Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 


 


Psycho

Souad : « Même s'il boit, je pense que je l’aime, mais je ne sais pas si c’est de l’amour »

Rédigé par Sabah Babelmin | Vendredi 9 Juillet 2021 à 08:00

           


Souad : « Même s'il boit, je pense que je l’aime, mais je ne sais pas si c’est de l’amour »
Je suis une jeune fille voilée de 21 ans, sérieuse, j’ai grandi dans une famille pieuse. A mes 19 ans, j’ai enfin rencontré un jeune homme. C’était la première fois que je parlais à un homme et, autour de moi, je n’avais pas d’exemple de relations. Mes parents avaient divorcé quand j’étais encore toute petite, ma tante dont je suis très proche est également en instance de divorce, et ma mère, qui s’était remariée, venait de demander le divorce. A ce moment-là, j’étais terrifiée et très pessimiste.

On a fait connaissance et sa sincérité m’a plu. Il a été trop honnête et m’a directement dit les choses sur son passé, le fait qu’il avait fait de la prison. Il m’a tout de suite parlé de mariage, il disait qu’il voulait se poser. En aucun cas, je pensais un jour me mettre avec un homme comme ça, mais son approche m’a plu, le fait qu’il soit transparent avec moi, qu’il ne cherchait pas à me plaire. Je me suis donc lancée dans cette relation avec beaucoup d’appréhension.

Au début, j’étais très distante, je parlais très peu, j’avais peur de m’attacher à lui et d’être vulnérable. J’étais toujours très indifférente, c’était ma façon de me protéger. J’avais peur d’être déçue. Avec du recul, je me rends compte qu’au début, il voulait faire les choses bien et que moi, en revanche, j’étais très dure avec lui, je ne voyais pas tous les efforts qu’il faisait.

Lui aussi n’est pas facile. J’ai découvert qu’il buvait de l’alcool, je l’ai très mal pris car, la première fois que nous nous sommes vus, il m’avait dit qu’il avait arrêté mais que ce n’était pas chose facile. Sauf qu’à chaque fois, je le prenais en flagrant délit. A chaque fois, je voulais le quitter mais lui insistait toujours pour qu’on reste ensemble.

Un jour, il m’a reprochée de passer mon temps à le juger, que je ne cherche même pas à savoir le pourquoi. Chacun avait des attentes de l’autre mais on ne cherchait pas à se comprendre. Il passait son temps à me dire qu’il pouvait changer pour une femme pour moi. Je n’étais vraiment pas convaincue. Dans cette relation, c’est vrai que c’était toujours lui qui venait vers moi, c’était lui qui me contactait, j’étais très passive.

(…) Un jour, il m’a demandé de faire quelque chose que j’ai trouvé très déplacée. J’ai refusé et j’ai dit que c’était fini que je ne voulais plus le voir. Il m’a alors expliqué que ce n’était qu’un test, qu’il voulait savoir si j’allais le faire ou pas. Suite à cela, je lui ai envoyé un long message qu’il n’a même pas lu. Il m’a bloqué pour me débloquer quelques jours après. On s’est vu comme si de rien n’était puis, quelque jours après, il m’a rebloqué, je l’ai vraiment mal pris. Je me suis faite une raison en pensant qu’il m’avait quitté.

Quelques semaines après, il est revenu vers moi. Je ne voulais pas lui parler mais il a insisté des jours et des jours. On a fini par se voir. Il m’a expliqué son comportement, m’a déclaré ses sentiments et m’a dit que, maintenant, ça allait être bien. La vérité, c’est que j’attendais trop de lui, j’étais trop impatiente. Une semaine après ça, j’avais estimé qu’il n’avait pas fait suffisamment d’efforts alors j’ai décidé de l’ignorer. Il m’a encore bloqué, je l’ai vraiment très mal pris, je l’ai quitté.

Je pensais qu’il allait me courir après un minimum mais il ne m’a plus donné de nouvelles. Un mois après, je me suis décidé à l’appeler, il a été d’une méchanceté qui m’a choquée, j’ai très mal vécu le fait d’être rejetée de la sorte. Je lui en ai voulu pendant des mois et des mois. Puis j’ai pris du recul et je me suis rendue compte que j’avais mes torts aussi. Six mois après, je lui ai envoyé un message lui disant que, malgré tout ce que j’ai pu dire, je tenais à lui et que j’avais apprécié les moments partagés ensemble.

Quelques jours après, il m’a recontacté et on a décidé de ce voir. Il est venu mais il était complètement bourré et différent de la personne que j’avais connue. On s’est revu de temps en temps sans jamais s’expliquer. Il était toujours méchant et moi indifférente. J’ai fini par le bloquer en étant persuadée qu’il ne m’aimait pas et qu’il ne reviendra pas vers moi. Un mois après, il est revenu et ça s’est bien passé. On s’aime, ça se voit, mais un jour qu’il était bourré et méchant, ça m’a saoulé et j’ai préféré mettre fin à tout ça.

Quelques semaines après, je voulais le voir pour lui dire enfin tout que j’avais sur le cœur et provoquer une discussion mais il n’a jamais donné suite. Lassée, j’ai fini par lâcher l’affaire, tous ces non-dits sont très frustrants. Il y a quelques semaines encore, il m’a appelé pour me voir. Il était bourré, j’étais encore une fois déçue de son comportement, je suis partie.

Cette relation dure depuis trop longtemps, je suis plus que lassée, je suis convaincue que c’est quelqu’un de bien et qu’on aurait pu construire quelque chose de sérieux mais son comportement me freine, en plus du fait qu’il boit et fume. J’ai l’impression que c’est quelqu’un qui a énormément besoin d’être rassuré, d’avoir affaire à un homme brisé et que je n’ai pas su lui montrer les choses au début. Je ne sais pas quoi faire, mes intentions était sincères et je sais que j’ai souffert de cette relation mais que moi aussi, je lui ai fait du mal. On n’arrive pas à communiquer, il est immature et je ne sais comment me comporter avec lui.

Est-ce que cette relation est vouée à l’échec ? Dois-je continuer à espérer qu’un jour, nous arriverons à dialoguer ou dois-je juste laisser tomber ? Est-ce mon rôle de l’aider à aller mieux, de se défaire de l’alcool ? Dois-je être plus patiente ? Je l’aime, c’est sûr, mais je suis complètement perdue... Je ne sais pas si je dois me battre pour lui ou laisser tomber, s’il en vaut la peine ou pas. Je n’y connais rien, c’est ma première relation. Est-ce que c’est ça, l’amour ? J’ai beau être énervée contre lui, ça ne dure jamais. Le temps passe et malgré ça, je n’arrive pas à passer à autre chose. Hormis le fait qu’il boit et qu’il fume, c’est quelqu’un de débrouillard, de courageux, il travaille à une bonne situation, c’est quelqu’un au grand cœur sur qui on peut compter.

Sabah Babelmin, psychanalyste

Chère Souad,

On dirait que c’est une partie de cache-cache ! Votre histoire dénote beaucoup de naïveté et d’ambivalence. C’est normal, vous êtes jeune et c’est votre première relation, dites-vous. Ce jeune homme fume, boit et cela vous indispose dés le début, il est accro à l’alcool et vous, vous êtes devenu accro à lui, car il me semble que vous êtes un peu seule. Les couples autour de vous sont instables, votre mère et votre tante divorcent et l’image qu’on vous renvoie du couple n’a pas l’air d’être glorieuse. Mais vous voulez absolument y croire et vous accrocher à un rêve avec ce jeune homme, qui peut devenir un cauchemar.

Je pense que ce jeune homme doit voir d’autres femmes quand vous le laissez tomber mais pas vous. Il me semble que, de votre côté, vous avez envie de le connaitre, de construire même un couple avec lui, mais lui pas du tout, sinon il vous aurait parlé franchement de ses sentiments et de ses projets avec vous. Cette relation avec lui dénote beaucoup d’immaturité et d’instabilité. Ce n’est pas de l’amour, c’est juste un jeu !

Plusieurs questions sont posées à la fin de votre mail, mais celle-là est très importante : « Est-ce mon rôle de l’aider à aller mieux, de se défaire de l’alcool ? » Non, ce n’est pas votre rôle. S’il veut arrêter l’alcool, il doit le vouloir et le décider tout seul et s’en sortir, vous n’êtes ni sa mère ni son psychothérapeute, et vous risquez de payer un prix très élevé pour cela.

« J’ai l’impression que c’est quelqu’un qui a énormément besoin d’être rassuré, d’avoir affaire à un homme brisé et que je n’ai pas su lui montrer les choses au début. » Ce n’est pas à vous de faire ce travail, c’est à lui de s’en sortir s’il le veut vraiment.

Vous dites qu’il a un grand cœur, qu’il est courageux et qu’il a une bonne situation. Et vous, quelle est votre situation ? Parfois, on croit que l’autre peut combler tous nos manques, nous rendre complètement heureux, mais si on n’expérimente le bonheur seul, on ne peut pas le donner à quelqu’un d’autre. Il me semble que vous n’êtes pas prêts, ni l’un ni l’autre, à vous engager. Le couple n’est pas un jeu, c’est une union sérieuse qui suppose beaucoup de maturité et de partage et de compromis. Bon courage.


La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com