Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mosquée de Mantes-la-Ville : la justice dit « non » au maire FN

Rédigé par La rédaction | Lundi 24 Août 2015



Le 21 août, le maire FN Cyril Nauth a été désavoué par la justice dans son projet de construction d'un commissariat à la place d'une mosquée à Mantes-la-Ville.
Le 21 août, le maire FN Cyril Nauth a été désavoué par la justice dans son projet de construction d'un commissariat à la place d'une mosquée à Mantes-la-Ville.
Le tribunal administratif de Versailles a tranché. Vendredi 21 août, il a donné raison à Erard Corbin de Mangoux, préfet des Yvelines, qui attaquait, la veille, en procédure d’urgence, la décision de Cyril Nauth, le maire de Mantes-la-Ville. Le seul édile FN de la région Île-de-France avait annoncé préempter le local de l’ancienne trésorerie municipale, pour lancer un projet de commissariat de police municipale. Pourtant, l’Association des musulmans de Mantes Sud (AMMS) avait réuni 600 000 euros pour acheter la bâtisse et y installer une mosquée.

Le juge a estimé que la décision du maire pouvait être considérée comme entachée d’un doute sérieux de « détournement de pouvoir ». Cyril Nauth n’a jamais caché son opposition au projet de mosquée, en faisant même un argument de campagne municipale en 2014. Mais si la justice a bloqué l'intention du maire, ce n’est pas pour autant gagné pour les fidèles. Loin de là. Dans les colonnes du Monde du 11 août , Cyril Nauth avait prévenu qu'en cas de véto de la justice il userait d’autres recours, comme un blocage du permis de construire.

A ce jour, il refuse toujours de vendre le bâtiment à l’AMMS, qui a réussi à conclure une promesse d’acquisition directement avec la communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines. Si ce nouveau projet n’est pas retenu, les fidèles de cette petite ville de 20 000 habitants, nichée à côté de Mantes-la-Jolie, n’auront pas de lieu de prière puisque le maire a demandé l’expulsion des musulmans de leur ancienne salle de prière, qui n’est pas aux normes de sécurité. Pour ne rien arranger, une autre association musulmane locale, El Fethe, a émis le projet d’acheter un pavillon pour la somme de 200 000 euros, et d'y installer un lieu de culte. Un projet qui ne fait pas l’unanimité, l’AMMS considérant El Fethe non légitime... Une division qui arrangerait décidément bien les affaires du maire FN.

Lire aussi :
Mantes-la-Ville : le FN bloque le projet de mosquée
Avec le FN à la mairie, triple galère pour bâtir une mosquée
Mantes-la-Ville : les musulmans inquiets pour leur projet de mosquée
Mantes-la-Ville : voitures brûlées après la victoire du FN