Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Srebenica : 20 ans après, la Serbie nie toujours le génocide

Rédigé par Saphirnews | Jeudi 9 Juillet 2015



Srebenica : 20 ans après, la Serbie nie toujours le génocide
Ce samedi 11 juillet, les commémorations en mémoire des victimes du génocide de Srebrenica, en Bosnie, en présence de dizaines de milliers de personnes. Elles se tiendront aussi en présence du Premier ministre serbe Aleksandar Vucic. L’ancien ultranationaliste converti en européen optimiste a officiellement annoncé sa présence mardi 7 juillet lors d’une conférence de presse.

« Il est temps de montrer que nous sommes prêts à la réconciliation, que nous sommes prêts à nous incliner devant les victimes des autres », a déclaré Aleksandar Vucic. « Je me rendrai à Srebrenica et représenterai la Serbie la tête haute (...) La Serbie qui est capable de reconnaître que des individus ont commis des crimes », a-t-il ajouté. « Nous condamnons chacun de ces crimes et que nous condamnerons en justice chacun de ces criminels. »

Des crimes de guerre, oui ; mais il s'agit aussi d'un génocide. Pourtant, ce terme reconnu par le droit international est encore fermement nié par les Serbes. Un récent sondage révèle que 70 % d’entre eux refusent de reconnaître qu'un génocide ait été perpétré à Srebrenica, en juillet 1995, peu avant la fin du conflit intercommunautaire débuté en 1992. Dans le même sens, Milorad Dodik, président de la Republika Srpska, l'entité des Serbes de Bosnie, affirme que le génocide de Srebrenica était un « mensonge ».

L'ONU refuse de reconnaître le génocide

Pourtant comment nommer autrement le massacre de plus de 8 000 hommes et garçons musulmans tués en masse par les forces serbes bosniennes qui voulaient un territoire ethniquement « pur »? Le massacre a été la pire tuerie perpétrée en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

En 2007, la Cour internationale de justice, plus haut organe judiciaire des Nations unies, a reconnu le génocide. Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a d’ailleurs prononcé plusieurs condamnations dans plusieurs procès. Celui de l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, le général Ratko Mladic, est toujours en cours à la Haye.

Mardi 7 juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU a repoussé au lendemain mercredi, le vote de la résolution reconnaissant le massacre de Srebrenica comme un génocide. Un report causé par la Russie qui menaçait d’y opposer son veto. Elle l'a finalement fait jeudi 9 juillet. De ce fait, l'ONU refuse de reconnaître le génocide, ce dont s'est félicité la Serbie.

Vingt ans après, les plaies sont encore ouvertes à Srebrenica qui continue d'enterrer ses morts au fur et à mesure de la découverte de charniers dans la région. Lors de la commémoration, 136 victimes récemment identifiées seront inhumés au mémorial de Srebrenica. À ce jour, 6 241 victimes retrouvées et identifiées ont été enterrées.

Lire aussi :
Srebrenica : les Pays-Bas jugés responsables de 300 morts
Massacre de Srebrenica : les excuses « à genoux » du président serbe
Srebrenica : 30 000 personnes commémorent ce triste anniversaire
TPIY : le procès Karadzic, entre « Révélation » et défis
Bosnie : 20 000 musulmans ont commémoré le génocide de Srebrenica




Loading