Connectez-vous S'inscrire






Société

Samir Amghar : « Les jihadistes sont le pur produit de la modernité occidentale »

Rédigé par Mérième Alaoui | Vendredi 4 Décembre 2015

Jusqu'où la lutte contre le terrorisme doit-elle aller ? Pour Samir Amghar, chercheur à l'Université libre de Bruxelles, l’état d’urgence et son lot d’abus risquent d’avoir des effets contre-productifs dans la lutte contre le radicalisme. Le sociologue, spécialiste du salafisme, revient aussi sur le profil et les motivations des jeunes musulmans qui ont décidé de rejoindre des groupes radicaux au nom du jihad. Interview.



Samir Amghar : « Les jihadistes sont le pur produit de la modernité occidentale »

Saphirnews : On pointe de plus en plus, en particulier depuis le 13 novembre, les salafistes, mot qu’on emploie à tout-va… Pouvez-vous revenir sur les différentes définitions du salafisme ?

Samir Amghar : La particularité du salafisme est l’idée de développer une approche littéraliste des versets coraniques et de la tradition prophétique. On interprète les choses au pied de la lettre. Le salafisme est loin de constituer une tendance unique, une mouvance homogène. Il est clivé de manière très synthétique en trois tendances qui sont, elles-mêmes, subdivisées en différentes tendances. Il y a donc la mouvance quiétiste, la mouvance politique et la mouvance révolutionnaire.

Le point commun de ces trois tendances est de développer une approche ultra-orthodoxe de l’islam, néofondamentaliste, un rapport au texte et à la parole très conservateur. Ce qui différencie les salafistes quiétistes des révolutionnaires, c’est le rapport au changement social. Les premiers considèrent que c’est la prédication et la formation religieuse qui précèdent au changement social, alors que les révolutionnaires estiment que le seul moyen de changer la société est l’usage de la violence.

Existe-t-il des ponts entre le salafisme dit quiétiste et le salafisme dit violent ? 

Samir Amghar : Le risque est, en effet, de confondre les deux et de considérer que l’un précède l’autre. Or on s’aperçoit que, globalement, le salafiste quiétiste est au salafiste jihadiste ce qu’est la gauche démocratique aux Khmers rouges ou aux Brigades rouges… Il y a une matrice commune, mais avec de nombreuses divergences en son sein. Bien souvent, la grille de lecture qu’on a en France est de considérer que toutes les expressions très fortes autour de l’islam précèdent ou, du moins, préparent l’action violente.

Autrement dit, plus on a une pratique de l’islam, plus cela faciliterait le basculement à la violence. Cela explique les perquisitions actuelles, notamment celle de la mosquée de l’imam Rachid Abou Houdeyfa à Brest. Ce dernier a certes des positions ultraconservatrices, mais il n’est pas un violent pour autant. Cette posture est globalement la stratégie de Manuel Valls qui, il faut bien le savoir, s’inspire très largement des écrits de Caroline Fourest qui a du mal à placer le curseur de la radicalité.  

Samir Amghar
Samir Amghar

Si ces salafistes jihadistes sont très proches du texte, comment expliquent-ils du point de vue théologique le suicide, clairement interdit en islam ?

Samir Amghar : Il y a une lecture extensive de la tradition coranique. Il y a donc mille et une façons d’interpréter le martyre. Chez les salafistes jihadistes, on part du principe que le jihad revêt une obligation religieuse et individuelle. Donc la recherche ultime du jihadiste est celle du martyre. On la place au-dessus du sacrifice, c’est la stratégie de contournement. Ce n’est pas propre aux jihadistes d'ailleurs ; les Frères musulmans ont une vision du sacrifice pour Dieu via l’attentat-suicide, il suffit de se rappeler des fatwas de Yusuf al-Qaradawi quand il justifie la lutte contre l’occupant israélien en commettant des attentats-suicides.

L’état d’urgence en France a pour conséquence la multiplication de perquisitions, parfois abusives, qui touchent principalement les musulmans. Quelle est votre analyse sur les dommages que cela peut créer chez les fidèles ? 

Samir Amghar : J’analyse cela à plusieurs niveaux. Il y a, d’une part, une politique d’affichage du gouvernement : il est quelque part sommé par l’opinion publique de trouver des solutions à la radicalisation. Les Français sont choqués, les pouvoirs publics se doivent de régler très rapidement le problème. Il y a une stratégie du gouvernement d’afficher les résolutions qui visent à éradiquer la radicalisation.

D’autre part, on essaie de rassurer. Il y a une sorte de tension qu’on retrouve partout au sein de la société française : finalement on peut se promener et être victime d’un attentat. Ces choix ont pour but in fine non pas de régler le problème de la radicalisation, mais de rassurer. 

Et quelles sont les conséquences concrètes sur les musulmans ?  

Samir Amghar : D’abord, on crée un amalgame : un ultra-orthodoxe n’est pas forcément un jihadiste en sommeil. On mélange deux approches : une liée à la violence et l’autre rigoriste. Donc le musulman peut être considéré comme indésirable en France et cela peut constituer un effet contre-productif et même créer un boost idéologique et inciter des individus à basculer dans le jihadisme. Par ailleurs, le chercheur Antoine Megie affirme même que la confrontation avec des autorités policières et judiciaires peut être un facteur déclencheur de la radicalisation. En voulant lutter contre le radicalisme par cette judiciarisation poussée à l’excès, on l’alimente paradoxalement. 

Samir Amghar : « Les jihadistes sont le pur produit de la modernité occidentale »

Certaines études, comme celle de Dounia Bouzar, démontrent que la plupart des « jihadistes » n’ont pas de connaissances réelles de leur religion… Vous ne semblez pas d’accord avec cette analyse, pourquoi ? 

Samir Amghar : Est-ce que vous avez besoin de maîtriser les textes de votre idéologie pour vous reconnaître dans cette idéologie ? Autrement dit, est-ce qu’on a besoin de lire Mein Kampf pour être un militant nazi ? Doit-on lire forcément les mémoires de Jaurès ou de De Gaulle pour être socialiste ou républicain ? Pas forcément. Nous n’avons pas besoin d’être un exégète du jihadisme pour se lancer dans le jihad.

Ceux qui disent que ces jeunes ne connaissent pas leur religion, que ce sont des analphabètes du religieux, c’est pour moi une manière de les disqualifier. Eh bien, non, cela ne se passe pas comme ça. En effet, même si ces individus n’ont pas de maîtrise complète de l’islam, ils ont néanmoins l’intime conviction de respecter une injonction divine. On confond deux niveaux : degré de connaissance religieuse et degré de religiosité. Les deux ne sont pas forcément liés.

Et on peut avoir des personnes qui maîtrisent le corpus religieux et justifier le jihad. Prenez encore le cas de Yusuf al-Qaradawi, il est docteur en science islamique, une personnalité  très connue qui a produit énormément d’ouvrages et il a pourtant appelé au jihad en Syrie. Donc vous pouvez très bien être un fin connaisseur de l’islam et considérer que le jihad est légitime. Dire le contraire est être dans le déni, opter pour un positionnement qui veut toujours essayer de mettre en avant qu’il y a un bon islam et un mauvais islam. Vous pouvez connaitre le texte et le lire de mille et une façons.

Dire qu’on a affaire à des fous, oui, cela rassure. Alors, bien sûr, certains ont des problèmes psychologiques, mais ce n’est pas la majorité. On refuse d’accepter que notre société peut produire de la violence d’autant plus qu’elle a un seuil de tolérance très bas à cette agressivité.

Quel est le profil des personnes radicalisées que vous avez approchées dans le cadre de vos travaux ? 

Samir Amghar : On a le sentiment que les parcours de radicalisation islamique font exception dans la modernité, mais ces parcours sont le pur produit de la modernité occidentale. Nous sommes dans une société de l’immédiateté, on veut tout tout de suite. On est dans un rapport de consommation. Le jihad ne fait pas exception, vous n’avez pas besoin de rester dix ans dans des mouvements qui prônent le jihad pour le faire, cela peut être très rapide. Ce n’est pas parce que c’est très rapide que ce n’est pas fondé dans les esprits.

Ce sont des gens qui ont des personnalités normales, d’une extrême banalité. Des personnes qui nous ressemblent et qui, à un moment dans leur vie, considèrent que ce qui se passe en Syrie est injuste, qu’il faut punir les responsables. C’est le point commun de tous. L’autre, c’est qu’ils sont relativement jeunes. Le gros des troupes a entre 20 et 35 ans car on est dans une forme d’altruisme familial, il est plus facile de partir sans attache familiale ni vraie responsabilité, notamment financière. Des études ont montré que plus votre part au sein de l’équilibre financier de votre famille est faible, plus vous avez des risques de basculer.

Certains partent pour la justice et la paix des Syriens mais, sur place, la réalité est un peu plus compliquée. Ils veulent créer une utopie…

Samir Amghar : Oui, ils partent aussi pour reproduire la société idéale, celle de Médine, la société prophétique où régneraient la justice, la fraternité, l’égalité et surtout les principes de l’islam. Sur le papier, cela pourrait faire partir n’importe quel musulman à travers le monde. Sur le papier, bien entendu. Ce qui explique le retour d’un certain nombre de personnes dans leurs pays d’origine, évalué entre 20 et 30 % par une université britannique. Des gens déçus par des combats intracommunautaires entre milices jihadistes, par des injustices commises par des émirs et autres responsables… Dans ces cas, la théorie de la manipulation mentale ne tient pas. Les gens conservent l’esprit critique car ils sont partis en leur âme et conscience. Pour moi, le processus de radicalisation est sans doute l’une des variantes de l’autonomie du sujet et de son individuation.

Comment expliquer l’attraction des femmes pour les discours radicaux alors qu’a priori on leur offre une vie où elles sont reléguées à la maison ?

Samir Amghar : Je n’ai pas pu personnellement en suivre, les femmes sont très difficiles d’accès. Mais il y a une étude de Géraldine Casutt de l’Université de Fribourg (Suisse) qui a fait ce travail. Il en ressort que la décision de ces femmes est le produit de l’échec du féminisme ou de la modernité occidentale. Il est très difficile d’être une femme en Occident, pour plusieurs raisons.

La première est que la société est très exigeante envers elle. Il faut qu’elle soit une bonne épouse, une bonne mère et elle doit être performante professionnellement. De plus, nous sommes dans une société de plus en plus asexuée, dans laquelle la division du travail est de plus en floue. Le fait de partir en Syrie permet de résoudre tous ces problèmes. On retrouve un rôle de femme : s’occuper de la maison et des enfants. Et on se délaisse de toute cette pesanteur occidentale liée à l’exigence professionnelle, matrimoniale, être jolie, avoir un beau brushing, etc. 

Manuel Valls a annoncé l'ouverture d'un deuxième centre de déradicalisation, que pensez-vous de cette mesure ? Selon vous, quelles pistes sont à explorer pour sortir certains jeunes de la radicalisation ?

Samir Amghar : C'est une prise de conscience du gouvernement que la réponse ne peut être exclusivement sécuritaire. Il faut attendre ce qui sera proposé par ces centres. Mais ils semblent s'apparenter à des centres de rééducation comme ceux qui existaient en Chine ou en URSS en tentant de réorienter l'individu que l'on considère comme déviant. Il faut donc attendre les résultats pour porter une analyse sur l'efficacité de cette mesure.





Loading