Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Manif pour Gaza : un des organisateurs relaxé

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 23 Octobre 2014



Alain Pojolat a été relaxé. Ce membre du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), une des organisations à l’initiative des manifestations pour Gaza à Paris cet été, était poursuivi depuis fin juillet par l’Etat pour avoir déposé à la préfecture, au nom de plusieurs associations, des demandes d’autorisation à manifester.

Ces dernières avaient été rejetées, créant l’incompréhension du mouvement de solidarité pro-palestinien. Leur interdiction ayant été lourdement contestée au nom de la liberté de manifester, les manifestations avaient alors été maintenues et largement suivies.

Le procès d’Alain Pojolat s’est tenu mercredi 22 octobre au tribunal de grande instance de Paris. Plus tôt dans la journée, un rassemblement de sympathisants de la cause palestinienne a été organisé en soutien à Alain Pojolat. Tous dénoncent une criminalisation institutionnelle du soutien à la Palestine.
Le procureur avait requis deux mois de prison avec sursis et 1 500 euros d’amende mais il n’a pas été suivi. Le NPA s’est félicité dans un communiqué d’une « belle victoire politique » qui est « un encouragement à ne pas baisser la tête pour toutes celles et tous ceux qui se battent pour la liberté d’expression ».

« La solidarité doit continuer car c'est l'ensemble des poursuites contre celles et ceux qui ont participé aux manifestations de cet été, ou qui s’investissent dans la campagne de boycott d’Israël, qui doit être abandonné », poursuit le parti d’extrême gauche, qui réclame à nouveau l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie qui criminalise la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions).

Mise à jour vendredi 24 octobre : Au lendemain de la décision de relaxe des poursuites engagées contre Alain Pojolat, le parquet a fait appel du jugement, apprend-t-on par le NPA. Pour en savoir plus.

Mise à jour vendredi 10 avril : Alain Pojolat a été définitivement relaxé.

Lire aussi :
Manif pour Gaza : un organisateur inculpé, l'intimidation dénoncée
Manif pour Gaza interdite : « une décision politique » contestée en justice
Manif pour Gaza interdite : l'appel à la désobéissance civile entendu par milliers