité falsifiée).

Mensonge 1 : « La laïcité, c’est la neutralité religieuse »

Cette contre-vérité, devenue désormais une (fausse) doxa, se compose en fait d’une triple distorsion.

D’une part, elle opère un insidieux glissement sémantique entre « neutralité » et « invisibilité », ce qui n’est pas du tout la même chose.

D’autre part, on affirme ou on assume que la « neutralité laïque », définie donc comme absence de signes religieux (ce qui en soi est déjà faux), s’applique à tous les Français alors que les fameuses lois de 1905 ne s’appliquent en fait qu’à l’État, à ses administrations et à ses agents (professeurs des écoles publiques, postes, juges, ministres, etc.). La meilleure preuve étant que lorsque nos faux laïcs veulent imposer cette « neutralité » à d’autres groupes (élèves, mères accompagnatrices voilées, etc.) il leur faut passer une nouvelle loi inédite.

Enfin, la laïcité n’exige aucunement l’éradication de tout signe religieux de l’espace social, comme le font traîtreusement penser nos usurpateurs. Mais, au contraire, elle permet leur libre prolifération. Rappelons simplement l’article premier : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. » Le premier devoir laïc est donc bien de « garantir le libre exercice des cultes » et non de les limiter, interdire et réprimer, chose d’ailleurs bien connue de tout historien.

Mensonge 2 : « la France étant laïque, la religion est une affaire privée »

D’abord, non, « la France » n’est pas laïque : seul l’État français se doit de l’être, pas la société (voir mensonge 1).

Rappelons-le encore et encore : la neutralité religieuse, politique et philosophique s’impose uniquement à l’État, mais aucunement au reste de la société. Sinon, on obligerait les gens à retirer tout signe religieux ou politique (hijab, kippa, casquette CGT, tee-shirt Che Guevara et autres) en montant dans un bus ou un métro, en entrant dans un café, une poste, un magasin, un restaurant, etc. Horizon carrément totalitaire vers lequel certains, comme Abdennour Bidar, tentent ouvertement de nous pousser avec leurs fallacieux syllogismes.

Ensuite, là encore on effectue un glissement sémantique entre « privé » au sens de ce qui se pratique dans un espace privé, chez soi, à domicile, etc., et « individuel », « personnel ». La religion en France est bien un choix et une pratique personnelle, c’est-à-dire au sens où personne ne peut l’imposer ni l’interdire, car elle résulte d’un libre choix strictement individuel, mais elle n’est évidemment aucunement confiné aux espaces « privés » et domestiques, contrairement à ce que certains tentent de faire croire.

Bien au contraire : en France, la religion est aussi une pratique et une liberté collective et publique, et ce, en fait et en droit. Il suffit de mentionner les messes, les processions religieuses, les Journées des Jeunesses catholiques, les rencontres religieuses comme celles de Taizé, etc., tous des événements hautement publics assortis de prières collectives totalement ostentatoires et ayant lieu dans l’espace public, y compris la rue, les places publiques, etc.

En droit, rappelons simplement que la pratique religieuse dans sa dimension collective et publique est, elle aussi, constitutionnellement garantie par la République, par exemple dans l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme signée et reconnue par la France et dont la force légale est impérieuse, excédant même celles des lois nationales votées par le Parlement : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. »

On le voit, lorsque les simili-laïcs répètent qu’en France la religion est une affaire « privée » qui ne doit pas avoir lieu en public, que, par exemple, il est « interdit de prier dans la rue », Eric Zemmour et alii sont donc soit des menteurs, soit des ignorants, soit un mélange des deux.

Mensonge 3 : « Il y a vide juridique, il faut donc une loi pour le combler ! »

L’argument du « vide juridique » est un alibi agité par les faussaires de la laïcité chaque fois qu’une décision de justice les contredit ou fait obstacle à leurs entreprises d’interdiction de l’expression de l’islam en France.

Il s’agit d’un autre mythe, qu’ils invoquent uniquement et exclusivement pour justifier telle ou telle nouvelle loi réprimant telle ou telle pratique de l’islam. On l’a ainsi entendu, rabâché jusqu’à la nausée comme « élément de langage » dans la bouche de tous les pseudo-laïcs tant de gauche comme Manuel Valls que de droite comme Eric Ciotti, lors du jugement de la Cour de cassation de mars 2013 dans l’affaire Baby Loup.

D’abord, s’il y avait « vide juridique » comme ils l’affirment, par définition, les juges auraient été incapables de statuer. Ensuite, non seulement il n’y avait aucun vide juridique, mais, bien au contraire, la Cour de cassation n’a eu aucun mal à justifier triplement sa décision selon laquelle le licenciement de l’employée voilée était illégal. À savoir que ce licenciement tout comme le règlement intérieur de la crèche prohibant les signes religieux violait : le Code du travail français dans ses articles L 1121-1, L 1321-3, et L 1132-1 ; l’article premier de la Constitution de 1958 ; la Convention européenne des droits de l’homme dans ses articles 9 et 14. On voit donc mal où se trouve le « vide juridique ».

On pourrait continuer la démonstration et allonger à l’infini la liste des mensonges, mythes et demi-vérités (dans le meilleur des cas) de nos ayatollahs de la fausse laïcité. Face à ces imposteurs qui s’attaquent tout autant aux lois de 1905 qu’aux droits civiques et libertés constitutionnelles comme la liberté de religion, de conscience et d’expression (uniquement bien sûr quand il s’agit de musulmans), il faut que les véritables défenseurs de la laïcité continuent d’exposer ces usurpateurs pour ce qu’ils sont et se réapproprient ce noble principe.

Comme on l’a démontré, ses ennemis n’ont de cesse de le dévoyer pour en faire une arme contre les droits et libertés républicaines des musulmans de France, alors que la laïcité (de même que la Constitution française, la Convention européenne des droits de l’homme et plus) est avant tout un principe leur garantissant la liberté de religion, de conscience et d’expression. Et ce tant individuellement que collectivement, tant en privé qu’en public.

Alain Gabon, professeur des universités aux États-Unis, dirige le programme de français à Virginia Wesleyan College (université affiliée à l’Église méthodiste de John Wesley), où il est maître de conférences. Il est l’auteur de nombreuses présentations et articles sur la France contemporaine et la culture française.