Connectez-vous S'inscrire






Bien-être

Les noms divins Ar-Rahman et Ar-Rahim réparent-ils les cœurs ?

Rédigé par | Jeudi 22 Novembre 2018



Les noms divins Ar-Rahman et Ar-Rahim réparent-ils les cœurs ?
En arabe, le terme Ar Rahman الرحمن provient de la racine R-h-m رحم . Maurice Gloton le traduit dans son livre Une approche du Coran par la grammaire et le lexique (éd. Albouraq) comme exprimant l’idée d’un endroit dilatable où est déposée la semence qui actualise des possibilités selon un processus d’amour. D’où l’idée de matrice, de miséricorde, d’amour expansif, d’épanouissement, de rayonnement…

Cet endroit n’est-il pas le cœur ? Le cœur qui est l’organe spirituel, où est déposée la fitra. Selon Cheikh Bentounès, dans son ouvrage Thérapie de l’âme, la fitra, c’est en quelque sorte une graine qui contient à la fois toute l’information, toute la volonté et la capacité de l’être et qui n’a encore rien subi. Et cette graine est déjà là au fond de chacun de nous avant même notre naissance.

L’amour permet de grandir et de devenir un adulte responsable et autonome

Un bon environnement permet de faire germer cette graine. Un environnement sain, où il est possible d’explorer ses potentiels latents, sans peur. N’est-il pas là le sens de l’éducation qui est d’amener l’enfant à devenir ce qu’il est sensé être, en faisant émerger ses potentiels ? Un être en devenir.

L’amener à s’épanouir, à grandir en étant confiant et aimant. L’amener à devenir un être responsable et autonome loin des jeux de manipulations. Un être sincère, intègre, car nourri de cet amour ! Un amour qui libère ! Un amour qui permet de construire en étant détaché de toutes les formes de dépendances, en étant dépendant que d’un : l’Unique ! Le Créateur de l’univers et de la terre.


Un amour qui permet de vivre avec les autres sans en être prisonniers. Un amour qui permet de laisser l’autre vivre à son rythme et de ne pas être dans la culpabilité ! Un amour qui rend responsable et autonome.

Devenir responsable et autonome est un processus. Nous le sommes ou nous ne le sommes pas ! Nous apprenons toute notre vie à le devenir en expérimentant, en se donnant les permissions nécessaires pour faire ou pour dire, qui est d’ailleurs la voie vers l’âge adulte, sans s’auto -flageller, ou se culpabiliser qui sont un frein, et qui empêchent d’évoluer. On apprend de ses expériences, mêmes les plus douloureuses, sans sombrer dans le désespoir ni la dépression.

Les noms divins cicatrisent les blessures

Ce n’est pas un hasard, si nous répétons la basmalla (« Bismi Allahi Arahmani Arahim ») lors de chaque sourate, sauf dans la sourate « Tawba ». Maurice Gloton traduit dans son livre Le Coran, essai de traduction et annotations (éd. Albouraq) « ar-Rahman » par « le Tout-Rayonnant d’amour », « ar-Rahim » par « le Très-Rayonnant d’amour ». Alors que dans les autres traductions, on trouve « le Tout-Miséricordieux » et « le Très-miséricordieux ».

Cette manière de traduire « ar-Rahman » par le Tout-Rayonnant d’amour nous parle ! Cela raisonne en nous ! Nous connaissons le sens de l’amour ! Nous savons ce que veut dire « aimer ». L’amour panse les blessures. Il répare les cœurs. Comme un enfant qui pleure et qui se blottit dans les bras de sa mère pour recevoir de la tendresse, de la compassion : l’amour guérit !


Les noms divins nous réparent lorsque nous sommes durs avec nous-mêmes. Lorsque nous avons mal agi ! Lorsque nous pensons avoir vécu un échec ! Ou lorsque nous avons commis un péché ! Nous revenons vers Dieu qui est le sens même du tawba. Revenir d’un désir sincère ! À l’image de l’enfant qui revient vers sa mère pour recevoir son amour. Cet amour qui répare pour ne pas avoir des plaies béantes qui se transforment en frustration, dévalorisation, désespoir et haine.

Personne ne peut voir et cicatriser les blessures causées par la détresse, la tristesse, le rejet, la dévalorisation, les brimades, les déceptions, si ce n’est Dieu, qui connaît les cœurs, et qui est Le Très Rayonnant d’amour ! Le Seul à pouvoir réparer, lorsque nous en prenons conscience ! Lorsque l’on se retourne vers Lui !

Dieu est plein d’amour pour nous

Le pardon est un dérivé de l’amour ! Se pardonner est essentiel lorsque l’on trébuche ! Il est important de se pardonner pour recommencer l’expérience et pour ne pas se culpabiliser qui est contre-productif. L’erreur est humaine. Nous sommes des êtres faillibles ! C’est une condition humaine et Dieu pardonne. « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez point de la miséricorde divine ! En vérité, Dieu absout tous les péchés, car Il est le Clément et le Compatissant » (Le Noble Coran, trad. de Mohamed Chiadmi, s. 39, v. 53).


Il nous pardonne pour que l’on puisse avancer et ne pas sombrer dans l’apathie, dans le désespoir. Il nous pardonne parce qu’Il est plein d’amour pour nous ! C’est nous qui sommes durs avec nous-mêmes ! Nous pensons que nous n’avons pas le droit d’être pardonnés ! Nous pensons que nous devons nous autoflageller pour nous faire pardonner ! Nous nous faisons du mal ! Personne ne peut entrer en nous ! Nous nous faisons du mal à force de ruminer et nous envoyer des injonctions qui nous culpabilisent : je suis nul(e), je ne suis pas capable, je suis mauvais(e), c’est mal ! C’est horrible ! Je n’aurais pas dû, Je ne mérite pas…

Des mots qui empoisonnent notre vie et qui nous font oublier que nous pouvons revenir vers Dieu, communiquer avec lui et demander le pardon !

Le retour vers Dieu est une véritable catharsis

Une simple intention ! Une simple invocation ! Une simple prière suffit ! Comme nous le rappelle ce magnifique hadith : « Un homme vint trouver le Prophète (SBL) et lui dit : "Ô envoyé de Dieu, j’ai commis une faute qui doit être sanctionnée, applique-moi la peine prescrite". L’heure de la prière était venue, l’homme pria avec le Prophète (SBL). La prière terminée, l’homme dit : "Ô envoyé de Dieu, j’ai commis une faute qui doit être sanctionnée, applique-moi la peine indiquée dans le Livre de Dieu." "N’as-tu pas fait la prière avec nous", demanda le Prophète. "Si", répondit l’homme. "Eh bien, tu as été pardonné." » (hadith sahih Mouslim)


Il n’y a pas lieu de faire des montagnes pour se faire pardonner ! Il n’y a pas lieu de passer par un intermédiaire pour se faire pardonner ! Le pardon est à notre portée ! Et revenir à Dieu dans l’intimité de son être est une véritable catharsis ! Une catharsis est, selon le dictionnaire Antidote, la libération émotionnelle liée à l’extériorisation de souvenirs longtemps refoulés d’évènements traumatisants.

Aimer et pardonner apportent un équilibre dans sa vie

Nous avons besoin de nous libérer de nos émotions ou sentiments négatifs enfouis en nous et qui assombrissent notre cœur. Nous avons besoin de ce pardon pour continuer à vivre, car celui-ci apporte la quiétude ! Le pardon apporte un équilibre important dans sa vie au quotidien. Le ressentiment, la haine, l’angoisse, le mépris, le rejet de l’autre, n’apportent que du malheur et de la souffrance !

Il suffit d’apprendre à s’aimer pour aimer les autres ! Il suffit de se pardonner pour pardonner aux autres ! Apprenons à nous aimer ! Apprenons à aimer qui est une condition pour vivre en bonne santé et sereinement dans son environnement.

****
Première parution de cet article sur le site de l’institut Amine.



Malika Ziri
Malika Ziri est coach en développement personnel et professionnel. Elle étudie depuis les années... En savoir plus sur cet auteur