Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Monde

Pourquoi l'urgence climatique appelle à des efforts massifs dans les années 2020

Rédigé par | Mercredi 1 Janvier 2020 à 09:00

           

« Il n’y a pas de plan B car il n’y a pas de planète B », avait déclaré en 2014 le secrétaire général de l’ONU de l'époque, Ban Ki-moon. Face à l’accélération de la dégradation mondiale de l’environnement, les efforts doivent se multiplier dans les années 2020 pour limiter le réchauffement climatique, sous peine de constater des catastrophes dites « naturelles » plus nombreuses et plus violentes.



Pourquoi l'urgence climatique appelle à des efforts massifs dans les années 2020
La planète Terre est plus malmenée que jamais par l'activité humaine. Tandis que des experts ont alerté le monde sur la sixième extinction de masse en cours, 2019 a été marqué par plusieurs catastrophes climatiques, à commencer par des feux de forêts d'ampleur inédite sur tous les continents.

A lire : Biodiversité : la sixième extinction de masse en marche, de l'urgence de renverser la vapeur

Après les milliers d'incendies survenus en Amazonie durant l'été, l'Australie est ravagée par des feux qui ont détruit, depuis septembre 2019, un espace équivalent à la taille de la Belgique.

Des records de chaleur et son lot de conséquences

Selon l’Organisation météorologique mondiale, 2019 est une trois années les plus chaudes de l'histoire depuis 1850, date à laquelle ont débuté les relevés systématiques de température. La canicule estivale en France en a témoigné. La fonte des glaciers s'est accélérée en Arctique, provoquant une inexorable montée des eaux.

Selon une récente vaste étude scientifique réalisée par des experts issus de 50 institutions internationales et publiée par la revue Nature, le Groenland fond sept fois plus vite que dans les années 1990. Or, « pour chaque centimètre de montée du niveau global des mers, six millions de personnes supplémentaires sont exposées aux inondations dans les zones côtières de la planète », fait savoir un des coauteurs de l'étude, Andrew Shepherd. « Il ne s’agit pas d’événements improbables ou aux conséquences limitées : ils sont en train de se produire et vont être dévastateurs pour les communautés côtières. » Pourtant, le sommet de la COP 25 à Madrid, qui devait dégager des accords plus ambitieux que ceux ratifiés à Paris en 2015, s'est soldé le 14 décembre 2019 par un échec.

« Le changement climatique n'est pas seulement un problème de long terme, mais un danger évident et immédiat », a alerté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, lors de ses vœux pour 2020. « Mais il existe aussi des raisons d’espérer. Cette année, mes vœux pour la nouvelle année s’adressent à notre plus grande source d’espoir : les jeunes du monde entier. Climat, égalité des sexes, justice sociale, droits humains : votre génération est en première ligne et en première page. »

2019 a, en effet, été une année de mobilisations mondiales de la jeunesse pour le climat avec, pour égérie, la jeune militante suédoise Greta Thunberg, élue personnalité de l'année 2019 par le magazine Time. L’éveil de la conscience écologique s'est, certes, accru en 2019 mais les efforts doivent être massifs, comme les actions doivent nécessairement se multiplier, pour limiter l'impact désastreux du réchauffement climatique. Car il est une évidence : « Il n’y a pas de plan B car il n’y a pas de planète B. »

Lire aussi : #PrayforAmazonia : Au-delà du hashtag, pourquoi il faut s’inquiéter de l’état de l’Amazonie, en proie aux flammes

Et aussi : La nécessaire mutation du tourisme vers un modèle durable et éco-responsable


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Mythopasmytho le 01/01/2020 23:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si la terre devient de l'eau, elle est plus de feu, et donc moins d'air.
Ce qui lui faut c'est n'est donc pas moins d'eau mais moins de feu. D'énergie. Qui elle a besoin d'air.

2.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 02/01/2020 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On rappellera que le réchauffement climatique, qui serait du à un excès de rejet de CO2 dans l'atmosphère (entre autres) est donc quantitativement attribuable à des acteurs divers, qu'on peut évaluer.

Le numéro 1 est la Chine, dont les émissions sont en nette augmentation depuis la COP 21, organisée par Royal et Fabius et qui l'exonérait de tout effort, ce qui a motivé le retrait ultérieur des US de Donald Trump de la sinistre mascarade sans objet. La dernière COP entérina la totale inaction de la même Chine, qui se trouve principale responsable du désastre, ce que toutes les mesures confirment.

Le dernier numéro est la France, dont la production d'énergie électrique, majoritairement nucléaire, l'exonère totalement de toute responsabilité dans la chose. L'Europe à part l'Allemagne qui réinventa l'utilisation forcenée du charbon (les verts allemands étant non seulement anti nucléaires, mais aussi complètement crétins), l'Europe donc, a ses émissions globalement en baisse et donc peut être satisfaite. Nous n'avons donc rien à faire à ce sujet.

C'est pour cela qu'il faut envoyer Greta en Chine, là où elle ne va jamais, et où on en ferait de la chair à paté, sort qu'elle mérite vu qu'elle nous énerve.

3.Posté par Premier Janvier le 12/01/2020 18:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et le nucléaire on le trouve sous les sabots d'un cheval François.
Ce dernier a besoin de matière première.
Et on la trouve ou. En Afrique. Ce qui par extension entraine des positions politiques pour se procurer ce besoin. On ne guerroie pas en Afrique pour les beaux yeux des Africains. Et oui. Lorsque l'on évoque un effet il faut normalement citer aussi les causes. Autrement ça s'appelle faire sa petite cuisine. Je prends les paramètres qui m'arrangent et les autres je les balaient.
Sur le nucléaire visionnez le documentaire Into eternity sur Onkalo, un site d'enfouissement de déchets nucléaires.
Je vous garantis qu'après vous reviendrez de votre position sur le nucléaire qui serait un idéal.
Pour ma part je suis tombé dessus par hasard. Je n'ai absolument pas la fibre écolo, au début du film je me suis dit c'est quoi ce film à la con. C'est quoi ce truc. C'est mou, extrêmement lent, ou veulent t'ils en venir. Puis j'ai attendu et regardé. Et bien c'est l'un des films qui m'a le plus marqué dans ma vie.
En le regardant on à l'impression d'une invention, d'une fiction tandis que c'est de notre vie ici et aujourd'hui dont il y est question. Ca m'a déstabilisé.
Comme le disait la fameuse publicité que je trouvais absurde mais qu'aujourd'hui je comprends le futur c'est maintenant. Ou aujourd'hui c'est demain. Je ne me souviens plus bien. Mais ce documentaire me l'a fait comprendre. Visionnez le et osez ensuite revenir poser le meme discours.

4.Posté par Premier Janvier le 12/01/2020 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi Greta vous énerve t'elle. Parce qu'elle dit des choses qui vous troublent quant à votre quotidien. Et c'est compréhensible. Lorsque de mauvaises habitudes ne se ressentent pas dans notre quotidien on ne voit pas de raison d'en changer. On a l'impression d'une intrusion déplacée, d'un jugement et l'on se dit je suis libre je tiens à le rester, je ne veux rien changer de mes habitudes. Ceux qui évoquent non pas pour eux memes mais pour les autres des habitudes néfastes sont intrusifs et se melent de ce qui ne les regardent pas.