Connectez-vous S'inscrire






Livres

Le Coran, essai de traduction et annotations, par Maurice Gloton

Rédigé par Éditions Albouraq | Vendredi 27 Juin 2014



Pourquoi une nouvelle traduction du Qur’ân ?

Dans beaucoup de pays du monde, il existe, en toutes langues, de nombreuses traductions du Qur’ân. En français, plus d’une vingtaine ont vu le jour depuis le XVIIe siècle jusqu’à maintenant. Y a-t-il alors une raison particulière pour qu’un nouvel essai de traduction en français soit proposé ?

Les traducteurs du Qur’ân en langue française ont des origines diverses. On trouve, par exemple, des musulmans, des chrétiens, des juifs et même des agnostiques. Tous ont traduit le Texte révélé selon leur connaissance de l’islam, de la langue arabe et de leur propre sensibilité. Leurs traductions varient en fonction de leur origine et de ces présupposés.

Notre ouvrage intitulé Une approche du Coran par la grammaire et le lexique, édité par Albouraq, en 2002 à Beyrouth, présente, d’une part, la grammaire arabe expliquée uniquement sur la base de versets coraniques et, d’autre part, le lexique complet des racines arabes et de leurs dérivés illustrés également par des versets du Qur’ân. C’est ainsi que près de 2 500 versets ont été traduits selon une méthode originale qui a permis de valoriser leur traduction en gardant toujours en vue l’étymologie de chaque racine. Par là, ce livre préfigure notre « Essai de traduction » du Qur’ân.

Dans ce travail, nous nous sommes attaché à nouveau à la signification originelle de chaque racine verbale, la racine étant « l’élément fixe ou invariable du mot, qui représente sa nature fondamentale immuable, et auquel viennent s’adjoindre des éléments secondaires et variables, représentant des accidents (au sens étymologique) ou des modifications de l’idée principale » (René Guénon).

De plus, nous avons pris en compte le rythme même du Discours divin, dans ses articulations et l’ensemble de ses nuances grammaticales.

À l’instar des grands commentateurs musulmans du Qur’ân, nous partons du principe que le Texte fondateur est révélé par Allâh à Son Prophète Muhammad : même dans le détail, tout dans ce Texte est nécessaire, et donc rien ne peut en être enlevé, y compris les particules de liaison qui contribuent à l’organisation nuancée interne et sans cesse répétitive des séquences et des idées.

De plus, notre choix de la traduction des termes relève d’une étude poussée des champs lexicaux qui exclut toute synonymie véritable dans le vocabulaire coranique ; aussi, nous sommes-nous efforcé, chaque fois que cela était possible, de ne pas employer de synonymes pour un même terme arabe.

En outre, nous avons privilégié un style à tendance littérale, pour ne pas perdre le rythme et les significations de l’original. De là, nous nous sommes évertué à rendre cette traduction en un style qui tient compte des phrases verbales et nominales arabes.

Pour notre traduction, nous tenions à respecter ces nombreuses nuances dans le meilleur style possible, ce qui a présenté beaucoup de difficultés que nous espérons avoir résolues sans entorses à un français correct.

Notre « Essai de traduction » repose sur les critères exposés dans une « Introduction générale », critères repris de notre précédente Approche du Coran par la grammaire et le lexique. Cet ouvrage connaît toujours un réel succès auprès des musulmans, des non-musulmans et d’un public diversifié ; il est largement diffusé dans les universités et dans les bibliothèques, en France et à l’étranger.

Mais cet « Essai de traduction » ne s’est pas uniquement appuyé sur ces principes. Il est le fruit d’une longue expérience de l’arabe classique et coranique, que les multiples traductions d’auteurs musulmans de différentes tendances nous ont permis de réaliser.

Il est aussi, et d’une manière déterminante, dû à une assimilation en profondeur des études théologiques, religieuses et classiques, qui ont marqué notre jeunesse et, surtout, de notre compréhension des doctrines métaphysiques et initiatiques des diverses formes traditionnelles.

Cet « Essai » doit encore à la fréquentation, ou à la lecture et à la méditation quotidienne des œuvres d’hommes remarquables par leur connaissance effective des doctrines traditionnelles qu’ils ont exposées dans leurs ouvrages, fruits de leur réalisation exceptionnelle en Dieu.

Il faut citer principalement les trois maîtres auxquels nous sommes redevable dans l’ordre de notre propre formation intellectuelle et spirituelle : René Guénon (Shaykh ‘Abdel-Wâhid Yahyâ) ; Michel Valsân (Shaykh Mustaphâ ‘Abdel-‘Azîz), qui a été, pendant 25 ans notre murshid, maître spirituel guidant dans la voie de Dieu ; et, enfin, le Shaykh al-Akbar Muhyî ad-Dîn Ibn ‘Arabî, toujours inspiré par Dieu dans sa vie, ses enseignements et sa fonction.

Notre « Essai de traduction » du Qur’ân est encore dû à notre fréquentation régulière, rituelle et contemplative du Texte révélé, ainsi qu’à la Présence divine réelle qui y réside.

Il a, par ailleurs, été facilité par un travail d’équipe de personnes qualifiées et désintéressées que nous tenons ici à remercier.

Tout ce qui précède permet dès à présent de comprendre les vertus et originalités de notre « Essai de traduction ». Elles apparaissent avec plus de précision dans l’« Introduction technique », au cours de laquelle nous présentons certains thèmes majeurs qui reviennent d’une manière récurrente dans le Texte sacré.

Présentation de l’auteur

Maurice Gloton est né à Paris, en 1926, et est père d’une famille nombreuse. Après des études supérieures en gestion des entreprises et son entrée en islam en 1950, et parallèlement à une vie active dans diverses entreprises en qualité de cadre supérieur, il approfondit ses connaissances de la langue arabe, voyagea en terre d’Islam, et fit le pèlerinage aux Lieux saints.

Depuis plusieurs décennies, il se consacre à faire connaître la spiritualité islamique, notamment par des traductions d’œuvres de théologiens et, surtout, de grandes figures de sainteté du soufisme, ainsi que par des conférences et des émissions télévisées sur l’islam.

On lui doit principalement les traductions et ouvrages suivants :
• Fakhr ad-Dîn ar-Râzî, Traité sur les Noms divins, Éd. Dervy-Livres, 2 t. 1986 et 1988 ; nouv. éd. en 1 vol., Albouraq, Paris, 2000, 670 p., rééd. 2010.
• Al-Ghazâlî, Les Secrets du jeûne et du pèlerinage, Éd. Tawhîd, Lyon, 1993 ; nouv. éd. en 2 vol., Albouraq, Paris, 2001, 165 p. et 335 p.
• Ibn ‘Atâ’Allâh, Traité sur le Nom Allâh, Éd. Les Deux Océans, Paris, plusieurs rééd., 330 p.
• Jurjânî, Le Livre des définitions (Kitâb al-Ta‘rifât), trad. intégrale avec de nombreux index, introd. par Pierre Lory, Presses universitaires d’Iran, Téhéran, 1994 ; nouv. éd. Albouraq, 2006, 660 p.
• Ibn ‘Arabî, L’Arbre du monde. Traité sur la réalité du Prophète Muhammad, Éd. Les Deux Océans, Paris, plusieurs rééd., 230 p.
• Ibn ‘Arabî, Traité de l’amour, Éd. Albin Michel, Paris, 1986, nombreuses rééd., 320 p. Sur cette traduction, éditions en turc, espagnol et allemand.
• Ibn ‘Arabî, L’Interprète des désirs, trad. intégrale des poésies et des commentaires du maître, introd. par Pierre Lory, Éd. Albin Michel, Paris, 1996, 530 p. ; rééd. format poche 2012.
• Ibn ‘Arabî, Le Livre de la production des cercles
Trad. en collaboration avec Paul Fenton, Éd. de l’Éclat, Paris, 1996, bilingue, 95 p. ; rééd. Cérès Éd., Tunis, 1999.
• Ibn ‘Arabî, De la mort à la résurrection, trad. des chapitres 61 à 65 des Ouvertures spirituelles mekkoises, Éd. Albouraq, 2009, 253 p.
• Maurice Gloton, Jésus le fils de Marie dans le Coran et selon l’enseignement d’Ibn ‘Arabî, Éd. Albouraq, Beyrouth, 2006, 540 p. Prochaine éd. en anglais chez Fons Vitæ, États-Unis.
• Maurice Gloton, Une approche du Coran par la grammaire et le lexique, Éd. Albouraq, Beyrouth, 2003, 870 p., grand format.
• Maurice Gloton, Le Coran, Parole de Dieu, Éd. Albouraq, 2007, 190 p.
• Maurice Gloton, Les 99 Noms d’Allâh, Éd. Albouraq, 2007, 182 p.

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur

Après son ouvrage intitulé Une approche du Coran par la grammaire et le lexique, publié par les Éditions Albouraq en 2002, Maurice Gloton propose un « Essai de traduction d’Al-Qur’ân », comprenant une importante introduction, de nombreuses annotations et un index thématique détaillé.

Dans cet « Essai de traduction », Maurice Gloton a voulu rester proche de l’étymologie des termes coraniques et du style de la Révélation du Livre sacré par Dieu au Prophète Muhammad, tout en employant un vocabulaire évocateur, et en respectant les phrases verbales et nominales telles qu’elles se présentent dans le Texte.

Cet « Essai » a demandé des années de travail et de méditation au traducteur, qui s’est appuyé sur de nombreuses lectures d’auteurs musulmans, ainsi que sur des commentateurs du Qur’ân. Cette traduction a, par ailleurs, été facilitée par un travail d’équipe de personnes qualifiées et désintéressées que le traducteur tient ici à remercier. Il espère ainsi proposer un éclairage nouveau sur le Texte coranique, tout en respectant les significations multiples qu’il comporte.

Téléchargez la table des matières :

Téléchargez un extrait de l'introduction :

Téléchargez l'index thématique :

Maurice Gloton, Le Coran, essai de traduction et annotations, bilingue arabe-français, Éd. Albouraq, 1 326 p., 29 €.