Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Quel lien existe-t-il entre la perte de confiance envers la République et la radicalisation ?

Rédigé par Dounia Bouzar | Vendredi 16 Novembre 2018

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage « Français radicalisés - L’enquête, ce que nous révèle le suivi de 1 000 jeunes et de leurs familles » (Éditions de l’Atelier, novembre 2018), l’anthropologue Dounia Bouzar revient, à travers plusieurs articles sur Saphirnews, sur des idées reçues autour de l’attrait à l’extrémisme violent dit « jihadiste » et les étapes de sortie de radicalisation, ceci à partir de ses statistiques nés d’une étude produite par le du Centre de prévention des dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI). Troisième question : quel lien existe-t-il entre la perte de confiance envers la République et la radicalisation ?



Quel lien existe-t-il entre la perte de confiance envers la République et la radicalisation ?
Les jeunes, quel que soit le type de croyance de leur famille, toutes classes sociales confondues, peuvent se retrouver attirés par l’offre dite « jihadiste ». Au niveau des convictions, les derniers chiffres nationaux font état de 51 % de jeunes de familles musulmanes et de 49 % de « convertis » . Rappelons que la variable de la vulnérabilité sociale n’est pas une condition à la radicalisation. Le nombre élevé de jeunes radicalisés de classe moyenne le prouve. Mais cette variable intervient quand il s’agit d’étudier la dynamique mise en place autour d’un motif d’engagement.

Or, pour mener le jeune à faire le deuil de l’utopie qui lui a été vendue par les promesses mensongères du groupe dit « jihadiste », il faut repérer le sens de son engagement de manière à lui faire comprendre que son idéal peut être atteint avec un engagement compatible avec le contrat social. Comprendre les mécanismes du motif d’engagement est donc primordial pour sortir le jeune de cette vision du monde.

Les statistiques effectuées avec la collaboration du service pédo-psychiatrique de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière dirigée par le professeur David Cohen nous montrent que les « jihadistes » des classes moyennes sont globalement sensibles à des promesses de « meilleur soi », alors que ceux des classes populaires sont majoritairement sensibles à des promesses de « monde meilleur » (Daeshland).

Lire l'article précédent : Qu’est-ce que les promesses faites aux jeunes par les groupes extrémistes violents nous disent sur notre société ?

Quel lien existe-t-il entre la perte de confiance envers la République et la radicalisation ?
En effet, plus de 57 % des garçons issus des classes sociales moyennes éprouvent un sentiment de responsabilité et de culpabilité qui les mène à être sensibles à la promesse de défendre les plus faibles contre les plus forts (Lancelot). Ce motif exprime une recherche d’un « meilleur soi » et d’un monde meilleur. L’importance de ce motif d’engagement traduit le malaise d’une génération qui a besoin d’être utile dans une période où le chômage les inquiète et où plus aucun rite ne leur permet de montrer qu’ils sont devenus adultes.

La recherche de la fraternité est également fondamentale dans ce motif (voir encadré plus bas). Nous pouvons faire l’hypothèse que trouver un groupe d’amis dans le monde réel semble plus compliqué aujourd’hui avec l’arrivée des réseaux sociaux. Beaucoup de jeunes hommes témoignent n’avoir jamais réellement eu l’impression d’être entourés par des amis sincères et loyaux. La recherche d’un groupe de pairs, de camaraderie (un peu comme à l’armée), est ainsi fondamentale dans la promesse de ce motif.

Les garçons des classes populaires restent attirés par la promesse de venger les plus faibles contre les plus forts (Lancelot) mais sont 40,7 % à être sensibles à une promesse de monde plus juste et fraternel (Daeshland, contre 15,2 % de classes moyennes). Quant aux filles, elles sont sensibles à la même promesse de monde meilleur (Daeshland) à hauteur de 58,2 % (contre 29,9 % de classes moyennes). Le premier motif d’engagement pour les classes populaires (garçons et filles confondus) est donc Daeshland, qui atteint 52,4 % d’intérêt contre 25 % seulement pour les jeunes des classes moyennes.

Quel lien existe-t-il entre la perte de confiance envers la République et la radicalisation ?
L’engagement des jeunes issus des classes populaires mérite une analyse spécifique, dans la mesure où la promesse mensongère de Daesh concerne tout particulièrement le mythe d’un monde meilleur.

Il faut rappeler que les quartiers se sont désorganisés par l’effritement du tissu social ouvrier et l’affaiblissement des organisations communautaires traditionnelles dans les années 1980. Le mouvement ouvrier était un mouvement social en raison de sa « capacité à lier la défense d’intérêts économiques et professionnels à des projets collectifs et à des utopies ». L’espoir d’un monde meilleur, plus juste, lui a toujours été associé. Mais la faillite du communisme soviétique et le système autoritaire qu’il a produit ont détruit les utopies qui s’y référaient.

Par ailleurs, la conscience d’appartenir à la classe ouvrière – terminologie d’ailleurs plus du tout utilisée - a presque disparu. À l’époque de la chute du Mur de Berlin, les sociologues ont attiré l’attention des politiques en rappelant qu’il ne fallait pas réduire la classe ouvrière au seul sentiment d’appartenance, mais bien la voir comme un « cadre normatif et cognitif à partir duquel les acteurs interprètent leur situation » (Les Quartiers d’exil, Paris, Seuil, 1993) et construisent des valeurs excédant largement le cadre de leur travail, s’organisant en tant qu’agents de progrès face à un adversaire social identifié.

Parce que la communauté ouvrière était désorganisée, parce qu’aucune conscience de classe ne fournissait de cadre critique d’interprétation de la situation, parce qu’il n’y avait plus d’adversaire social clairement identifié, les jeunes ont commencé à s’attaquer aux institutions de l’État, et ce bien avant l’arrivée du discours de Daesh…

Une jeunesse déçue par le décalage entre les promesses de la devise républicaine et son application

Ayant perdu toute volonté de mobilisation, suspectant toute personne (notamment les travailleurs sociaux) de vouloir redonner un espoir qui, en réalité, ne se concrétiserait pas, ceux d’entre eux qui ont enchaîné échec sur échec se sont parfois réfugiés dans la haine et l’envie de tout casser. Le principe d’égalité prôné par le système d’intégration républicain, qui permet théoriquement à chacun de trouver sa place au sein de la société, était déjà dénoncé par tous ces jeunes comme une illusion. L’importance de ce phénomène apparaît d’ailleurs dans les statistiques des services judiciaires de l’époque : le nombre de mineurs suivis par la Protection judiciaire de la jeunesse a connu une augmentation sans précédent depuis le début des années 1990 en passant de 92 000 en 1993 à 171 787 en 1998.

25 ans plus tard plus tard, il n’est pas étonnant qu’un discours structuré qui propose l’islam comme un contrat social de paix où chaque individu renonce à ses propres désirs (identifiés comme la source de dissensions) pour se soumettre à l’intérêt collectif (la régénération de la société corrompue), redonne espoir aux jeunes des classes sociales populaires.

Bien avant Daesh et sans aucune forme de radicalisme, certaines conversions à l’islam des jeunes n’étaient déjà pas l’aboutissement d’une recherche mystique mais une réaction contre un système social dans lequel les jeunes ne trouvaient pas leur place. L’islam était déjà recherché avant tout pour le mode de civilisation qu’il propose : l’identité musulmane collective s’est constituée en France non par l’appartenance ethnique mais par l’expérience de l’exclusion, de l’injustice sociale et du racisme.

Les expériences qui attiraient étaient celles où les jeunes pouvaient tisser de nouvelles solidarités en construisant une identité collective plurielle. Ne nous étonnons pas si les recruteurs « jihadistes » reprennent aujourd’hui dans leur propagande ces promesses (notamment la fraternité et la solidarité) que personne n’a tenu, même si, comme nous le rappelons sans cesse, le ressort social n’est pas le seul à agir en matière de radicalisation.

Autrement dit, on peut penser que les jeunes des classes populaires, particulièrement déçus par le décalage entre les promesses de la devise républicaine et son application, ont été sensibles à une autre promesse : celle de régénérer le monde avec la loi divine qui seule peut, à leurs yeux, combattre la corruption humaine. Pour ces jeunes en perte d’espoir social, il ne s’agirait donc pas d’un manque d’intégration ou d’un refus des valeurs républicaines, mais au contraire de la déception de ne pas voir les promesses républicaines se réaliser. Il s’ensuivrait une perte de confiance dans la loi humaine et un surinvestissement de la loi divine pour parvenir à réaliser ces promesses autrefois républicaines avant d’être divines : fraternité et égalité. En ce sens, il y a bien, en quelque sorte, recherche d’« engagement politique ».

En cas de perte d’espoir social au sens large du terme, et en plus des facteurs micro de type psychologique, le facteur macro de type social prédomine sur les histoires personnelles dans la majorité des cas, pour orienter le jeune à « croire » à telle ou telle promesse du discours « jihadiste ». Comme si les manques et les traumatismes personnels devenaient moins importants lorsqu’on ne croit plus au monde dans lequel on vit, la priorité devenant de trouver un monde où l’on peut vivre et de participer à sa création le cas échéant.

A l’inverse de Gilles Kepel qui estime que, dès lors qu’un jeune dénonce les injustices sociales et les discriminations, il est plus ou moins sur la pente de la radicalisation (déclarations sur Cnews lundi 12 novembre 2018), notre retour d’expérience prouve qu’au contraire, il faut ouvrir des espaces de parole pour que les jeunes osent exprimer leur déception entre les promesses de la devise de la République et la réalité. Ce n’est qu’à partir de la reconnaissance de ce décalage entre théorie et pratique que les intervenants sociaux pourront imaginer avec eux comment contribuer à un monde meilleur, de manière à ce que la devise républicaine soit plus fidèlement suivie par les politiques mises en place. A défaut, les groupes extrémistes de toutes sortes (Daesh mais aussi les néo-nazis) deviennent les seuls interlocuteurs des jeunes qui proposent une reconnaissance mais aussi des solutions compensatoires dysfonctionnelles… menant in fine à la violence et au terrorisme.

Focus sur la question de la recherche de fraternité : Le récit dit « jihadiste » atteint plus facilement des jeunes non-inscrits dans des mouvements collectifs

Lorsque nous comparons les statistiques des jeunes que nous avons suivis, il apparaît que les jeunes issus de familles se définissant comme « croyantes pratiquantes » sont moins touchés que ceux issus de familles non pratiquantes (toutes religions confondues).

Dans la même logique, le pourcentage de jeunes issus de familles athées est important, toutes classes sociales confondues. On peut faire l’hypothèse que le « grand récit jihadiste », qui offre une famille de substitution sacrée, attire moins les jeunes déjà inscrits dans un groupe de pairs. Mais il n’est pas prouvé que la caractéristique « religieuse » de ce groupe de pairs soit plus efficace que celle d’un club de sport ou autre (groupe de militance politique de jeunes par exemple).

Quel lien existe-t-il entre la perte de confiance envers la République et la radicalisation ?
Faut-il formuler l’hypothèse que les jeunes investis dans un groupe de pairs de type sportif ou autre sont protégés du grand récit « jihadiste » au même titre que ceux qui sont inscrits dans un groupe de pairs de type « croyants » ? Nous n’avons pas rencontré, parmi les jeunes suivis, de personnalités investies dans des mouvements collectifs (sportifs ou sociopolitiques) avant leur radicalisation. Nous avions plutôt affaire à des jeunes hypersensibles, très matures ou au contraire immatures, socialement isolés, en difficulté relationnelle avec leurs pairs.

À l’âge de l’adolescence (au sens étendu contemporain du terme), le facteur de risque se situe-t-il dans la non-appartenance à un mouvement religieux ou plutôt dans l’extrême individualisme qui est érigé en modèle dans une société où la compétition est devenue ultra-mondialisée ? Qu’est-ce que notre modèle propose comme grand récit fondateur qui fasse effet de rite initiatique pour passer de l’enfance à l’âge adulte ? Les éducateurs n’ont-ils pas trop misé sur les suivis individuels ? L’Éducation Nationale ne met-elle pas trop l’accent sur le mérite personnel plutôt que sur l’enrichissement découlant de la complémentarité du travail en équipe ? Le discours « jihadiste » fait-il autorité en partie parce qu’il propose d’appartenir à un groupe, argument bien rodé de sa propagande ?

Nous proposons de retenir comme facteur de risque l’isolement du jeune, sa non-participation à un mouvement collectif (quel qu’il soit), et pas uniquement l’effectivité d’une pratique religieuse, même si elle peut en faire partie. La désaffiliation sociale d’une partie de la population liée au chômage de masse et à la précarisation du travail, une moindre présence de l’État et des services dans l’espace public, la fragilisation des identités liées à un groupe social (les mineurs, les ouvriers, etc.), jointes à la précarité des conditions de vie et au discours dévalorisant sur les banlieues et sur les musulmans, rendent sceptiques de nombreux jeunes face au soutien que pourrait leur apporter leurs interlocuteurs institutionnels. L’importance de la dimension collective apparaît transversalement tout au long de notre étude. Nous reviendrons sur l’importance des liens de fraternité et d’entraide au sein d’un groupe lorsque nous aborderons la sortie de radicalisation.

*****
Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux, est directrice scientifique du Cabinet Bouzar-Expertises-Cultes et Cultures et directrice du Centre de prévention des dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI). Elle est l’auteure de Français radicalisés - L’enquête, ce que nous révèle le suivi de 1 000 jeunes et de leurs familles (Éditions de l’Atelier, novembre 2018).

Lire aussi :
Qu’est-ce que les promesses faites aux jeunes par les groupes extrémistes violents nous disent sur notre société ?
La connaissance de la culture arabo-musulmane protège-t-elle de l’extrémisme violent dit « jihadiste » ?