Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Pays-Bas : Geert Wilders poursuivi par la justice pour ses propos anti-Marocains

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 9 Octobre 2014



Retour à la case justice pour le député d’extrême droite néerlandais Geert Wilders. Il est soupçonné d’« incitation à la haine » en raison de ses propos anti-Marocains tenus en mars dernier, a fait savoir, jeudi 9 octobre, le parquet. Considéré comme « suspect », il sera prochainement interrogé par la justice.

Après enquête, les déclarations du leader du Parti pour la liberté (PVV) « constituent une suspicion de faits criminels », affirme le parquet dans un communiqué. Il « est soupçonné d'insultes envers une partie de la population sur la base de la race et d'incitation à la haine et à la discrimination ». « Le parquet considère Geert Wilders comme un suspect et veut l'interroger », précise encore communiqué de l’autorité judiciaire.

A l’issue de la soirée électorale des élections municipales du 19 mars, le député islamophobe avait demandé à ses partisans s’ils voulaient « plus ou moins de Marocains dans notre ville et aux Pays-Bas », afin de réduire les « problèmes ». « Moins ! Moins ! Moins ! », avait scandé son public. « Nous allons nous en charger », avait alors promis Geert Wilders.

Ses propos avaient soulevé une vague d’indignation dans le pays tout entier. Plus de 6 400 plaintes ont été déposées, et des personnes ont défilé contre le racisme à Amsterdam. Fait très rare, même les médias ont dénoncé les déclarations de Geert Wilders. Très isolé, le leader de l’extrême droite néerlandaise a dû faire face à une série de défections au sein de son parti, de militants mais aussi de parlementaires. Deux mois plus tard, pourtant donné grand vainqueur dans un contexte de poussée de l’extrême droite sur tout le continent, le PVV n’avait enregistré qu’un faible score aux élections européennes.

Ce n’est pas la première fois que Geert Wilders est confronté à la justice. En 2011, jugé pour incitation à la haine raciale et à la discrimination envers les musulmans, il avait été acquitté, la justice estimant que ses déclarations « ne constituaient pas une critique des individus eux-mêmes mais une critique de leurs croyances ». Entre autres amabilités, il avait comparé le Coran à Mein Kampf et l’islam au fascisme. Cette fois, c’est bien « des individus » qui étaient visés par ses propos anti-Marocains. Espérons que la justice passe enfin.

Lire aussi :
Européennes 2014 : l'extrême droite islamophobe conquérante
Européennes 2014 : le parti islamophobe néerlandais en échec
Européennes 2014 : ce que l'extrême droite anti-islam prépare comme projet
Racisme : les Pays-Bas se lèvent contre Geert Wilders, l'anti-Marocain
Pays-Bas : jugé pour haine raciale, Geert Wilders acquitté
Pays-Bas : le député anti-islam devant les juges
Pays-Bas : un député anti-islam poursuivi