Connectez-vous S'inscrire






Archives

Pays-Bas : un député anti-islam poursuivi

| Vendredi 23 Janvier 2009

Le député néérlandais d'extrême-droite Geert Wilders, auteur du film anti-islam "Fitna", va être poursuivi "pour incitation à la haine et à la discrimination" sur ordre de la Cour d'appel d'Amsterdam le 21 janvier dernier. La Fédération des associations musulmanes des Pays-Bas salue cette décision, le député dénonce une "atteinte à la liberté d'expression". Selon le parquet, un procès pourrait avoir lieu d'ici un an.



Extrait de Fitna, le film du député Geert Wilders.
Extrait de Fitna, le film du député Geert Wilders.
Le député néerlandais d'extrême droite Geert Wilders, réalisateur de "Fitna" (discorde en arabe), film anti-islam, va être jugé pour incitation à la haine et à la discrimination.

Le 21 janvier dernier, la cour d'appel d'Amsterdam, saisie par plusieurs plaignants, a ordonné au parquet de poursuivre Geert Wilders alors que celui-ci avait décidé en juin 2008 que le film et les déclarations du député ne justifiaient pas de poursuites.

La cour d'appel a considéré que « les idées contestées de Geert Wilders, également présentées dans son film Fitna, constituaient une infraction criminelle selon la loi néerlandaise, tant sur le fond que sur la forme », selon un communiqué.« Des croyants musulmans ont été insultés par des comparaisons de l'Islam avec le nazisme faites par Geert Wilders (...) La cour considère que cela est à un tel point insultant pour la communauté musulmane qu'il est dans l'intérêt général de poursuivre Mr Wilders » a t-elle estimé.

« La façon dont le débat public est mené sur des thèmes controversés comme l'immigration et l'intégration ne tombe pas sous le coup de la loi en principe mais cela est différent lorsque des limites fondamentales sont dépassées », a affirmé la cour.

« Nous allons préparer un acte d'accusation contre Mr Wilders et l'affaire ira devant le tribunal» , a déclaré à l'AFP un porte-parole du parquet d'Amsterdam, Otto van der Bijl. Un procès pourrait avoir lieu « d'ici à un an », a-t-il estimé.

Geert Wilders, 45 ans, fondateur et chef du Parti de la liberté (PVV, 9 députés sur 150), avait mis en ligne en mars 2008 un film de 17 minutes intitulé "Fitna". Le court métrage était destiné à montrer ce qu'il considère comme le caractère "fasciste" du Coran, livre dont il demande l'interdiction et qu'il compare à "Mein Kampf" d'Hitler. Sur son site Internet, il a qualifié la décision de la cour d'« atteinte à la liberté d'expression ».

La Fédération des associations musulmanes des Pays-Bas (CM0) a salué quant à elle la décision de la cour. « Nous sommes confiants dans le fait que cela va contribuer à l'adoption d'un ton plus respectueux dans le débat public », a déclaré à l'AFP son secrétaire général Nasr Joemann. « Nous faisons partie de la société néerlandaise et nous voulons être traités avec respect ».

Malgré des appels des responsables néerlandais, qui craignaient une crise internationale comparable à celle des caricatures de Mahomet au Danemark, et des menaces contre les Pays-Bas, Geert Wilders avait mis Fitna sur un site Internet. Le film, qu'aucune chaîne de télévision n'avait accepté de diffuser, n'avait suscité que de l'indifférence aux Pays-Bas et provoqué l'indignation dans le monde musulman, en Iran, au Pakistan, en Indonésie et en Afghanistan.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu