Connectez-vous S'inscrire






Livres

Les vacances au bled et la vie d’une mosquée de quartier racontées en BD

Rédigé par Nathalie Dollé | Vendredi 6 Juillet 2018

Comment disséminer un travail scientifique de haut vol à des non-universitaires ? Quel outil d’éducation populaire pour partager le contenu d’une thèse en sociologie ou en anthropologie ? La réponse est aussi simple que complexe : passer à la fiction graphique. C’est la judicieuse collection Sociorama des éditions Casterman, qui ont fait paraître en juin « Vacances au bled » et « La petite mosquée dans la cité ».



Les vacances au bled et la vie d’une mosquée de quartier racontées en BD
Qu’il le soit écrit une fois pour toutes et au-delà des déclarations d’intention, les deux nouvelles publications – petit format en noir et blanc – s’adressent bien au public le plus large possible : musulman et non musulman, Algérien et non Algérien, jeune et moins jeune, connaisseurs ou pas… Aujourd’hui en France, tout le monde a entendu évoquer - directement ou indirectement – le retour estival des enfants dans le pays de leurs parents ou la complexité de la gestion d’un lieu de culte islamique.

La scène du stand-up regorge de jeunes qui en font des vannes depuis des années, ces sujets sont défriché et régulièrement labouré, y compris par la presse.

Leur intérêt sociétal dépasse très largement les premiers concernés et il faudra bien que la « communauté » fasse avec l’attention des chercheurs et des artistes. Evidemment, certains y verront des pointes de caricature, d’autres ne reconnaîtront pas leurs propres histoires mais le fait des sciences humaines est là. Nécessaire et bienvenu. Ces deux productions, à la croisée des disciplines, relèvent de l’éducation populaire, donc de la volonté sans arrière pensée de partager des connaissances. Elles sont intelligentes, drôles, informatives, bienveillantes sans démagogie, elles serviront de bases éclairées pour des échanges et des débats en tout genre. Exactement le type d’outils dont nous avons besoin aujourd’hui.

Les vacances au bled et la vie d’une mosquée de quartier racontées en BD

Le choc des cultures

Les deux BD ont exigé chacune 18 mois de travail, un temps bien long pour un(e) dessinateur/trice, bien court pour une chercheuse. Jennifer Bidet a commencé à travailler sur « Vacances au bled de descendants d’immigrés algériens. Trajectoires, pratiques, appartenances » en 2009. Elle se décrit comme membre d’une génération amatrice de BD : « Je suis particulièrement intéressée par celles qui s’approchent de l’enquête sociale. »

A l’inverse, Kim Consigny a dessiné La petite mosquée dans la cité sans vraiment connaître le sujet à l’origine mais en ajoutant de manière spontanée qu’elle est originaire du sud de la France, que son premier contact avec la religion s’est fait avec des jeunes musulmans de son âge, qu’elle a passé un peu de temps ensuite en Turquie et que finalement elle a vite pensé qu’une BD qui « banalise le fonctionnement d’une mosquée » représentait un enjeux important.

Comme pour les autres opus, c’est le/la dessinteur/trice qui a choisi le sujet dans une piste. La rencontre entre l’artiste et le/la chercheur(e) se fait donc autour d’un thème d’intérêt commun. Kim a travaillé en binôme avec Solenne Jouanneau, à partir de la thèse de cette dernière (« Les imams en France. Réinvention et tentatives d’appropriation d’un magistère religieux en contexte migratoire », soutenue en novembre 2009), sur le contrôle des imams par l’Etat français.

L’art de l’adaptation interdisciplinaire

Au fil de la collection et en fonction de la dynamique entre chaque personnalité de ces improbables binômes, les chercheurs ont pris leur marque. Si au départ, la charge du scénario de la BD revenait au/à la dessinateur/trice, Jennifer Bidet et Solenne Jouanneau ont accédé au statut de co-scénariste, une évolution symbolique qui montre que la greffe entre sociologie et histoire fictionnée en dessins est en train de prendre.

Jennifer Bidet explique que c’est l’auteur BD qui commence à créer une histoire que le chercheur essaie de rendre réaliste. « Pour "Vacances au bled", je me suis vite prise au jeu de la reconfiguration des données scientifiques, au passage à une dimension différente ou encore au travail des dialogues… j’ai aussi été recherché pour Singeon mes photos de paysages ou d’intérieurs algériens. Lui ne connaissait pas le pays, n’empêche que j’ai eu l’impression d’en découvrir de nouveaux aspects quand il utilisait par exemple le détail d’un décor qui ne m’avait pas frappé mais qui par le dessin devenait totalement pertinent par rapport à l’histoire que nous étions en train de raconter. »

Kim Consigny a entendu dire que l’ambiance dans certaines équipes n’était pas aussi bonne que dans celle qu’elle formait avec Solenne Jouanneau : « C’est compréhensible, l’adaptation d’un univers à un autre, entre des professionnels de disciplines si différentes n’a rien d’évident et nous restons dans des rencontres qui sont aussi personnelles. Nous deux avons donc eu de la chance et avons beaucoup travaillé ensemble. Il faut encore ajouter que le fait que Solenne ait sorti un livre de sa thèse était une première étape dans l’adaptation qui m’a bien aidé. »

La rigueur scientifique alliée à la créativité graphique

La collection au titre inspiré Sociorama a été créée en 2016 par une chercheuse adepte de la BD Yasmine Bouagga et une dessinatrice gourmande de sociologie Lisa Mandel. Une association de rigueur scientifique et de créativité artistique qui s’est développée dans une douzaine d’ouvrages. Comme dans toutes les relations équilibrées, chacune semble tenir fermement son rôle et le résultat en dépasse souvent la simple somme. A la directrice artistique revient le suivi graphique et narratif. Kim Consigny se souvient que le style de dessin est prévalidé, c’est celui de l’artiste.

L’aventure commence donc avec trois pages de texte et de 160 de storyboard. « Et à partir de là… on travaille et on retravaille », indique Jennifer Bidet, qui se fait porte-parole sans circonvolution : « C’est vrai que le scénario peut être vu et revu et rerevu. Il faut reconnaître que pour les dessinateurs la création est pour le moins très… cadrée ! Nous chercheurs sommes habitués à cette façon de progresser. Pour eux, c’est sans doute moins évident. » Le comité dirigé par la directrice scientifique juge en effet sur pièce. Gardien du contenu, il ne rencontre aucun membre des binômes et ne se prononce qu’à la lecture de chaque version de la BD.

André Gide évoquait l’art comme éternel résultat d’une contrainte. En arriver là pour évoquer des informations sociologiques sur des jeunes retournant en vacances dans un pays qui n’est pas le leur ou encore les relations difficiles d’une mosquée dans son environnement social, culturel, économique, laïc, politique ne doit pas nous éloigner de l’intérêt fondamental de ces BD : elles sont avant tout drôles, bien vues et formidablement humaines.

Kim Consigny et Solenne Jouanneau, La petite mosquée dans la cité, collection Sociorama, éditions Casterman, 2018, 12 €.

Singeon et Jennifer Bidet, Vacances au bled, collection Sociorama, éditions Casterman, 2018, 12 €.