Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Pamphlet contre l’islamophobie

Rédigé par Hamza Braiki | Mercredi 23 Octobre 2013



Pamphlet contre l’islamophobie
À tous ceux qui, un jour comme un autre, ont senti l’injustice, le reproche, le mépris, simplement pour avoir choisi leur chemin, leur style ou assumé leur apparence.

À tous ceux qui, dans leur souffrance, leurs larmes, leur colère, ont refusé de se nier.

À ceux qui luttent de leur cœur, de leur calme, de leur amour pour refléter leur bonheur de croire, d’être et d’exister, de donner un sens à leur vie.

À ceux qui se sentirent incompris, forcés à l’invisibilité, ayant pour force l’Invisible, n’ayant plus les mots pour tout cela.

À ceux qui crurent en la sacro-sainte République et à ses promesses, qui furent freinés dans leur avancée, qui percutèrent le mur et le plafond de verre, qui crurent bien faire en se taisant…

Ceux qui se sentirent encerclés mais restèrent debout, résistant à leurs adversaires, malgré la faiblesse, la fatigue et la tristesse.

Ce jour est le vôtre car les bruits de centaines, de milliers de pas, mêmes fragilisés ont étouffé les bruits de leurs bottes. Ce jour, vous vous souviendrez d’avoir occupé la place publique, votre slogan sera fort et pudique.

C’est ici, à Lyon*, qu’il y a 30 ans, nos grands frères et sœurs ont refusé et choisi de marcher vers l’égalité, une lutte scandaleusement renommée Marche des Beurs. Certains de ces marcheurs infatigables marchent aujourd’hui encore parmi nous, toujours en veille contre l’inégalité, toujours vivants.

Lyon est un lieu de dialogue et de découverte de l’autre. Un lieu de mixité et d’égalité des chances. Mais Lyon s’est trahie, la France s’est trahie… La liberté de choix est devenue une contrainte. L’égalité, un mirage, et la fraternité, de la méfiance, de la peur, voire de la haine

Chaque année, une augmentation de près de 50 % des actes islamophobes, visant particulièrement les mosquées et les femmes. Ce n’est pas anodin ! Les deux grandes écoles, source de la vie et de la foi. Les deux que Dieu nous a confiés, abri des émotions et siège de l’amour, réceptacle de la vie vraie.

C’est avec fermeté que nous défendrons nos droits et notre patrimoine immatériel si conséquent !
Nous refusons, dans la dignité, dans la piété, dans la vérité, les actes islamophobes.
Nous refusons encore plus les propos accusateurs, irresponsables, venant des plus hautes sphères de l’État. Si le Front national a échoué (de justesse) à prendre le pouvoir, il a bel et bien réussi le combat des idées nauséabondes. Des idées infiltrées et banalisées dans toute la classe politique, et désormais chez de simples citoyens, collègues ou voisins : l’homme musulman est violent, inculte, irresponsable ; la femme musulmane est soumise, inculte également et encore moins responsable…

C’est contre cela, dans la dignité mais aussi dans les faits, que nous nous élevons et nous souhaitons rencontrer les Français directement. Nous sommes, nous aussi, la France, la nation, le peuple, les citoyens concernés, militants et bâtisseurs de demain.

C’est ce visage de vrais gens que nous vous montrons dès maintenant. Et nous faisons appel à votre bon sens, à votre intelligence, pour nous connaître, et, pourquoi pas, nous aimer…

Quant à vous, chers frères et sœurs musulmans, qui subissaient depuis longtemps toute forme d’outrages, depuis l’école jusqu’à l’entreprise, et même, parfois, dans l’accès aux lieux publics, ne baissez pas les bras ! N’acceptez pas la posture victimaire ! Acceptez le défi !
« Et quand les croyants virent les coalisés, ils dirent : “Voilà ce qu’Allah et Son messager nous avaient promis ; et Allah et Son messager disaient la Vérité”. Et cela ne fit que croître leur foi et leur soumission » (Coran, s. 33, v. 22).
« Certes, ceux auxquels l’on disait : “Les gens se sont rassemblés contre vous, craignez-les”, cela accrut leur foi, et ils dirent : “Allah nous suffit. Il est notre meilleur garant.” » (Coran, s. 3, v. 173)

Désormais, l’heure est à l’action, au-delà de la réaction. Parce que si les idées islamophobes ont pu s’installer et se concrétiser en crimes, c’est que le terrain du dialogue a été abandonné, laissé aux médias ou aux politiciens. Levez-vous et parler de vous, de votre foi, mais aussi de vos failles, avec toute l’humilité de l’humanité !

Lutte il y aura, mais une lutte sous plusieurs formes. Une lutte spirituelle pour que chacun s’efforce à se contrôler et à être meilleur chaque jour, à se rapprocher de Dieu.
Une lutte éthique pour embellir la société par une belle conduite : « Et vous avez en le Messager de Dieu un excellent modèle pour qui aspire à Dieu et au Jour dernier » (Coran, s. 33, v. 31).
Une lutte civique contre les lois stigmatisantes.
Une lutte politique et médiatique contre l’exploitation des peurs, l’attisement des haines et la culture des idées extrêmes.
Et une lutte judiciaire contre qui nous méprise et nous agresse.

Les musulmans, face à ces attaques, doivent se montrer encore plus doux et plus cléments les uns envers les autres. Plus de jugement, mais des excuses. Plus de conflits, l’heure est grave et nous impose de serrer les rangs.
Pour unir un peuple, disent les historiens, il faut une cause commune. La voilà.

Note
* Ce texte est extrait d'un discours prononcé le 21 septembre 2013, place Bellecour, à Lyon.