Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Cinéma, DVD

Racisme, écologie, bien-être animal… Joaquin Phoenix, le triomphe d’un « Joker » engagé aux Oscars

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 10 Février 2020 à 18:35

Joaquin Phoenix a été sacré, dimanche 9 février, meilleur acteur aux Oscars 2020 pour son interprétation du rôle de l’ennemi de Batman dans « Joker ». La consécration pour cet acteur américain de 45 ans, qui met régulièrement à profit sa notoriété pour appuyer avec force de nobles causes en faveur de l’écologie, du bien-être animal ou encore contre le racisme.



Racisme, écologie, bien-être animal… Joaquin Phoenix, le triomphe d’un « Joker » engagé aux Oscars
Sa bluffante prestation dans Joker, réalisée par Todd Philips, a été unanimement saluée par le monde du cinéma. Joaquin Phoenix a décroché la statuette – sa première – du meilleur acteur lors de la 92e cérémonie des Oscars organisé dimanche 9 février à Los Angeles. A cette occasion, l’acteur a exprimé sa profonde reconnaissance. « Je ne sais pas ce que je serai sans le cinéma. Le plus beau cadeau qu'il m'a fait, c'est de me donner le privilège d'utiliser ma voix pour ceux qui ne l'ont pas », a-t-il déclaré devant un parterre de stars.

Joaquin Phoenix a ainsi profité de la tribune qui lui a été offerte pour prononcer un discours des plus engagés plaidant contre l’injustice. « Je pense beaucoup à certaines des questions préoccupantes auxquelles nous faisons face collectivement. Parfois on sent, ou on nous fait sentir, que nous défendons différentes causes, mais moi, je vois des points communs. Que l'on parle d'inégalité entre les genres, de racisme, de droits des personnes LGBTQI, des personnes indigènes ou des animaux, nous parlons de la lutte contre l'injustice. Nous parlons de la lutte contre la croyance qu’une nation, un peuple, une race, un sexe ou une espèce a le droit de dominer, de contrôler et d’utiliser et d’exploiter une autre en toute impunité », a-t-il affirmé.

Un discours émouvant, empreint d’humanisme

L’acteur, qui s’était illustré dans le rôle de Commode dans Gladiator (2000), a aussi pris le temps de marteler un message empreint d’humanisme. « Nous sommes de plus en plus déconnectés de la nature et beaucoup d'entre nous sommes coupables d'une vision égocentrique du monde. (…) Nous allons dans le monde naturel et nous le pillons pour ses ressources. (…) Je pense que nous avons peur du changement personnel car nous pensons que nous devons sacrifier ou abandonner quelque chose. Mais les êtres humains, au mieux de leur capacité, sont si inventifs, créatifs et ingénieux. Je pense que lorsque nous utilisons l'amour et la compassion comme principes directeurs, nous pouvons créer, développer et mettre en œuvre des systèmes de changement qui sont bénéfiques à tous les êtres et à notre planète », a martelé Joaquin Phoenix.

« J’ai moi-même été égoïste, j’ai été parfois cruel, difficile à travailler, et je suis reconnaissant à tant d’entre vous dans cette salle de m’avoir offert une seconde chance. C’est à ce moment que nous donnons le meilleur de nous-mêmes - lorsque nous nous soutenons les uns les autres. Pas lorsque nous nous pénalisons les uns les autres pour des erreurs passées, mais lorsque nous nous aidons à grandir, lorsque nous nous éduquons les uns les autres, lorsque nous nous guidons les uns les autres vers la rédemption. C'est là que l'humanité est la meilleure », a poursuivi l’acteur, avant de terminer en évoquant, ému, le souvenir de son frère aîné disparu, mort dans ses bras d’une overdose. « Quand il avait 17 ans, mon frère a écrit ces paroles de chanson : "Courez à la rescousse avec amour et la paix suivra" », s’est-il rappelé.

Une voix contre le racisme

Il ne s’agit pas du premier discours engagé de Joaquin Phoenix. Lors de la cérémonie britannique des Bafta, début février, au cours de laquelle il a reçu le prix du meilleur acteur, il a dénoncé la prégnance du racisme systémique.

« Je me sens très honoré et privilégié d’être là ce soir (…) mais je dois avouer que je me sens aussi très partagé car beaucoup de mes camarades acteurs qui le méritent n’ont pas ce même privilège. Nous envoyons un message très clair aux personnes de couleur, qui est : "Vous n’êtes pas les bienvenus ici" », a-t-il estimé.

« Personne ne veut de traitement de faveur. Je pense que tout le monde veut être apprécié et respecté pour le travail qu’il fournit. Je ne vous fais pas un discours moralisateur car j’ai honte de dire que je fais partie du problème. Je n’ai pas tout fait pour que les tournages sur lesquels j’ai travaillé soient aussi inclusifs que possible », a-t-il souligné, avant de conclure par ces mots : « Je pense que c’est l’obligation de ceux qui ont créé, perpétué et profité d’un système d’oppression de le démonter. C’est donc à nous de le faire. »


Une voix pour la sauvegarde de la planète

Quelques jours avant les Oscars, Joaquin Phoenix a été aperçu, dans le court-métrage Guardians of Life, jouer le rôle d’un chirurgien qui, avec une équipe médicale, met toute son énergie pour sauver une patiente qui se trouve être… la planète Terre, en proie à diverses catastrophes comme les incendies en Amazonie ou encore en Australie. C'est une autre médecin, interprétée par l'actrice germano-péruvienne d'origine indigène Q'orianka Kilcher, qui parvient à réanimer la patiente. Mais pour combien de temps encore ? Un puissant message contre la déforestation et pour la valorisation du rôle des indigènes dans cette lutte.

« C’est un appel à l'action. J’ai fait cela pour éveiller les consciences par rapport aux effets qu’ont l’industrie de la viande et du lait sur le changement climatique. Nous sommes en train de détruire et de brûler les forêts tropicales, et nous en voyons les effets négatifs à l’échelle mondiale. Les gens ne se rendent pas compte que nous avons encore le temps, mais seulement si nous agissons maintenant et si nous opérons d’importants changements dans notre consommation. Nous ne pouvons pas attendre que les gouvernements résolvent ces problèmes pour nous. Nous ne pouvons pas attendre les élections pour changer les choses. Nous avons une responsabilité personnelle, celle de faire ces changements dans nos propres vies et d’agir maintenant », livre-il à l’association écologiste Extinction Rebellion pour qui le clip a été réalisé, avec l'ONG Amazon Watch.

Un discours qui rappelle celui que le comédien a prononcé aux Golden Globes en janvier, après avoir été sacré meilleur acteur dans un film dramatique.

Joaquin Phoenix, qui a été arrêté quelques jours plus tard pour sa participation à une manifestation organisée à Washington par l’actrice Jane Fonda, à l'initiative depuis octobre 2019 des « Fire Drill Friday » pour protester contre l’immobilisme des responsables politiques face aux dangers du changement climatique, avait vertement critiqué l’hypocrisie d'Hollywood dans son combat pour la justice climatique. « C’est formidable de voter, mais parfois nous devons prendre nos responsabilités, faire des sacrifices et des changements dans nos vies. Nous n'avons pas besoin de prendre des jets privés pour faire l'aller-retour à Palm Springs », avait-il signifié face à un parterre de stars.

Racisme, écologie, bien-être animal… Joaquin Phoenix, le triomphe d’un « Joker » engagé aux Oscars

Une voix pour le bien-être animal

Joaquin Phoenix, qui s'est engagé à porter le même costume sur l'ensemble des cérémonies de la saison pour sensibiliser le public au gaspillage vestimentaire, est un des visages célèbres de la lutte pour le bien-être animal. Porte-parole de PETA depuis de nombreuses années, l’homme, vegan depuis son plus jeune âge, participe régulièrement à des campagnes de l’association.

Dernièrement, en septembre 2019, l’acteur a prêté son image pour une campagne appelant à mettre fin au spécisme, cette croyance selon laquelle une espèce est plus importante qu'une autre, et incitant les consommateurs au véganisme, ce mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation. « Nous sommes tous des animaux », lit-on dans l'affiche. Un engagement au quotidien pour l'acteur qui s'inscrit pleinement dans un combat écologique qu'il sait très bien incarner.

Lire aussi :
Le musulman doit explorer l'option du végétarisme

Et aussi :
Avec Ramy pour déjouer les clichés sur la jeunesse musulmane, Ramy Youssef sacré aux Golden Globes
Oscars 2017 : Moonlight, la rampe d'accès à la reconnaissance pour Mahershala Ali